Internet et le climat

Posté par Delphine SMAGGHE, le 16/08/2009
Catégorie : Climat
Tags : ntic, ges, impacts

McDo_Blog_EcoProgressTIC.pngAu début de cette année, plusieurs médias ont dénoncé les quantités de GES émis par les serveurs Internet. En effet les entreprises qui développent des moteurs de recherches ou des logiciels informatiques disposent en général de centres de stockage de données aux quatre coins du monde. Ces derniers sont souvent de grands consommateurs d’électricité, électricité qui provient majoritairement aujourd’hui encore des énergies fossiles. Cette information nous a laissé un peu perplexes puisqu’elle requestionnait l’intérêt écologique des supports numériques alors que notre utilisation des réseaux Internet et Intranet était devenue depuis plusieurs années quotidienne et incontournable. Mais ces annonces ont aussi donné lieu à de vives réactions de la part d’experts et de chercheurs. Remettre en cause l’existence même des réseaux du seul fait de leur impact en termes d’émission de gaz à effet de serre sans les comparer à d’autres secteurs d’activité, peut sembler un peu court. Cela revient à oublier qu’ils donnent accès à l’information, à l’éducation et à la formation à un nombre de plus en plus important de personnes et favorisent les échanges entre les territoires. D’un point de vue environnemental, au-delà de faire de la sensibilisation, leurs usages peuvent améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments ou réduire les transports et ainsi participer aussi à la lutte contre les changements climatiques.  Nous pouvons citer en exemple le logiciel EcoProgress que nous utilisons chez McDonald’s. Depuis 2007, nous disposons de cet outil dans tous nos restaurants via le réseau intranet de l’entreprise. Celui-ci vise à aider chacun d’entre eux à progresser en matière d’environnement en permettant la réalisation d’audit des bonnes pratiques environnementales, le suivi des consommations d’eau, d’énergie et de consommables,  l’accès à des conseils… Pour une entreprise comme la nôtre, cet outil est nécessaire si nous voulons déployer notre stratégie environnementale à tout le réseau dans des délais raisonnables.

Nous avons également mis en place un dispositif de classe à distance pour former les référents environnement de chaque restaurant à l’utilisation d’EcoProgress dans tout l’hexagone, depuis leur lieu de travail. Cela nous permet de limiter les déplacements des participants : fin 2008 le dispositif avait permis d’éviter l’émission de 25 000 tonnes de CO2, soit l’équivalent des 205 956 kms parcourus en voiture par les 279 personnes jusqu’alors formées.

Bien sûr comme le souligne le rapport du MEEDDAT « TIC et Développement durable » (paru en décembre 2008), si jusque aujourd’hui le numérique présente un bilan positif en terme de réduction des émissions de GES, il faut rester vigilant quant aux consommations d’énergie de ce secteur et les optimiser autant que possible.

 

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |