Le restaurant McDonald’s de Revel, premier restaurant en France certifié HQE™ Construction

Posté par Delphine SMAGGHE, le 29/06/2012
Catégorie : Construction , Eau , Energie
Tags : hqe, construction, réduction, eau, énergie, biodiversité

C’est une première en France pour un bâtiment du secteur de la restauration : le restaurant McDonald’s de Revel, en Haute-Garonne, a reçu en mai dernier la certification NF Bâtiments Tertiaires-Démarche HQE (Haute qualité environnementale) pour la Construction. Elle est délivrée par Certivea, filiale du Centre scientifique et technique du bâtiment, qui valide ainsi la réduction des impacts environnementaux de l’ensemble du projet en prenant en compte les différentes étapes de la vie du bâtiment et de ses utilisateurs. Le restaurant a donc été conçu selon un cahier des charges particulièrement exigeant, y compris dans le choix des matériaux et des procédés de construction ou la gestion du chantier.

La consommation en eau du bâtiment est réduite de moitié par rapport à un bâtiment standard, grâce à des urinoirs « secs » et des récupérateurs d’eau de pluie (voir mon récent billet sur le sujet).

Côté énergie, les panneaux photovoltaïques installés sur le toit du restaurant couvriront 60% des besoins de l’éclairage, intérieur et extérieur. Les équipements de chauffage et de climatisation des locaux par air pulsé utilisent des pompes à chaleurs hautement performantes. Tout l’éclairage est équipé d’ampoules basse consommation ou de LEDs fonctionnant selon la luminosité extérieure.

Pour préserver la biodiversité, c’est une végétation locale, non invasive, non allergène et accueillante pour la faune qui a été plantée sur les voies, les parkings et les terrasses. Des fossés de réinjection pour les eaux pluviales dans les nappes phréatiques ont été creusés, et aménagés en zones de biodiversité protégée.

La qualité sanitaire de l’air intérieur a fait l’objet d’une attention particulière et un bilan électromagnétique complet a démontré que les normes et recommandations usuelles sont largement respectées.

Cette certification récompense les efforts conjugués du franchisé et de notre  département Construction nationale. C’était un réel défi technique, car il s’agissait de se calquer sur un référentiel « générique » qui n’était pas initialement adapté à notre secteur d’activité. Elle constituera une feuille de route pour nos futurs restaurants.

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire |

Bien gérer l’eau dans les restaurants

Posté par Delphine SMAGGHE, le 06/06/2012
Catégorie : Eau , Stratégie environnementale
Tags : eau, restaurants, urinoirs ans eau, robinet mousseurs, arrosage, pluie, bonnes pratiques

mousseur_urinoir.jpg
Robinet avec mousseur                         Urinoir sans eau

Une lettre récente de l’un de nos clients m’interrogeant à propos de la gestion de l’eau dans les restaurants m’a fait prendre conscience que cette question n’a pas été abordée dans ce blog depuis un certain temps... Sans doute parce que les actions mises en place sur ce plan l’ont été voici déjà plusieurs années, avec une progression graduelle et régulière qui ne fait pas l’objet d’actualités à proprement parler. Il n’en reste pas moins vrai que la bonne maîtrise de la ressource en eau dans les restaurants tient une place importante dans notre démarche environnementale. Je saisis donc l’occasion de faire un point sur cette question !

Une remarque préalable : la consommation d’eau dans les restaurants concerne majoritairement les sanitaires et le nettoyage des espaces extérieurs : on utilise peu d’eau de process en cuisine. Le second poste important est la fabrication de boissons, sur lequel il est difficile d’intervenir. Voilà pourquoi nous concentrons nos efforts sur les sanitaires et les extérieurs. Nous poursuivons deux objectifs.

Premier objectif : économiser l’eau

Les urinoirs sans eau : ils permettent, pour chaque restaurant équipé, d’économiser chaque année 150 à 200 m3 d’eau, soit l’équivalent de la consommation annuelle d’une famille de 4 personnes. Aujourd’hui, un peu plus de 600 restaurants sont équipés de ces urinoirs sans eau.

Les produits de robinetterie limitant les quantités d’eau :
les « mousseurs », qui s’adaptent facilement sur les robinets, permettent d’économiser 30 à 35% de la quantité d’eau consommée. Cette solution est systématiquement adoptée pour toutes les ouvertures de restaurants et pour toutes les rénovations. Dans de nombreux cas, les robinets combinent mousseurs et détecteurs de mouvements.

L’application de bonnes pratiques mises en place dans le cadre de notre dispositif de déploiement environnemental EcoProgress™ : il s'agit entre autres de vérifier régulièrement le débit des robinets, d'identifier le plus vite possible d’éventuelles fuites grâce à un relevé hebdomadaire des consommations, et de maintenir le bon fonctionnement des canalisations et des robinets dans le cadre de l’entretien des bâtiments.

Deuxième objectif : limiter le recours à l’eau potable quand elle n’est pas nécessaire

Les récupérateurs d’eau de pluie : depuis la clarification en 2009 de la réglementation en la matière, l’utilisation des eaux de pluie peut être élargie à l’alimentation des chasses d’eau des sanitaires (en complément de l’arrosage et du nettoyage des extérieurs). Un récupérateur permet de couvrir de 70 à 75 % des besoins annuels en « eaux techniques ». Pour l’instant, cet équipement concerne une cinquantaine de restaurants. Dans les régions où la pluviométrie est suffisante, il est systématique pour toutes les ouvertures de restaurant et nous le proposons à nos franchisés qui procèdent à une rénovation. Ce système, bien sûr, ne peut se concevoir dans les restaurants situés en centre-ville ou dans des centres commerciaux.

À propos de l’arrosage des espaces verts : dans le cadre du programme de rénovation « Full Image », l’aménagement des espaces extérieurs est conçu pour un apport minimal en eau (éléments minéraux privilégiés, plantes peu gourmandes en eau...), de façon à éliminer l’arrosage, l’eau de pluie étant suffisante. Les restaurants qui procèdent encore à un arrosage privilégient le goutte à goutte et n’arrosent pas pendant les heures d’ensoleillement.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

« L’eau, trésor de l’Himalaya » : une exposition au Pavillon de l’eau à Paris

Posté par Delphine SMAGGHE, le 13/01/2012
Catégorie : Autre , Communication , Eau
Tags : exposition, eau, paris, himalaya

EauDeParisExpo.jpg

Une jolie exposition se tient en ce moment au Pavillon de l’Eau à Paris, jusqu’au 25 février. Elle propose de partir à la découverte de l’eau dans cette région du monde qui fascine par sa beauté et sa démesure. On comprend comment l’eau influence l’extraordinaire variété des paysages de l’Himalaya et structure l’organisation sociale, économique et politique de la mosaïque de populations peuplant les versants de la plus vaste chaîne de montagne du monde.

L’exposition invite aussi à réfléchir sur trois grands thèmes : l’adaptation face aux changements climatiques, l’accès à l’eau pour tous, la gouvernance. De nombreuses activités (gratuites !) sont organisées autour de l’exposition. Pour les enfants (6-12 ans) : des ateliers créatifs, des séances de contes, des films...  Pour les adultes : des documentaires de National Geographic, entre autres.

Le Pavillon de l’eau est une ancienne usine de relevage des eaux de la Seine reconvertie en lieu d’accueil du public. Il est géré par Eau de Paris, la régie municipale en charge du service public de l’eau à Paris. Il se situe au 77 rue de Versailles.

Pour en savoir plus sur le programme, le site Eau de Paris.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Vers une multiplication des épisodes de sécheresse d’ici la fin du XXIème siècle

Posté par Delphine SMAGGHE, le 22/07/2011
Catégorie : Climat
Tags : sécheresse, prévisions, préserver, ressources, eau

Je sais bien qu’il faut un effort d’imagination ces derniers jours pour se sentir menacé par la sécheresse ! Et pourtant... Le projet CLIMSEC, présenté fin juin, étudie l’impact du changement climatique sur la sécheresse et l’eau du sol en France. Et les perspectives qu’il révèle sont plutôt alarmantes.

De quoi s’agit-il ? Coordonné par Météo-France et lancé en mars 2008, le projet de recherche CLIMSEC avait pour objectif de caractériser l’impact du changement climatique sur la ressource en eau. En étudiant avec précision les périodes de grande sécheresse survenues en France depuis 50 ans, en particulier les plus intenses, en 1976, 1989 et 2003. Cet état des lieux climatique a permis aux chercheurs de bâtir des prévisions à très long terme. Les conclusions de leur rapport ont été livrées fin juin.

Les projections sont préoccupantes. Le rapport prévoit pour le milieu du siècle, vers 2050, une intensification de l'assèchement des sols agricoles sur tout le territoire de la métropole. « À partir des années 2080 des déficits pluviométriques plus forts apparaissent, notamment en été et les sécheresses du sol pourraient devenir extrêmes sur la majeure partie du territoire » et peut-être durer plusieurs années, révèle le rapport. Qui souligne l'adaptation nécessaire à l'impact du changement climatique sur les ressources en eau.

La préservation des ressources en eau est l’un des objectifs poursuivi par notre plan agroécologique et les programmes d’action engagés sur nos cinq filières d’approvisionnement. En qualité, mais aussi en quantité. Pour les pommes de terre, par exemple, nous testons dans nos fermes de référence des capteurs qui mesurent l’eau disponible dans le sol. Les agriculteurs peuvent ainsi ajuster la quantité d’eau nécessaire, notamment en période de sécheresse.

Si vous voulez regarder le reportage de France3 Midi-Pyrénées du 30 juin sur le sujet, cliquez ici.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

42 départements concernés par la restriction en eau

Posté par Delphine SMAGGHE, le 22/05/2011
Catégorie : Eau
Tags : sécheresse, ministère, eau

La sécheresse s'aggrave en France : elle compromet les récoltes des céréales et menace les éleveurs, déjà mis en difficulté par la hausse des prix de l'alimentation du bétail.

À la date d'aujourd'hui, 42 départements au total vont appliquer des mesures de limitation d'usage de l'eau. Un comité sécheresse s'est réuni autour de la ministre de l'écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, composé d'usagers de l'eau (agriculteurs, industriels, EDF), d'élus et d'experts sur ces questions. Le constat est alarmant, il laisse craindre une sécheresse comparable à celle de 1976. Au niveau des nappes d'eau souterraine, environ 68 % des réservoirs affichaient, au 1er mai 2011, un niveau inférieur à la normale, notamment dans la plus grande partie du bassin parisien et dans le sud-ouest.

Afin de prévenir au mieux des risques de sécheresse, le comité dirigé par Nathalie Kosciusko-Morizet doit se réunir régulièrement afin de faire des constats de la situation et de prendre les meilleures décisions possible.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |