Doha, ce n’était pas encore ça !

Posté par Delphine SMAGGHE, le 12/12/2012
Catégorie : Climat , Stratégie environnementale
Tags : doha, climat, négociations internationales, accord, kyoto

doha, climat, négociations internationales, accord, kyoto, doha

Des avancées modestes mais indispensables pour les plus optimistes (ministère de l’écologie), l'une des plus mauvaises conférences sur le climat de l'histoire (Sandrine Bélier, Eurodéputée Europe Ecologie – Les Verts, sur Terra Eco)... Pour ceux qui n’en attendaient rien la conférence de Doha n’aura pas déçu. Au terme de deux semaines de négociations et 24 heures de prolongation, les négociations sur le climat ont finalement abouti à un accord minimal imposé de façon chaotique samedi 8 décembre à Doha.

Un bilan qu’aucun pays n’a osé juger satisfaisant et qui confirme le manque de volonté politique d'agir avec détermination pour lutter contre un réchauffement climatique qui s’accélère.

Le premier enjeu de Doha était de pérenniser le protocole de Kyoto, seul traité international contraignant les pays industrialisés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Grâce à l'Union européenne (UE), ils ont obtenu la survie du protocole de Kyoto de 2012 à 2020. Une prolongation qui ne concerne qu'une infime partie des pays développés (Union Européenne, Australie, Islande, Norvège et Suisse), et à peine 15 % des émissions des gaz à effet de serre. Ils ont aussi fixé le calendrier pour arriver à un accord global applicable en 2020 pour tous les pays du monde sans exception.

La France est candidate pour organiser la Cop 21 en 2015, qui après la Cop 19 prévue fin 2013 en Pologne puis la Cop 20 en 2014 en Amérique du Sud, sera chargée d'accoucher de cet accord global. La Chine et les Etats-Unis, les deux plus gros pays émetteurs de gaz à effet de serre, seraient cette fois impliqués, ainsi que tous les pays émergents (Brésil, Inde...).

Quant aux pays les plus pauvres – premières victimes du changement climatique en cours – ils continueront d’attendre les milliards de dollars dont ils ont besoin pour construire des digues ou compenser les pertes de récolte liées aux sécheresses à répétition.

Si minime soit-il, l’accord permet de maintenir les négociations onusiennes sous respiration artificielle en attendant une étincelle... Et le texte peut tout de même servir de socle pour le futur accord de 2015. C’est le verre à moitié plein.

Pour en savoir plus :

Réseau Action Climat de France

Novethic infos


Après avoir réalisé deux Bilans Carbone ® en 2005 et en 2008, nous nous sommes fixé un objectif de réduction de 20% d’émissions de GES entre 2005 et 2020 sur notre périmètre global, c'est-à-dire, en intégrant les activités en restaurant mais aussi en amont nos filières d'approvisionnement et en aval les émissions générées par nos clients. Cet objectif global implique un effort soutenu des restaurants, soit une réduction de 60% sur ce périmètre. Nous avons mis en place un mode de suivi régulier qui nous permet d’avoir une vision au plus juste de la réalité des émissions des restaurants et de piloter nos plans de progrès avec précision. Il alterne remontées mensuelles d’informations et points d’étapes effectués tous les 3 ans par un bureau d’études spécialisé. Le troisième Bilan Carbone® réalisé en 2011 fait apparaître des résultats  encourageants : ils montrent, en comparaison avec 2005, une baisse simultanée des  émissions par transaction sur chacun des deux périmètres : -34,7 % sur le périmètre restaurant et -2 % sur le périmètre global.


Commentaires (1) | Ajouter un commentaire |

Quel climat demain pour l’Europe ? Les prévisions de l’Agence Européenne de l’Environnement

Posté par Delphine SMAGGHE, le 07/05/2012
Catégorie : Climat , Energie
Tags : réchauffement climatique, climat, aee, prévisions, évolutions

L'Agence Européenne de l'Environnement (AEE) a rendu publiques, le 3 mai, ses prévisions sur l'évolution climatique jusqu'à la fin du siècle.

Selon ces projections, l'Europe sera en moyenne plus chaude de 1,5°C entre 2021 et 2050 qu'elle ne l'était entre 1960 et 1990. Ces hausses pourraient paraître imperceptibles, mais elles « masquent potentiellement de forts extrêmes » et peuvent avoir des conséquences considérables, précise l'AEE.

Toutes les régions ne seront pas touchées de la même façon. Les experts de l'agence annoncent ainsi que « le réchauffement le plus important est attendu sur l'est de la Scandinavie, le sud et le sud-est de l'Europe » avec une hausse des températures moyennes entre 0,4 et 2,5°. Les projections font aussi apparaître une différence entre le nord et le sud : au nord, ce sont les hivers qui se réchaufferont le plus, au sud, c'est en été que les cartes montrent les plus grands changements. Les précipitations augmenteraient de 15% au nord de l’Europe et chuteraient d’autant au sud.

Tout cela aurait des conséquences multiples : de plus en plus d'inondations dans le nord, des périodes de sécheresse de plus en plus fréquentes et longues dans la partie sud. « Beaucoup de pays devront adapter leur système agricole au changement climatique et faire face à moins d'eau, ou avec de l'eau à d'autres périodes de l'année » affirme l'agence.

Mais il ne s’agit que d’un scénario, qui peut encore être revisité... précise l’AEE, en réduisant rapidement les émissions de CO2 grâce notamment au remplacement des « énergies fossiles par des technologies utilisant les énergies renouvelables ». La Commission européenne et l'Agence ont récemment lancé sur Internet, Climate-ADAPT, regroupant les actions mises en œuvre pour contrer le réchauffement climatique.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Une vidéo de la Nasa résume plus d’un siècle de climat en 26 secondes

Posté par Delphine SMAGGHE, le 05/02/2012
Catégorie : Climat
Tags : réchauffement climatique, médias, vidéo, climat

Si vous vous intéressez au sujet, vous avez sans doute vu cette courte vidéo réalisée par un laboratoire de la Nasa (Goddard Institute for Space Studies), qui résume en 26 secondes 131 ans d’évolution des températures sur Terre, de 1880 à 2011.

 


La vidéo met en évidence les différences de température par rapport à la moyenne d’une période de référence 1951-1980. Les couleurs bleues témoignent de températures inférieures à cette moyenne, les couleurs rouges des températures supérieures. On voit une nette augmentation de la température depuis la fin des années 1970, renforcée dans les années 2000.
Les données compilées par le laboratoire proviennent des relevés de plus de 1000 stations météorologiques dans le monde, des observations satellitaires de la température de la surface de la mer et des mesures effectuées par la station de recherche de la NASA en Antarctique.
L’année 2011 se situe 0,51°C au-dessus de la température moyenne observée à la surface du globe en 1951. Neuf des dix années les plus chaudes jamais enregistrées l’ont été au cours de la dernière décennie.
Quelle est la responsabilité de l'homme ? La Nasa confirme que la hausse des températures est largement soutenue par l’augmentation des concentrations des gaz à effet de serre dans l’atmosphère, particulièrement du dioxyde de carbone, produit par les activités humaines (production d'énergie, transports, industrie, etc).

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Durban, l’avenir du protocole de Kyoto en jeu

Posté par Delphine SMAGGHE, le 29/11/2011
Catégorie : Climat
Tags : kyoto, copenhague, cancun, sommet, onu, climat, protocole

Les représentants près de 190 pays sont réunis depuis hier à Durban, en Afrique du Sud, pour un nouveau round de négociations de deux semaines sur le climat. C’est la 17ème conférence des parties (COP) des États signataires de la Convention Climat de l'ONU initiée à Rio de Janeiro en 1992.

COP17Durban.pngL’avenir du protocole de Kyoto est en jeu, aux côtés de questions comme les financements dont pourraient bénéficier les pays les plus vulnérables. Depuis 2005, ce protocole vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre, atténuer leur impact sur l'environnement et aider les pays les plus menacés à s'adapter. Une première période d'engagements s'achève fin 2012. Les pays en développement réclament de nouveaux engagements de la part des pays industrialisés. Ce que refusent notamment le Japon, la Russie et le Canada.

L’Union européenne a proposé une feuille de route. Ses pays ont en bonne partie respecté leurs engagements de réduction des gaz à effet de serre et atteindront leurs objectifs en 2012, ou n’en seront pas loin : ils se sentiraient donc moins menacés par un prolongement de l’entente. Reste à convaincre la Chine, l'Inde, ainsi que les États-Unis, paralysés par leur situation politique intérieure. Après l’échec de Copenhague, Cancun avait permis de trouver un accord a minima. Reste-t-il un espoir de débloquer la situation ?

Pour en savoir plus, je vous conseille la lecture d’un dossier très complet dans le magazine Alternatives Économiques de décembre, intitulé « Climat, pourquoi ça n’avance pas ».

Vous pouvez aussi lire ici le commentaire (avant son départ pour Durban) de Jean-Charles Hourcade, spécialiste de l'économie du changement climatique qui participe à la Conférence de Durban comme membre de la délégation française.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Un guide pour contrer les vraies / fausses bonnes raisons de ne pas agir

Posté par Delphine SMAGGHE, le 13/07/2011
Catégorie : Autre , Climat , Développement durable
Tags : convaincre, guide, agir, environnement, sceptiques, climat

convaincre,guide,agir,environnement,sceptiques,climat

Si vous vous sentez parfois à court face à des arguments du genre : « Le pétrole, quand y’en a plus, y’en a encore !» ou « On ne peut tout de même pas revenir à l’âge de pierre ! », vous pouvez chercher du secours dans ce guide, réalisé par le cabinet Des Enjeux et des Hommes, spécialisé dans la conduite du changement, et par Euromed Management. Il dresse d’abord avec un certain humour une cartographie des familles d’écolo-sceptiques. Les aquabonistes, par exemple, baissent les bras d’avance (« De toute façon, c'est trop tard, le climat est déréglé», « Tant que les chinois ouvriront une centrale à charbon par semaine »), les court-termistes (« De toute façon, je ne serai plus là au moment où les choses n’iront plus ») sont peu concernés par les efforts collectifs... et ainsi de suite avec les darwinistes, les scientistes, les manichéens...

Le trait a été volontairement grossi pour mieux identifier le profil de votre interlocuteur et la nature de ses freins. Le guide vous donne ensuite un certain nombre d’argumentations clés pour le convaincre, classés par types de famille. Toujours utile pour éviter de se laisser désarçonner !

Pour télécharger le guide.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Urgence climatique, le signal d’alarme de l’Agence Internationale de l’Énergie

Posté par Delphine SMAGGHE, le 22/06/2011
Catégorie : Climat
Tags : climat, émissions, co2, niveau record, rapport, aie

Je continue sur le thème du réchauffement climatique, que j’ai déjà abordé la semaine dernière, mais l’urgence climatique est toujours d’actualité comme en témoigne la récente annonce de l’Agence Internationale de l’Énergie, le 30 mai dernier : les émissions mondiales de C02 ont atteint en 2010 leur plus haut niveau historique. C’est évidemment une bien mauvaise nouvelle pour le climat. Les émissions de CO2 ont connu une légère chute en 2009, sans doute le seul effet positif de la crise financière mondiale, et sont reparties de plus belle jusqu’au niveau de record de 30,6 gigatonnes, soit un bond de 5% par rapport à leur précédent record, en 2008.

Pour le chef économiste de l’Agence, Fatih Birol, il s’agit même d’un « sérieux revers » qui compromet l’espoir de limiter le réchauffement climatique à 2°C par rapport à l’ère préindustrielle. Cet objectif a été entériné par les dirigeants du monde en 2010 lors du Sommet de Cancun. Pour le respecter les émissions de CO2 du secteur de l'énergie ne devraient pas dépasser 32 gigatonnes en 2020, selon les estimations de l'AIE. On s’en rapproche dangereusement... L’AIE évoque des « perspectives lugubres », les projections du rapport supposant même qu'il y a 50% de possibilités que l'augmentation de la température dépasse 4 degrés C° vers 2100.

Compte tenu que 80 % des centrales électriques qui fonctionneront en 2020 sont « soit déjà construites, soit en cours de construction », la plupart étant des centrales à carburants fossiles, « la marge de manœuvre est extrêmement étroite » pour réduire les émissions du secteur de l'électricité dans les prochaines années. Pour respecter les objectifs de Cancun des décisions courageuses et décisives doivent être prises très rapidement. Il ne reste plus qu’à espérer que les États entendent la sonnette d’alarme et agissent avant qu'il ne soit trop tard...

Pour notre part, nous nous sommes fixé un objectif de réduction de 20% de nos émissions de GES entre 2005 et 2020 sur notre périmètre global, c'est-à-dire, en intégrant en amont nos filières d'approvisionnement, nos activités en restaurant, et en aval, les émissions générées par nos clients. Ce qui suppose un effort important sur le périmètre des restaurants : une réduction de 60% sur ce périmètre représentera une réduction de 11% sur le périmètre global.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Les chiffres clés du climat en France et dans le Monde

Posté par Delphine SMAGGHE, le 11/02/2011
Catégorie : Climat
Tags : chiffres, repère, climat, émissions de ges

reperes.jpg

 

Chaque année, CDC Climat Recherche produit en partenariat avec le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement (MEDDTL).

 

Au programme = une quarantaine de pages compilant des données chiffrées relatives au phénomène scientifique du changement climatique, aux émissions de gaz à effet de serre, en particulier celles de CO2 liées aux usages énergétiques, et aux politiques économiques mises en place pour limiter ces émissions.

 

Vous pouvez retrouver l'édtion 2011 ici http://www.cdcclimat.com/IMG/pdf/chiffres_cles_du_climat_...

 

Bonne lecture !

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Changement climatique : comment s'y adapter ?

Posté par Delphine SMAGGHE, le 04/10/2010
Catégorie : Climat
Tags : climat, changement, consultation, ministère, citoyens

Ministère.jpg

Depuis plusieurs mois, des experts (entreprises, syndicats, administration, associations, élus, scientifiques) planchent sur l'épineuse question de l'adaptation au changement climatique. Ce travail a conduit à la formulation de plus de 200 recommandations correspondant à 14 thèmes de réflexion : agriculture, biodiversité, eau, transports, santé, tourisme, urbanisme, etc.

Le minsitère du Développement durable a choisi de lancer une consultation publique pour permetttre aux citoyens de réagir aux propositions des experts (vous pouvez choisir uniquement quelques recommandations si vous ne voulez pas donner votre avis sur les 200 !) et de proposer de nouvelles mesures.

Il ne vous reste plus que 10 jours pour y participer (jusqu'au 15 octobre 2010) >

http://www.developpement-durable.gouv.fr/La-remise-du-rapport-des-groupes.html

Je suivrai de près les résultats de cette consultation pour voir si elle aura rencontré le succès escompté.

 

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Poznan, étape importante, nouvel espoir...

Posté par Delphine SMAGGHE, le 02/12/2008
Catégorie : Stratégie environnementale
Tags : climat, bilan carbone, poznan

J'avais envie de réagir aujourd'hui sur un sujet d'actualité important : la Conférence Internationale des Nations Unies sur le climat qui se tient depuis hier à Poznan en Pologne.

J'attends avec beaucoup d'intérêt les conclusions de cette conférence car elles vont intervenir dans la stratégie environnementale de McDo. Déjà en 2005, nous nous étions calés sur les engagements du protocole de Kyoto en nous fixant comme objectif de réduire de 8 % nos émissions de gaz à effet de serre avant 2010. Le Bilan Carbone à mi-parcours que nous venons de finir montre que nous avons déjà atteint en 2008 cet objectif. Bien sûr, nous en sommes très heureux mais nous voulons dès à présent nous fixer de nouveaux objectifs de progression pour les années à venir. Et les engagements mondiaux qui découleront de la Conférence de Poznan vont jouer un rôle déterminant.

 

Pour ceux que ça intéresse et qui ne le savent pas, sachez qu'une séance d'information « De retour de Poznan... » se déroulera mardi 16 décembre prochain de 17h 30 à 20h dans la salle des fêtes de la Mairie du X ème arrondissement, 72 rue du Fbg Saint-Martin, 75 010 Paris Métro Gare de l’Est, Jacques Bonsergent ou Château d’eau), en présence de Pierre Radanne, ancien président de l'Ademe et président de 4D qui représente les pays francophones lors de ces négociations.

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire |