Sur les toits de Paris... un jardin potager

Posté par Delphine SMAGGHE, le 04/01/2013
Catégorie : Autre , Développement durable , Stratégie environnementale
Tags : recherche, stratégie agorécologique, partenariats, écoles, agriculture, expérimentation, jardin, toits

Potager_toit_AgroParisTech.jpg

Pour évacuer joliment les derniers relents de fin du monde, je vous propose d’entamer cette année 2013 sur une note optimiste avec ce potager urbain expérimental installé sur les toits d’AgroParisTech, dans le 5ème arrondissement de Paris.

Nicolas Bel et Nicolas Marchal, de l'association Potager sur les toits, ont convaincu la direction de cette école d’ingénieurs (dans le domaine du vivant et de l’environnement) d'investir la vaste terrasse de leur toit pour y mener des expérimentations. L’idée est de montrer qu’il est possible de cultiver des légumes sur une base de déchets organiques abondants en milieu urbain et périurbain. Dans des bacs carrés en bois, ils comparent différents types de sols: du marc de café, du compost, des déchets de bois... et du terreau que l'on peut trouver dans le commerce. Des chercheurs de l’INRA, d’AgroParisTech, de l’école normale et du muséum d’histoire naturelle ont rejoint le projet.

Premier verdict : c’est le compost où circulent les vers de terre et poussent des champignons qui donne les plus belles salades ! Il est nourri des déchets de la cafétéria de l'école. Le compost issu de déchets verts est aussi le plus intéressant économiquement.

L’impact de la pollution urbaine sur les fruits et légumes récoltés est aussi analysé. Là encore, les résultats sont prometteurs : les mesures ont montré que les teneurs en cadmium et en plomb contenus dans les tomates et les laitues cultivées sur le toit sont largement en dessous des normes recommandées.

La mairie de Paris évalue à 314 hectares la surface des toitures végétalisables dans la capitale. L'association Potager sur les toits a prévu de planter des potagers un peu partout dans Paris, y compris aux abords du périphérique. Elle a déjà été sollicitée pour créer un potager sur le toit du restaurant La Tour d’Argent.

Voici le reportage réalisé par le journal LeMonde.

Vous trouverez aussi un article assez complet sur le site Paris.fr

Un projet de recherche avec AgroParisTech est en cours dans le cadre de nos appels à projets environnementaux. Il se déroule sur une période de deux ans (d’octobre 2011 à octobre 2013) sur la Ferme Expérimentale de Grignon. Située dans les Yvelines, cette ferme sert de support aux activités d’enseignement et de recherche d’AgroParisTech. L’objectif du projet : tester des techniques (aménagements, protocoles de suivi, etc.) permettant de favoriser la biodiversité sur des parcelles avec rotations incluant le blé sur l’exploitation de la ferme expérimentale de Grignon. Une fois cette étude en place, les résultats observés par AgroParisTech sur l’évaluation des enjeux liés à la biodiversité et ceux mis en œuvre sur les fermes de référence seront croisés pour déployer ensuite les aménagements et les protocoles de suivi les plus intéressants dans le cadre de la stratégie agro-écologique de McDonald’s France.

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire |

Les moissons du futur, où comment on nourrit le monde

Posté par Delphine SMAGGHE, le 17/10/2012
Catégorie : Autre , Développement durable
Tags : agroécologie, agriculture, alternatives, pesticides, enquête, documentaire, robin

D’accord, c’est avec un jour de retard que je vous parle de ce documentaire de Marie-Monique Robin diffusé hier sur Arte. Si vous l’avez déjà vu, tant mieux ! Sinon rien ne vous empêche de le voir, ou même de le revoir, puisqu’il sera rediffusé le samedi 20 octobre à 15H40, le mardi 30 octobre à 10H35 et le jeudi 8 novembre à 14H10... Il est en outre proposé en replay ou VOD, ou en DVD. Bref, il n’est pas trop tard !

Pour nourrir les 9 milliards d'habitants annoncés en 2050, existe-t-il une alternative au modèle agricole actuel, issu de la révolution verte lancée dans les années 1960 ? Non, répond le Président de l'Association nationale de l'industrie agro-alimentaire : une agriculture bio entraînerait une baisse de la production de 40 % pour une hausse des prix de 50 %. Oui, répond le Rapporteur spécial pour le droit à l'alimentation des Nations unies.

Qui croire ? La réalisatrice est allée enquêter aux quatre coins du globe pour répondre à cette question. Pluriculture au Mexique ou au Japon, agroforesterie au Malawi, méthode du push-pull au Kenya... Le documentaire montre que les méthodes de l’agroécologie sont des solutions viables non seulement pour lutter contre la faim dans le monde mais également pour la souveraineté et la sécurité alimentaire. À vous de voir !

La bande annonce :

 

Toutes les infos utiles pour (re)voir le documentaire sur le site d’Arte.

 

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Inauguration d’une nouvelle ferme de référence ouverte au public

Posté par Delphine SMAGGHE, le 14/06/2012
Catégorie : Communication , Filières Qualité , Stratégie environnementale
Tags : agroécologie, pratiques agronomiques, fermes de référence, agriculture, filières, expérimentations

agroécologie,pratiques agronomiques,fermes de référence,agriculture,filières,expérimentations

Je vous ai parlé en octobre dernier de l’inauguration de la première ferme de référence, près d’Arras, dédiée à la pomme de terre. Le 30 mai, la seconde ferme de référence a été inaugurée à son tour, cette fois-ci sur la filière blé.

Il s’agit de la ferme de Christophe Guerton, dans le Loiret. Une partie de l’exploitation est située dans la zone Natura 2000 de la vallée de l’Essonne et des vallons voisins. Cette ferme familiale produit entre autre du blé de force (le tiers de sa production) pour la filière McDonald’s France.

Sous un beau soleil, les invités (équipes de McDonald’s France et franchisés) ont suivi le parcours de visite, jalonné de panneaux explicatifs sur la culture du blé de force, le local de stockage des produits phytosanitaires, le matériel, la zone de tri des déchets, le stockage après récolte et la transformation (du blé aux petits pains). Des représentants des différents acteurs de la filière sont intervenus : la coopérative de Boisseaux, les Grands Moulins de Paris et East Balt France, notre fournisseur de petits pains.

Plusieurs pratiques destinées à préserver la biodiversité sont en test dans cette ferme comme la plantation d’essences locales rares (alisier ou cormier par exemple) ou l’installation de nichoirs à abeilles. Pour ce qui est des pratiques sur la culture du blé de force, on expérimente ici l’apport localisé d’engrais phosphaté et des inter-cultures destinées à limiter l’érosion et piéger les nitrates. Christophe Guerton nous a aussi expliqué ce qui est mis en place depuis plusieurs années pour limiter l’utilisation des produits phytosanitaires en s’appuyant sur des outils d’aide à la décision qui permettent de savoir s’il faut traiter, comment et quand... Et également pour réduire les consommations d’énergie liées au matériel utilisé, pour trier les déchets et limiter les risques de pollution de l’eau au moment du remplissage et du rinçage des pulvérisateurs.

La ferme de Christophe Guerton, comme celle de Ghislain Leprince (pommes de terre) s’ouvrira petit-à-petit au public. Nous travaillons actuellement sur un programme annuel de visites qui s’adressera à la fois au public interne et au public externe de McDonald’s et permettra d’accueillir progressivement de plus en plus de visiteurs.

Depuis 2010, notre stratégie agroécologique se décline en programmes d’actions sur chacune de nos 5 principales filières d’approvisionnement. Un réseau de fermes de référence réparties sur différents bassins d’approvisionnement a été mis en place. Des agriculteurs et éleveurs volontaires y expérimentent actuellement plus de 50 pratiques environnementales innovantes. Ces pratiques sont mesurées et évaluées grâce à des indicateurs agro-environnementaux et des indicateurs économiques. Les plus efficaces seront progressivement proposées aux autres producteurs. Pour faire découvrir la démarche, nous avons choisi d’ouvrir au public une ferme de référence dans chaque filière.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Loi Grenelle 2 : où en est-on après un an ?

Posté par Delphine SMAGGHE, le 04/07/2011
Catégorie : Autre , Climat , Construction , Développement durable
Tags : grenelle, loi, décrets, bilan, bâtiments, agriculture, biodiversité

La loi Grenelle 2 a été adoptée il y a tout juste un an. Elle détaillait concrètement les engagements pris dans le Grenelle 1 sur l’isolation des bâtiments, l’agriculture bio, la mobilité urbaine ou encore la protection des espèces et des écosystèmes...

Deux députés se sont penchés sur un premier bilan, assez mitigé de son application. Un an après le vote, moins d’un tiers des décrets d’application sont entrés en vigueur. Le calendrier est serré : pas moins de 130 décrets restent à finaliser pour le gouvernement avant la fin de l’année. Ce retard dans le démarrage viendrait d’un temps de gestation très long pour certains des décrets les plus complexes. Le rapport publié par les députés dénonce aussi un « manque criant de moyens humains et financiers » pour assurer le suivi de la loi : un seul administrateur de l’Assemblée nationale, aidé d’une stagiaire, pour suivre la publication de 189 décrets ! Autre écueil : les conditions de la concertation. Certaines parties prenantes déplorent des délais courts pour se prononcer, des remarques prises en compte ou écartées sans justification…

Les rapporteurs soulignent « le poids des lobbies », qui ont parfois vidé la loi de son contenu. Le décret sur le bilan carbone des entreprises, par exemple, ne concerne désormais que leurs émissions directes, alors que les émissions indirectes peuvent représenter jusqu’à 80% des émissions totales des entreprises ! Par ailleurs, le gouvernement n’a pas réalisé ou communiqué certains rapports attendus sur des sujets stratégiques, comme celui sur l’une des mesures phares visant à recenser les dispositions fiscales pouvant nuire à la biodiversité. Le rapport salue cependant le volet « gouvernance » qui répond aux attentes de décentralisation croissante de la politique énergétique, avec des acteurs locaux très impliqués ».

Le gouvernement a malgré tout assuré que la moitié des décrets serait publiée dans l’été et la totalité fin 2011.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Les concertations agricoles font leur chemin

Posté par Delphine SMAGGHE, le 24/07/2009
Catégorie : Filières Qualité
Tags : concertation, agriculture, bio

Comme vous le savez sans doute déjà, nous avons lancé lors du Salon International de l’Agriculture un  processus de concertations agricoles. Notre objectif : faire progresser avec nos principaux fournisseurs, les pratiques agricoles de nos filières sur un plan environnemental.

 

En parallèle du  travail de réflexion mené avec nos fournisseurs, nous avons réuni, les 7 et 8 juillet derniers, une quinzaine d’universitaires et de chercheurs, experts des problématiques « Agriculture & Environnement ». Avec eux, nous avons fait le tour des différentes controverses actuelles en matière de productions agricoles et des alternatives aujourd’hui proposées par le monde de la recherche.

Face aux impacts sur l’air, l’eau, le sol, la biodiversité, les consommations d’énergie liés à l’utilisation de pesticides, de fertilisants chimiques (…), des pistes de solutions intéressantes existent :  utilisation de moyens mécaniques, choix de variétés, travail sur l’itinéraire technique cultural, pratiques issues du cahier des charges de l’agriculture biologique …

En matière d’élevage bovin, par exemple, la méthanisation, le changement d’alimentation ou de système d’élevage (etc…) pourrait réduire de façon non négligeable les émissions de gaz à effet de McDo_concertagri_logo.jpgserre.

 

Prochain rendez-vous les 14 & 15 septembre prochains

 

A partir de ces travaux, nous organisons en septembre, un groupe d’évaluation interactive impliquant toutes les parties prenantes. Il fera notamment intervenir tous les maillons de la chaîne : nos fournisseurs (McCain, Lambweston, McKey, Crudi, Cargill, East Balt), les instituts techniques agréés, les syndicats et fédérations professionnelles, des groupements de producteurs, des associations et ONG environnementales, et des chercheurs…Il devra permettre de poursuivre nos réflexions et surtout de décliner sur chacune de nos filières des solutions efficaces et respectueuses de l’environnement avec tous les acteurs concernés « de la fourche à la fourchette ».

 

A suivre 

 

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire |