Les consommations électriques des restaurants couvertes à 100% par de l’électricité d’origine renouvelable

Posté par Delphine SMAGGHE, le 22/03/2012
Catégorie : Energie , Stratégie environnementale
Tags : énergies renouvelables, garanties origine, plan énergie, certificats verts

énergies renouvelables,garanties origine,plan énergie,certificats verts

Vous le savez sans doute si vous fréquentez régulièrement ce blog : depuis le 1er janvier 2010, tous nos restaurants couvrent 100% de leurs consommations électriques par de l’électricité d’origine renouvelable, par l’achat de certificats verts, qui établissent un lien entre les lieux de production et de consommation grâce à un outil de comptage et de traçabilité des kilowattheures (kWh). En 2011, ce sont 101 producteurs français qui ont fourni les certificats verts nécessaires à la couverture de l’intégralité des consommations électriques pour l’ensemble des restaurants. Nous avons voulu privilégier les producteurs d’énergies renouvelables en fonction de critères spécifiques. Il s’agissait par exemple de favoriser un maillage du territoire aussi équilibré que possible, avec des acteurs indépendants implantés localement, mixant des sources de production équitablement réparties entre l’hydro-électricité, l’éolien et la valorisation de déchets.

En janvier 2012, les certificats verts ont été remplacés par des Certificats Garanties d’Origine. Le mécanisme est conservé, mais encadré de façon plus fine par la réglementation, et sa finalité reste la
même : contribuer au développement de la production d’énergie d’origine renouvelable. Le nombre de producteurs capables de délivrer des garanties d’origine sera plus restreint en 2012 et nous devrons intégrer une part de sources hydroélectriques plus importante. Mais cela n’influence pas notre stratégie et nous visons un retour à une situation équilibrée en matière de technologies de production à partir de 2013.

Commentaires (8) | Ajouter un commentaire |

Cette année encore, des certificats verts pour l'ensemble de nos restaurants

Posté par Delphine SMAGGHE, le 24/04/2011
Catégorie : Energie
Tags : certificats verts, énergies renouvelables

Image1.png

La petite hydroélectricité représente 31% du mix énergétique des certificats verts de McDonald's 

En 2010, nous avons couvert 100% des consommations électriques de tous nos restaurants par l’achat de certificats verts. Nous renouvelons l’opération en 2011 parce que nous sommes convaincus qu’elle exerce un effet de levier positif sur le développement à terme des énergies renouvelables. Petit zoom pour expliquer pourquoi.

Ce qui est un peu difficile à comprendre dans le mécanisme, c’est que les restaurants continuent d’être alimentés par le réseau électrique national et conservent leur opérateur. C’est en partie ce qui fait polémique. Nous sommes bien conscients que les électrons qui alimentent nos restaurants ne sont pas des électrons "verts". L’achat de certificats verts est une opération indépendante de la fourniture physique d’électricité. Plusieurs raisons à cela : l’électricité ne se stocke pas, il est impossible de tracer l’origine des électrons et il n’y a qu’un seul réseau de distribution en France.

Alors, quel est le bénéfice, me direz-vous ? En achetant des certificats verts, les restaurants sont assurés qu’une quantité d’électricité d'origine renouvelable, équivalente à leur consommation réelle, a bien été produite et injectée pour eux dans le réseau. Les producteurs fournissent les certificats verts proportionnellement à leur production. Supposons que de plus en plus d’entreprises et de particuliers fassent la même chose : la demande en certificats verts dépasserait l’offre disponible. Cette situation inciterait les opérateurs à développer leur capacité de production pour produire plus d’énergie d’origine renouvelable. L’achat de certificats verts permettrait ainsi de soutenir la filière des énergies renouvelables. C’est dans ce sens qu’ils ont été créés. De plus, les producteurs qui nous fournissent les certificats s’engagent à réinvestir une part des revenus de leur vente dans l’amélioration de leurs installations pour en diminuer les impacts environnementaux.

Au-delà des certificats verts, c'est dans une politique globale de réduction des consommations d'énergie que nous nous sommes engagés. Je ne le détaillerai pas ici mais je vous invite à lire le dossier page 24 de notre EcoJournal 2010 (notre rapport environnemental) si vous voulez en savoir un peu plus > http://www.mcdonalds.fr/?c=environment-expert&p=secti...

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Le mix énergétique : la clé pour des énergies renouvelables compétitives

Posté par Delphine SMAGGHE, le 02/08/2010
Catégorie : Energie
Tags : énergie, éolien, grenelle, certificats verts

Eolienne.jpg

Suite au vote de la loi Grenelle 2, je souhaitais m’arrêter deux minutes sur les énergies renouvelables, et plus particulièrement sur l'éolien qui a fait l'objet de nombreuses discussions tout au long de la rédaction de cette loi.

Un objectif a été fixé : 500 mâts à installer chaque année et ce, malgré l'adoption de dispositions contraignantes (classement en Installations Classées pour l’Environnement (ICPE), 5 mâts minimum pour une installation, éloignement à 500 m des habitations). Cet objectif de 500 mâts devrait permettre de renforcer la production d'electricité "verte" et par conséquence l'offre actuelle en certificats verts.

Nous sommes particulièrement attentifs à ce sujet puisque, depuis le 1er janvier 2010, nous avons  choisi de couvrir 100 % de la consommation électrique des restaurants via les certificats verts. Nous avons privilégié un groupement de producteurs offrant un mix énergétique équilibré et faisant appel à différentes ressources (hydroélectricité, biomasse, solaire photovoltaïque, éolien et biogaz). Car pour être "compétitives" par rapport aux ressources non renouvelables, les sources d’origines renouvelables doivent miser sur la complémentarité. Et comme aucune source d’énergie (même renouvelable !) n’est "zéro défaut", se priver d’une d'entre elles (cf les attaques virulentes contre l’éolien) serait contre-productif pour toute la filière énergétique.

Commentaires (9) | Ajouter un commentaire |

Electricité verte, comment choisir ?

Posté par Delphine SMAGGHE, le 07/09/2009
Catégorie : Energie
Tags : émissions de ges, garanties d'origine, certificats verts

Pour faire fonctionner nos restaurants, nous utilisons principalement de l'électricité. Pour réaliser des économiser d'énergie, nous encourageons l'utilisation des énergies renouvelables en complément d'action de maîtrise des consommations et d'amélioration de l'efficacité énergétique de nos équipements. Depuis quelques mois, nous nous intéressons aussi de près aux offres d'électricité verte qui se développent depuis l'ouverture du marché de l'électricité voulue par l'union européenne. Pas si simple de s'y retrouver entre législation, obligation d'achats, garanties d'origine, certificats verts, ... d'autant qu'en France, la libéralisation du marché de l'électricité créé un petit bouleversement culturel dans un système jusqu'alors nationalisé et géré par un opérateur historique.   

Premiers éléments de réflexion

D'un point de vue réglementaire, tous les opérateurs doivent aujourd'hui proposer aux consommateurs - particuliers et entreprises - la fourniture de tout ou partie d'électricité verte produite à partir de l'éolien, du  photovoltaïque, de l'hydraulique, de la géothermie, ou du biogaz. Il s'agit là d'un système incitatif mis en place pour promouvoir la production d'électricité verte en favorisant l'installation de systèmes utilisant des énergies renouvelables. Pour cela les opérateurs peuvent choisir de produire eux-mêmes de l'électricité d'origine renouvelable, de l'acheter sur le marché à d'autres producteurs disposant de garanties d'origine ou encore d'acheter des certificats verts. Quelle différence entre garanties d'origine et certificats verts?

La garantie d'origine est payante et obtenue sur demande auprès du réseau public de transport de l'électricité, par les producteurs.  

Les certificats verts quant à eux relèvent d'une initiative privée. Leur gestion en France est assurée par un organisme de certification Observer, qui répond lui-même à une charte européenne établi par l'association RECs International (Renewable Energy Certificate System), soutenue par la commission européenne. Observ'er émet un certificat vert pour de 1 MWh de production verte et se charge ensuite de le transférer au fournisseur demandeur, puis de le détruire pour éviter qu'il ne soit vendu plusieurs fois.

Plusieurs choix s'offrent donc à nous aujourd'hui. Nous pouvons acheter directement à des producteurs des certificats verts ou souscrire à l'offre renouvelable d'un opérateur qui dispose de certificats verts ou de garanties d'origine.

Prochaine étape : bien étudier chacune des offres des fournisseurs et les analyser en fonction de nos objectifs environnementaux que sont la lutte contre le changement climatique et la préservation des ressources naturelles. Nous serons alors en mesure de faire un choix  cohérent au regard de notre exigence en matière de traçabilité et des démarches à entreprendre pour faire que l'ensemble de nos restaurants puisse y souscrire. A suivre.

Commentaires (7) | Ajouter un commentaire |