Transition énergétique : un débat « sans tabou » qui ne sera pas de tout repos

Posté par Delphine SMAGGHE, le 30/11/2012
Catégorie : Climat , Energie
Tags : débat, transition énergétique, nucléaire, gaz de schiste, ong, énergies renouvelables, sobriété énergétique

Bâtir une société plus sobre en énergie et moins dépendante du nucléaire et des énergies fossiles... Avec un petit mois de retard, le coup d’envoi du débat sur la transition énergétique a été donné hier avec la première réunion du « Conseil national » qui doit en établir les règles du jeu et le calendrier. Les débats organisés au niveau national et régional doivent durer plusieurs mois et déboucheront à l’automne 2013 sur la présentation au Parlement d’une loi de programmation qui fixera les orientations de la politique énergétique de la France. Avec certains objectifs fixés par François Hollande : ramener la part du nucléaire dans la production électrique de 75 à 50% d'ici 2025, fermer Fessenheim fin 2016, développer les énergies renouvelables et toutes les sources d'économie possibles, notamment dans le bâtiment.

Un débat plutôt mal engagé : boycott de Greenpeace et des Amis de la Terre mécontents de la composition initiale du comité de pilotage, mise à l’écart du Syndicat des énergies renouvelables (SER)... Mais Delphine Batho ministre de l'écologie et de l'énergie, défend l’idée d’un grand débat citoyen, populaire et accessible à tous, dans lequel il n’y aura pas de sujet tabou et où toutes les idées pourront s'exprimer. Ce qui augure de discussions houleuses en particulier sur le nucléaire et les gaz de schiste... Le grand challenge sera de concilier les engagements sur le climat, la compétitivité économique, la justice sociale, l’approvisionnement énergétique et l’équilibre de la balance commerciale.

Un article très complet sur le site de La Croix explique les enjeux du débat.

 

Depuis 2010, McDonald’s France couvre la totalité des consommations électriques de tous ses restaurants avec de l’électricité d’origine renouvelable produite en France. Depuis janvier 2012, cette opération est réalisée avec l'achat de Garanties d'Origine certifiant la provenance de l’électricité produite à partir de sources renouvelables.

Nous nous sommes engagés à réduire de 60 % nos émissions de gaz à effet de serre entre 2005 et 2020 sur le périmètre de nos restaurants, par client servi. Notre plan énergie est construit sur trois piliers :
- Réduire les consommations d’énergie en sensibilisant les équipes des restaurants aux bonnes pratiques  environnementales grâce au logiciel EcoProgress™ qui permet le pilotage des consommations dans les restaurants (logiciel développé spécialement pour les restaurants McDonald’s).
- Accroître l’efficacité énergétique grâce à l’utilisation d’équipements moins consommateurs d’énergie et aux nouvelles technologies.
- Faire le choix des énergies renouvelables, en couvrant 100% des consommations électriques des restaurants avec des certificats verts dès 2010 et des garanties d'origine à partir de 2012.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Conférence environnementale : un nouvel élan ?

Posté par Delphine SMAGGHE, le 13/09/2012
Catégorie : Autre , Développement durable , Energie
Tags : conférence environnementale, ong, grenelle, transition énergétique, biodiversité, écologie, fiscalité écologique, gouvernance

Cinq ans après le démarrage du Grenelle, la « conférence environnementale pour la transition écologique » sera ouverte vendredi 14 septembre au matin par le président de la République et conclue le 15 après-midi par le Premier ministre. À la différence du Grenelle, six collèges de participants, et non pas cinq, seront autour de la table : État, collectivités locales, ONG, employeurs, salariés, auxquels s’ajoutent les parlementaires. Les participants discuteront autour de cinq tables rondes : transition énergétique, reconquête de la biodiversité, risques sanitaires environnementaux, fiscalité écologique et gouvernance environnementale.

Le bilan du Grenelle ? Pas vraiment enthousiasmant...

Un rapport commandé par Delphine Batho, ministre de l’écologie, dresse un bilan plutôt mitigé l'état écologique de la France depuis le lancement du Grenelle de l'environnement en 2007, sur une trentaine d’indicateurs. En résumé, il y a du bon et du moins bon, mais on est encore loin des ambitions premières.

Du côté des résultats encourageants, les Français prennent plus souvent le bus et le train et la part des transports en commun dans les déplacements des voyageurs a augmenté depuis 2006. On enregistre un léger mieux dans la consommation d’énergie des logements (mais loin de l’objectif initial.) Les ménages rejettent toujours moins de déchets et les trient de plus en plus, et sur ce plan les objectifs du Grenelle seront tenus avant l'heure.

Le moins bon, maintenant, voire pas bon du tout : la division par quatre des gaz à effet de serre dans les transports d’ici 2020 est plus que compromise. Les émissions sont reparties à la hausse après un creux en 2009 pour cause de crise économique. Le volume d'énergie consommée en France pour se chauffer a diminué, mais pas suffisamment, et la part des ressources renouvelables dans le bouquet énergétique progresse trop lentement. L'usage des pesticides augmente et le niveau d'artificialisation des sols, lié notamment à l'étalement urbain, dépasse le seuil fixé...

Sur le rapport, plus d’information sur Le Monde Planète et Les Echos.fr

Les ONG abordent cette conférence dans un esprit constructif, bien qu’elles aient manifesté tout d’abord un enthousiasme plutôt tiède. Elles s’opposent, d’une manière générale, à l’argument de la crise économique pour retarder des mesures jugées essentielles et urgentes, notamment sur les thèmes sensibles comme la transition énergétique et la biodiversité. Elles insistent sur les moyens qui ont manifestement fait défaut pour réaliser les objectifs du Grenelle. Greenpeace, après avoir exposé les raisons de ses réticences dans une série de billets, a pris la décision de « jouer le jeu de la concertation ». La conférence environnementale doit d'abord servir à fixer une méthode et à tracer une feuille de route pour les cinq ans à venir. Souhaitons que l’ouverture et la transparence attendue soit au rendez-vous...

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

La campagne du mois : l’imagination humaine au service d’un développement durable

Posté par Delphine SMAGGHE, le 17/05/2012
Catégorie : Autre , Communication , Développement durable
Tags : campagne, créations publicitaires, act responsible, social, environnemental, ong

Dans le cadre de la rubrique « La campagne du mois », je vous propose ce mois-ci « Forêt tropicale » créé par JWT Publicidade Ltda, agence brésilienne, pour Conservation International.

campagne, créations publicitaires, act responsible, social, environnemental, ong

Le slogan « Nous n'utilisons que 10% de notre capacité cérébrale. Dieu merci. » nous interpelle sur les capacités potentielles du cerveau humain à trouver des solutions pour assurer le développement durable de notre planète.

Cette campagne, intitulée « 10% », comprenait deux autres visuels : Renard et Glacier.

Conservation International travaille en partenariat avec les gouvernements aux niveaux local, régional et national à travers le monde - du Brésil à la Chine, des États-Unis au Libéria - avec un objectif commun : préserver les ressources naturelles. Ses initiatives ont aidé les partenaires gouvernementaux à surmonter les nombreux défis auxquels ils sont confrontés quand il s’agit de concilier et d’équilibrer les objectifs de développement, les intérêts économiques et les réalités politiques.

Plus d’informations (en anglais) sur le site de Conservation International.

Cette sélection de créations publicitaires au service des causes sociales et environnementales, je vous le rappelle, est extraite de la « galerie » de l’association Act Responsible, qui collecte le meilleur de la création publicitaire en provenance des associations, ONG... dans le but de donner de la visibilité à des communications souvent inconnues et de témoigner du travail quotidien des associations. Ces créations sont accessibles sur le site www.act-responsible.org.

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire |

La campagne du mois : sensibiliser au problème des déchets dans la nature

Posté par Delphine SMAGGHE, le 12/04/2012
Catégorie : Autre , Communication , Déchets
Tags : campagne, créations publicitaires, act responsible, social, environnemental, ong

Dans le cadre de la rubrique « La campagne du mois », je vous propose ce mois-ci « Herbe » par Ogilvy Group Bulgaria pour WWF.

Herbe.jpg

Directeur de Creation : Maria Todorova - Directeur Artisitique : Veneta Nikolova
Copywriter: Milena Krumova - Photographe: Boris Misirkov

Le slogan « Just a piece of garbage is not garbage » pourrait se traduire en français par « Un petit détritus ce n’est pas un tas d’ordures. C’est ce que vous et les 7 720 000 Bulgares pensent ». Ce message nous rappelle notre responsabilité à tous de garder notre planète propre par nos gestes quotidiens.

Il s’agit d’une campagne intitulée « Poubelle » qui comprenait deux autres visuels : Fleurs et Pierres.

Le WWF travaille en Bulgarie depuis 1998. Ses principaux objectifs : la conservation et la restauration de la biodiversité, assurer un développement durable de la région. Le WWF bulgare est également impliqué dans le réseau Natura 2000 et les aires protégées, qui se penchent sur les forêts et les écosystèmes d'eau douce au regard des politiques agricoles et du développement rural. Agir, réagir, se mobiliser, s'informer: bulgaria.panda.org

Cette sélection de créations publicitaires au service des causes sociales et environnementales, je vous le rappelle, est extraite de la « galerie » de l’association Act Responsible, qui collecte le meilleur de la création publicitaire en provenance des associations, ONG... dans le but de donner de la visibilité à des communications souvent inconnues et de témoigner du travail quotidien des associations. Ces créations sont accessibles sur le site www.act-responsible.org.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

La campagne du mois : sensibiliser à la conservation des océans

Posté par Delphine SMAGGHE, le 06/03/2012
Catégorie : Autre , Communication , Eau
Tags : campagne, créations publicitaires, act responsible, social, environnemental, ong

Dans le cadre de la rubrique « La campagne du mois », je vous propose ce mois-ci « Sous la mer » créé pour Greenpeace par l’agence suisse Draftfcb/Lowe Group GmbH.

campagne, créations publicitaires, act responsible, social, environnemental, ong
« Le plus grand prodige de la mer est qu’elle soit toujours vivante ».

Il s’agit d’une campagne de sensibilisation à la conservation des océans qui comprend d’autres visuels : Bateau, Cachette, et Monstre.

La mission essentielle de Greenpeace est de travailler sur des enjeux globaux (climat, énergie, biodiversité, etc.) qui peuvent avoir un impact direct ou indirect pour chaque habitant de notre planète. Cette campagne de conservation des océans met en lumière une problématique fondamentale pour l'association : nos océans sont devenus une décharge à ciel ouvert, les pollutions dues à nos activités achèvent de faire de nos mers et océans une gigantesque poubelle. Certaines sont imputables au passage des pétroliers et des chimiquiers ou aux plates-formes pétrolières. Mais 80% des polluants retrouvés dans les mers et les océans proviennent de nos activités à terre. Pour agir, réagir, se mobiliser, s'informer: le site de Greenpeace.

Cette sélection de créations publicitaires au service des causes sociales et environnementales, je vous le rappelle, est extraite de la « galerie » de l’association Act Responsible, qui collecte le meilleur de la création publicitaire en provenance des associations, ONG... dans le but de donner de la visibilité à des communications souvent inconnues et de témoigner du travail quotidien des associations. Ces créations sont accessibles sur le site www.act-responsible.org.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

La campagne du mois : « Nettoyons le monde », en Italie

Posté par Delphine SMAGGHE, le 19/01/2012
Catégorie : Autre , Communication , Déchets
Tags : campagne, créations publicitaires, act responsible, social, environnemental, ong

Dans le cadre de la rubrique « La campagne du mois », je vous propose ma troisième sélection de créations publicitaires au service des causes sociales et environnementales. Cette sélection, je vous le rappelle, est extraite de la « galerie » de l’association Act Responsible, qui collecte le meilleur de la création publicitaire en provenance des associations, ONG... dans le but de donner de la visibilité à des communications souvent inconnues et de témoigner du travail quotidien des associations. Ces créations sont accessibles sur le site www.act-responsible.org.

City.jpg
Directeur de création: Niccolò Brioschi, Francesco Montella - Directeurs Artistiques: Livio Grossi

Il s’agit d’une campagne d'appel à participation pour l'action « Nettoyons le monde. Vivre de manière durable. »

Legambiente est une association environnementale apolitique italienne créée en 1980. Elle a organisé des campagnes de sensibilisation en Italie et des activités de volontariat (Plages propres, Nettoyons le monde). L'association promeut, entre autres, l'utilisation d'énergies alternatives et d'énergies renouvelables, les économies d'énergies, la sauvegarde de certaines zones protégées, la lutte contre le trafic illégal de déchets. Chaque année elle élabore une analyse précise sur la situation de l'environnement en Italie (Ambiente Italia). Avec plus de 111 000 partisans et 2 000 cercles locaux Legambiente est l'association écologique la plus importante d'Italie.

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire |

La France hors-jeu dans la course à l'électricité solaire ?

Posté par Delphine SMAGGHE, le 09/02/2011
Catégorie : Energie
Tags : photovoltaïque, ong, renouvelable, lettre ouverte

 

Ce n'est pas encore le cas mais c'est le risque que dénoncent treize organisations professionnelles de l'énergie et du bâtiment, associations de protection de l'environnement et représentants des collectivités locales - dont Enerplan, l'ARF (Association des régions de France), la FNCCR (Fédération nationale des collectivités concédantes et régies), le Cler (Comité de liaison des énergies renouvelables), le RAC (Réseau action climat) et Touche pas à mon panneau solaire – dans une lettre ouverte envoyée au gouvernement. Selon ces organisations, les propositions de l'Etat sur la filière photovoltaïque "conduiraient inéluctablement" à "mettre  hors jeu [la France] de l'une des compétitions internationales les plus prometteuses pour l'économie, l'emploi et l'environnement".

Ces 13 organisations participent actuellement à la concertation organisée par l'Etat avec les acteurs de la filière photovoltaïque dans le but de créer un nouveau cadre réglementaire suite au moratoire dont fait aujourd'hui l'objet la précédente réglementation (qui a conduit à une "bulle spéculative"). C'est en réaction aux propositions faites au cours de cette concertation (entamée début décembre) que certaines organisations ont décidé de rédiger leurs propositions pour "une refonte en profondeur du dispositif".

Vous pouvez retrouver ici les propositions (> http://blog.pages-energie.com/concertation-sur-le-solaire...)

Alors que la menace des changements climatiques n'est plus hypothétique et que les consommations électriques ne cessent pourtant d'augmenter (+ 1,9 % cette année en France), il est indispensable de miser sur les alternatives renouvelables aux énergies fossiles ou nucléaires. 100 % de la consommation électrique des restaurants McDonald's est couverte via des certificats verts. Et dans le groupement de producteurs que nous avons choisi, nous avons volontairement misé sur la complémentarité (hydroélectricité, biomasse, solaire photovoltaïque, éolien et biogaz). J'attends donc avec impatience les résultats de la concertation annoncés pour mars.  

 

 

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

L'après Copenhague

Posté par Delphine SMAGGHE, le 21/12/2009
Catégorie :
Tags : changements climatiques, mexico, ong, entreprises

Alors voilà le sommet des nations unies sur les changements climatiques s'est achevé ce week-end après deux semaines de débats. Il a abouti à l'accord de Copenhague, un document de 3 pages qui affiche une ambition très modeste : limiter le réchauffement planétaire à 2 degrés par rapport à 1990.

Pour y arriver pas de feuille de route, pas d'objectif chiffré clair pour 2020 ou 2050. A noter seulement quelques avancées depuis Bali. La Chine, les États-Unis, l'Inde, l'Afrique, le Brésil et l'Europe ont discutés ensemble et chacun a pris part au débat. à la même table. D'ici 2012, 10 milliards de dollars par an seront débloqués pour la lutte contre le changement climatique et seront d'abord destinés aux pays les plus vulnérables. J'avais gardé espoir jusqu'à vendredi dernier pensant que les réunions de crise organisées à la hâte auraient conduits à des prises de décisions fortes mais il n'en est rien. Comme les associations ou certains responsables politiques, nous ne pouvons qu'être déçus car nous attendions un signe fort des chefs d'état.

Mais cet échec des gouvernements à dépasser certains intérêts nationaux ne doit pas nous faire baisser les bras. Rappelons que Copenhague a été l'occasion d'une mobilisation et d'une médiatisation sans précédent sur les changements climatiques et leurs conséquences ! ONG, citoyens, collectivités et entreprises ont déjà engagé des actions en faveur de la lutte climatique et comme McDonald's, beaucoup ont annoncé sans attendre des objectifs de réduction des émissions de GES de 20% ou 30% d'ici 2020. Il est important que nous restions mobilisés pour qu'en juin à Bonn et en décembre prochain à Mexico, nous arrivions enfin à un accord satisfaisant pour tous.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |