Transition énergétique : un débat « sans tabou » qui ne sera pas de tout repos

Posté par Delphine SMAGGHE, le 30/11/2012
Catégorie : Climat , Energie
Tags : débat, transition énergétique, nucléaire, gaz de schiste, ong, énergies renouvelables, sobriété énergétique

Bâtir une société plus sobre en énergie et moins dépendante du nucléaire et des énergies fossiles... Avec un petit mois de retard, le coup d’envoi du débat sur la transition énergétique a été donné hier avec la première réunion du « Conseil national » qui doit en établir les règles du jeu et le calendrier. Les débats organisés au niveau national et régional doivent durer plusieurs mois et déboucheront à l’automne 2013 sur la présentation au Parlement d’une loi de programmation qui fixera les orientations de la politique énergétique de la France. Avec certains objectifs fixés par François Hollande : ramener la part du nucléaire dans la production électrique de 75 à 50% d'ici 2025, fermer Fessenheim fin 2016, développer les énergies renouvelables et toutes les sources d'économie possibles, notamment dans le bâtiment.

Un débat plutôt mal engagé : boycott de Greenpeace et des Amis de la Terre mécontents de la composition initiale du comité de pilotage, mise à l’écart du Syndicat des énergies renouvelables (SER)... Mais Delphine Batho ministre de l'écologie et de l'énergie, défend l’idée d’un grand débat citoyen, populaire et accessible à tous, dans lequel il n’y aura pas de sujet tabou et où toutes les idées pourront s'exprimer. Ce qui augure de discussions houleuses en particulier sur le nucléaire et les gaz de schiste... Le grand challenge sera de concilier les engagements sur le climat, la compétitivité économique, la justice sociale, l’approvisionnement énergétique et l’équilibre de la balance commerciale.

Un article très complet sur le site de La Croix explique les enjeux du débat.

 

Depuis 2010, McDonald’s France couvre la totalité des consommations électriques de tous ses restaurants avec de l’électricité d’origine renouvelable produite en France. Depuis janvier 2012, cette opération est réalisée avec l'achat de Garanties d'Origine certifiant la provenance de l’électricité produite à partir de sources renouvelables.

Nous nous sommes engagés à réduire de 60 % nos émissions de gaz à effet de serre entre 2005 et 2020 sur le périmètre de nos restaurants, par client servi. Notre plan énergie est construit sur trois piliers :
- Réduire les consommations d’énergie en sensibilisant les équipes des restaurants aux bonnes pratiques  environnementales grâce au logiciel EcoProgress™ qui permet le pilotage des consommations dans les restaurants (logiciel développé spécialement pour les restaurants McDonald’s).
- Accroître l’efficacité énergétique grâce à l’utilisation d’équipements moins consommateurs d’énergie et aux nouvelles technologies.
- Faire le choix des énergies renouvelables, en couvrant 100% des consommations électriques des restaurants avec des certificats verts dès 2010 et des garanties d'origine à partir de 2012.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

La fin programmée du nucléaire en Allemagne

Posté par Delphine SMAGGHE, le 01/06/2011
Catégorie : Energie
Tags : centrales, nucléaire, éolien, charbon, gaz, renouvelables, allemagne

Vous l’avez entendu ou lu comme moi, le gouvernement allemand, par la voix de son ministre de l’Environnement Norbert Röttgen, vient d’annoncer la fermeture de toutes les centrales nucléaires du pays avant la fin 2022… L’Allemagne devient ainsi la première puissance industrielle à renoncer à cette source d’énergie. Cette décision s'appuie sur les travaux de la commission d'éthique sur le nucléaire, lancée en mars à la suite de la catastrophe de de Fukushima.

Cette annonce, bien qu’elle ne soit pas vraiment une surprise, suscite évidemment de nombreuses réactions. Près de 20% de l’énergie produite en Allemagne est alternative : éolien et solaire. Mais l’Allemagne est aussi un gros consommateur de charbon. Pour combler le déficit d’électricité nucléaire, elle devra probablement augmenter ses importations de charbon et de gaz, ce qui pose question du point de vue des émissions de gaz à effet de serre. Elle pourrait aussi augmenter ses importations d'énergie nucléaire depuis la France. Après Fukushima, sept centrales ont déjà été arrêtées, et les importations d’électricité en provenance de France ont doublé.

Le débat est relancé en France où l’énergie nucléaire fournit plus des trois-quarts de l’électricité, contre moins d’un quart en Allemagne, ce qui change tout de même les données du problème en termes de dépendance énergétique. C’est en tout cas l’un des arguments de ceux qui ne souhaitent pas que la France suive l’exemple allemand. L'argument des antinucléaires, c'est le potentiel des énergies renouvelables. Je suivrai de près, comme vous j’imagine, les conséquences économiques et environnementales de ce choix.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |