Rio se conclut dans le scepticisme : et maintenant, que faire ?

Posté par Delphine SMAGGHE, le 27/06/2012
Catégorie : Climat , Développement durable
Tags : sommet de la terre, rio+20, nations unies, changement climatique, environnement, onu

Le sommet de la terre, RIO+20 s’est achevé vendredi soir comme beaucoup l'avaient supposé avant même que la conférence ne commence. Les représentants de 193 pays, dont près d'une centaine de chefs d'État et de gouvernement ont ratifié le texte d'accord final, « l'avenir que nous voulons » bouclé quelques heures avant l’ouverture par les négociateurs.

Échec ou point de départ ? Le verre est à demi vide ou à demi plein, selon les points de vue.

Pour la société civile, qui s'est abondamment mais en vain manifestée pour obtenir un accord ambitieux, c’est une désillusion annoncée : le texte minimaliste est fait d'intentions et de promesses peu élaborées et non datées. Pas de lignes directrices ni d’engagement contraignant sur l'économie verte, qui pourrait répondre aussi bien à la crise économique qu'à la dégradation de la planète. Le programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) est renforcé, mais sans la force et l'autonomie d'une vraie agence de l'ONU.

Le principal acquis est la décision de lancer des «Objectifs du développement durable» (ODD) sur le modèle de ceux du Millénaire adoptés en 2000 par l'ONU. Leur définition est toutefois laissée à un groupe de travail qui devra faire ses propositions en 2013, pour une mise en place à partir de 2015.

Rio pourrait malgré tout avoir lancé la dynamique d'une coopération internationale renforcée pour mieux gérer les ressources finies d'une Planète bien mal en point. Pour le secrétaire-général des Nations unies, Ban Ki-Moon « Rio+20 a affirmé des principes fondamentaux - renouvelé des engagements essentiels - et nous a donné une nouvelle direction ». Et pour la présidente brésilienne Dilma Rousseff, c'est un « point de départ ».

Les ONG et représentants de la société civile sont nombreux à pointer le rôle décisif des citoyens. À défaut d'engagements concrets, ce sont eux qui doivent faire pression pour que le processus soit mis en place.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

RIO+20, les jeux sont faits ?

Posté par Delphine SMAGGHE, le 20/06/2012
Catégorie : Climat , Développement durable
Tags : sommet de la terre, rio+20, nations unies, changement climatique, environnement, onu

sommet de la terre, rio+20, nations unies, changement climatique, environnement, onu

La conférence des Nations unies sur le développement durable, baptisée Rio+20 en référence au sommet qui s’est tenu en 1992 dans cette même ville, a débuté aujourd’hui à Rio de Janeiro et s’achèvera vendredi.

Les 130 chefs d'État et de gouvernement attendus trouveront sur la table une déclaration finale déjà bouclée, ou peu s'en faut. Les négociateurs de Rio+20 sont parvenus mardi in extremis à un accord sur un texte intitulé « L'avenir que nous voulons » sous l’impulsion du Brésil. Le document, qui n'était toujours pas finalisé après 5 mois de négociations, a fait l’objet de longues discussions au cours de la nuit de lundi à mardi. Les Européens lui reprochaient son manque d'ambition sur les objectifs du développement durable et la gouvernance mondiale. Ils demandaient en particulier qu’une place plus grande soit faite au Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE). Ce texte, finalement réduit à  49 pages doit être signé vendredi soir, à la clôture de la conférence.

Pour les ONG, le résultat de la conférence est d'ores et déjà décevant. Il est peu probable que le texte soit retouché. Le peu de décisions concrètes qui en sortira paraitra sans doute insuffisant aux nombreux experts qui expriment un sentiment d’urgence face aux dangers qui menacent l'humanité. Une note d'optimisme cependant, qui vient des Amis de la terre : « Le texte semble avoir cessé de nous faire rétrograder par rapport à l'accord obtenu en 1992 ». Ce qui n’était pas gagné d’avance compte tenu de la crise et de certaines volontés de remettre en cause les engagements antérieurs. Mais il y a bien peu d’espoir que la conférence aboutisse à un accord qui prolonge le sommet de la terre de 1992 et engage davantage les États.

Si le sujet vous intéresse, vous trouverez une mine d’actualités sur le site de Terra Eco.

En marge des négociations, des milliers de participants se sont donné rendez-vous au Sommet des peuples pour tenter jusqu'au dernier moment d'en influencer le cours. Des photos sur le site « Planète » du Monde.

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire |

A deux semaines de RIO+20, l’alerte des Nations Unies sur l’état de la planète

Posté par Delphine SMAGGHE, le 07/06/2012
Catégorie : Autre , Climat , Développement durable
Tags : sommet, rio+20, nations unies, changement climatique, environnement

« Si rien n’est fait pour inverser la tendance, les gouvernements devront assumer la responsabilité d’un niveau de dégradation et de répercussions sans précédent. » C’est sur ce constat alarmant que le directeur général du PNUE (Programme des Nations unies pour l'environnement) présentait hier son cinquième rapport sur l'Avenir de l'environnement mondial (GEO-5).

Le monde ne s’oriente pas sur une voie durable malgré les centaines d’objectifs fixés au niveau international. Sur les 90 objectifs les plus importants en matière d'environnement, quatre seulement connaissent des progrès sensibles. Ainsi, les substances appauvrissant la couche d’ozone ont pratiquement été éliminées (ce qui devrait éviter des dizaines de millions de cas de cataracte d'ici 2100 et des millions de cancers de la peau d'ici 2050), le plomb a été supprimé dans les carburants de presque tous les pays, l’accès à l'eau potable des populations s’améliore (même si plus de 600 millions de personnes n’en bénéficieront toujours pas en 2015). Et aucun progrès - ou très peu - n'a été réalisé sur 24 autres objectifs. Les émissions de gaz à effet de serre, par exemple, devraient doubler d’ici 2050, les stocks de poissons se détériorent, le nombre des inondations a augmenté de 230% entre 1980 et 2000 et celui des sécheresses de 38%. Pire, la situation se dégrade pour 8 de ces objectifs. Une course contre la montre est engagée, d'autant plus que la planète comptera neuf milliards de Terriens en 2050 et que l'économie mondiale consomme de plus en plus de ressources naturelles.

Un coup de semonce à destination des quelque 50 000 participants au sommet de Rio, du 20 au 22 juin - responsables gouvernementaux, représentants d'entreprises et membres de groupes de pression et d'organisations écologistes...

Le rapport laisse cependant la porte ouverte à l'initiative. Les expériences réussies (il y en a !) dans certaines régions du monde démontrent qu'on peut atteindre des objectifs ambitieux d'ici 2050, à condition de changer et de renforcer les politiques et stratégies actuelles. Il propose aussi un certain nombre de pistes. Il rappelle que la transition définitive vers une économie verte émettant peu de CO2 et utilisant efficacement les ressources doit absolument être amorcée en urgence.

Sera-t-il entendu des gouvernements ?

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |