Le plan déchets : agir à tous les niveaux

Posté par Delphine SMAGGHE, le 09/09/2011
Catégorie : Déchets , Stratégie environnementale
Tags : déchets, tri, valorisation, recyclage, collecte, emballages abandonnés

Le problème des déchets revient fréquemment dans vos commentaires et j’ai déjà eu l’occasion de dire que cette préoccupation est tout à fait légitime. Nous considérons que cette question est incontournable du point de vue de notre impact environnemental, et nous y travaillons depuis longtemps. Pour réduire cet impact, nous sommes convaincus qu’il est important d’intervenir sur toute la filière des déchets, depuis leur conception en amont jusqu’à leur valorisation en fin de vie. C’est sur cette logique que nous avons construit notre plan déchets. Je vous en propose ici un tour d’horizon. Vous me pardonnerez, j’espère, si ce billet est un peu plus long que d’habitude, mais il y a beaucoup de choses à dire !

Optimisation à la source

Pour réduire le nombre, la taille et le volume de nos emballages, nous travaillons en collaboration avec nos fournisseurs sur l’allègement des emballages existants en jouant sur les formes, les densités des matériaux. Ces efforts cumulés année après année font qu’en 2010, le poids moyen des emballages a été réduit de 13%. Depuis 2009, nous avons supprimé les boîtes «Best Of» (emballage volumineux et rigide) pour les menus à emporter et nous avons développé un nouvel accessoire (le croisillon) qui permet de réduire de 20% le poids des emballages classiques utilisés pour la vente à emporter. Côté cuisine et stockage, nous privilégions l’utilisation d’emballages de grande contenance, en optant dès que les solutions existent pour des contenants réutilisables.

Nous cherchons aussi à utiliser au maximum des matériaux d’origine renouvelable : nous avons réduit la part des plastiques de 63% (90% de nos emballages sont en carton et la majorité contient 72% de fibres recyclées).

Collecte des emballages abandonnés sur la voie publique

Nous avons déployé des efforts importants de collecte : dans chaque restaurant, un plan de propreté décrit de façon précise le trajet et la fréquence des ramassages effectués aux alentours immédiats du restaurant. De nombreux restaurants mettent en place un éco-équipier, qui, avec un véhicule propre (tricycle, voiture électrique, triporteur…), se charge d’un ramassage régulier sur un périmètre plus large.

Nous nous sommes engagés avec de nombreuses collectivités dans une démarche de partenariat local (plus d’informations ici). Les restaurants coordonnent les plans de collectes avec les collectivités pour une plus grande complémentarité des trajets et de la fréquence des ramassages.

Valorisation des déchets

Nous avons mis en place le recyclage des cartons utilisés lors de la livraison de nos produits en restaurant dès 2001. Par ailleurs, nous faisons recycler l'ensemble  de nos huiles de friture usagées en biodiesel depuis 2004. Les emballages, qui représentent la grande majorité des déchets d’un restaurant, ne peuvent pas rejoindre les filières classiques de valorisation actuellement en place car elles n’acceptent pas les déchets souillés ou les cartons recouverts d’un film plastique (pour les gobelets). Seule la technique de la méthanisation, encore peu développée en France, pourrait constituer une opportunité pour la valorisation de ce type de déchets. Un test est actuellement en cours en France et nous suivons de très près les résultats qui en découleront.

Dans les restaurants où la collecte sélective des bouteilles et canettes est possible grâce à un partenariat avec les communes, elle a été mise en place. Nous avons aussi  mené un test pour collecter et valoriser les jouets Happy Meal.  Plus d’infos sur le tri sélectif ici

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire |

Comment éviter une crise des ressources rares d’ici 2050 ?

Posté par Delphine SMAGGHE, le 24/06/2011
Catégorie : Climat , Développement durable , Recyclage
Tags : recyclage, métaux, union européenne, ressources, économiser

La Semaine Verte est une manifestation internationale annuelle consacrée aux politiques environnementales de l’Union européenne. La onzième édition, qui s’est déroulée fin mai, était placée sous le signe de l’utilisation efficace des ressources. C’est un évènement d’envergure puisque 3 500 participants représentant les institutions européennes, le monde industriel et de la société civile se sont réunis pour débattre de la question pendant quatre jours. C’est à cette occasion que la Commission européenne et le Programme des Nations unies pour l’environnement ont publié deux rapports qui appellent à un changement radical dans la façon dont nous utilisons les ressources rares. C’est de ces rapports que je voulais vous parler.

Le premier rapport se préoccupe du recyclage des métaux. Aujourd’hui, très peu (seulement 1%) de métaux de haute technologie essentiels sont recyclés, alors qu’ils sont rares et chers. Le reste est simplement jeté et éliminé lorsque les produits qui les contiennent arrivent en fin de vie. Sans une modification radicale de ces pratiques « de nombreux métaux essentiels, de spécialité et de terres rares pourraient ne plus être disponibles pour une utilisation dans les technologies modernes ». Pourtant, selon les auteurs du rapport, quand on recycle les métaux plutôt que de les obtenir par la fusion, on économise de l’énergie. En intensifiant le recyclage, on pourrait éviter des millions, voire des milliards, de tonnes d'émissions de gaz à effet de serre et créer un nombre potentiellement très élevé d'emplois «verts».

Le second rapport lance une mise en garde. Si rien n’est fait pour « découpler » la croissance économique et la consommation des ressources naturelles, le volume de minéraux, minerais, combustibles fossiles et biomasse consommés chaque année par l’humanité pourrait tripler d’ici 2050 pour atteindre 140 milliards de tonnes. « L’humanité peut et doit faire plus avec moins », souligne le rapport qui présente trois scénarios, dont le plus ambitieux consiste à demander aux pays développés de réduire de deux tiers l’utilisation annuelle de ressources par habitant (le niveau actuel est de 16 tonnes) et aux autres pays de maintenir le niveau d’utilisation actuel. On pourrait ainsi stabiliser la consommation de ressources à ses niveaux de 2000.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Collecte des jouets Happy Meal : un premier test

Posté par Delphine SMAGGHE, le 19/11/2010
Catégorie : Déchets , Recyclage
Tags : jouets, recyclage, collecte, tri, test

urne HM.png

Entre le 27 septembre et le 7 novembre derniers, des bornes de collecte des jouets Happy Meal ont été placées dans 20 restaurants (Ile-de-France et région toulousaine). L'objectif de cette opération est d'inviter les familles à ramener les jouets usagés et les piles, et expliquer le devenir des jouets et des matériaux qui les composent.

Nasser Khaghani, le franchisé du restaurant-test parisien, précise qu'au début de l'opération les clients ont trouvé cela étrange qu'on leur demande de récupérer des jouets aussi petits pour les mettre dans l'une des trois urnes mises à leur disposition. Mais comme les équipiers ont régulièrement informé les clients sur les objectifs de cette opération, les urnes se sont remplies un peu plus vite.

Nous avons choisi en parallèle de réaliser une étude pour connaître le ressenti des clients ainsi que celui des équipiers McDonald's. Car, au-delà des solutions techniques (urnes de collecte, filière de valorisation, etc.), il est essentiel de savoir si les familles joueront bien le jeu de la collecte. En effet, aucune filière de recyclage des jouets ne pourra être viable pour quelques kilogrammes de jouets collectés.

Les résultats de la quantité de jouets collectée et de l'étude de perception sont en cours d'analyse et devraient être disponibles dans le courant du mois de décembre. Je vous ferai donc un retour plus détaillé, en espérant que l'opération a été un succès. Et si le test est concluant, la collecte des jouets pourra être répliquée à l'ensemble des restaurants en 2011. A suivre donc...

Commentaires (5) | Ajouter un commentaire |