Énergie, les solutions du futur

Posté par Delphine SMAGGHE, le 28/01/2013
Catégorie : Développement durable , Energie
Tags : énergies renouvelables, mix énergétique, solutions, futur

Sur fond de débat national sur la transition énergétique, un article très intéressant sur le site Place publique.

Un tour d’horizon de « dix solutions encore peu exploitées, qui d’ici 10, 20 ou 50 ans viendront compléter notre mix énergétique. A condition que les recherches aboutissent, que les moyens financiers suivent et que l’éthique écologique soit associée au développement de certaines d’entre elles. »

De l’huile d’algues, de l’air transformé en pétrole, des bactéries carburant, des bouées qui récupèrent l’énergie des vagues, des aérogénérateurs volants... Certaines de ces solutions ne manquent pas de poésie !

Où l’on voit que les ressources (renouvelables) de la planète et l’ingéniosité  humaine offrent bien plus de perspectives qu’on pourrait le croire. Et pas si utopiques que ça !

À lire ici, comme une bouffée d’oxygène.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Transition énergétique : un débat « sans tabou » qui ne sera pas de tout repos

Posté par Delphine SMAGGHE, le 30/11/2012
Catégorie : Climat , Energie
Tags : débat, transition énergétique, nucléaire, gaz de schiste, ong, énergies renouvelables, sobriété énergétique

Bâtir une société plus sobre en énergie et moins dépendante du nucléaire et des énergies fossiles... Avec un petit mois de retard, le coup d’envoi du débat sur la transition énergétique a été donné hier avec la première réunion du « Conseil national » qui doit en établir les règles du jeu et le calendrier. Les débats organisés au niveau national et régional doivent durer plusieurs mois et déboucheront à l’automne 2013 sur la présentation au Parlement d’une loi de programmation qui fixera les orientations de la politique énergétique de la France. Avec certains objectifs fixés par François Hollande : ramener la part du nucléaire dans la production électrique de 75 à 50% d'ici 2025, fermer Fessenheim fin 2016, développer les énergies renouvelables et toutes les sources d'économie possibles, notamment dans le bâtiment.

Un débat plutôt mal engagé : boycott de Greenpeace et des Amis de la Terre mécontents de la composition initiale du comité de pilotage, mise à l’écart du Syndicat des énergies renouvelables (SER)... Mais Delphine Batho ministre de l'écologie et de l'énergie, défend l’idée d’un grand débat citoyen, populaire et accessible à tous, dans lequel il n’y aura pas de sujet tabou et où toutes les idées pourront s'exprimer. Ce qui augure de discussions houleuses en particulier sur le nucléaire et les gaz de schiste... Le grand challenge sera de concilier les engagements sur le climat, la compétitivité économique, la justice sociale, l’approvisionnement énergétique et l’équilibre de la balance commerciale.

Un article très complet sur le site de La Croix explique les enjeux du débat.

 

Depuis 2010, McDonald’s France couvre la totalité des consommations électriques de tous ses restaurants avec de l’électricité d’origine renouvelable produite en France. Depuis janvier 2012, cette opération est réalisée avec l'achat de Garanties d'Origine certifiant la provenance de l’électricité produite à partir de sources renouvelables.

Nous nous sommes engagés à réduire de 60 % nos émissions de gaz à effet de serre entre 2005 et 2020 sur le périmètre de nos restaurants, par client servi. Notre plan énergie est construit sur trois piliers :
- Réduire les consommations d’énergie en sensibilisant les équipes des restaurants aux bonnes pratiques  environnementales grâce au logiciel EcoProgress™ qui permet le pilotage des consommations dans les restaurants (logiciel développé spécialement pour les restaurants McDonald’s).
- Accroître l’efficacité énergétique grâce à l’utilisation d’équipements moins consommateurs d’énergie et aux nouvelles technologies.
- Faire le choix des énergies renouvelables, en couvrant 100% des consommations électriques des restaurants avec des certificats verts dès 2010 et des garanties d'origine à partir de 2012.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Les éoliennes représentent-elles une menace pour les oiseaux ?

Posté par Delphine SMAGGHE, le 09/05/2012
Catégorie : Energie
Tags : énergies renouvelables, éoliennes

Eolienne.jpg

Sans doute moins que ne l’affirment leurs détracteurs, si l’on en croit une très récente étude publiée dans le Journal of Applied Ecology, menée par quatre ornithologues qui ont suivi dix des principales espèces d'oiseaux évoluant au Royaume-Uni.

Les conclusions de cette étude montrent que les parcs éoliens ne sont pas incompatibles avec les peuplements d’oiseaux, et que ceux-ci peuvent même se développer. Les oiseaux semblent éviter les pales des turbines, contrairement à ce qui est souvent affirmé : les oiseaux sauvages entrent régulièrement en collision avec les pales tournantes ou sont perturbés par le bruit.

C’est pendant leur construction, en revanche, que les parcs s’avèrent dangereux pour certaines espèces. Il faudrait maintenant réfléchir à la façon de minimiser ces effets néfastes, concluent les chercheurs...  En construisant ces parcs là où l’impact sur les espèces les plus fragiles est moindre, par exemple.

Pour en savoir plus, je vous propose de lire sur lemonde.fr l’article du blog écologie.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Les consommations électriques des restaurants couvertes à 100% par de l’électricité d’origine renouvelable

Posté par Delphine SMAGGHE, le 22/03/2012
Catégorie : Energie , Stratégie environnementale
Tags : énergies renouvelables, garanties origine, plan énergie, certificats verts

énergies renouvelables,garanties origine,plan énergie,certificats verts

Vous le savez sans doute si vous fréquentez régulièrement ce blog : depuis le 1er janvier 2010, tous nos restaurants couvrent 100% de leurs consommations électriques par de l’électricité d’origine renouvelable, par l’achat de certificats verts, qui établissent un lien entre les lieux de production et de consommation grâce à un outil de comptage et de traçabilité des kilowattheures (kWh). En 2011, ce sont 101 producteurs français qui ont fourni les certificats verts nécessaires à la couverture de l’intégralité des consommations électriques pour l’ensemble des restaurants. Nous avons voulu privilégier les producteurs d’énergies renouvelables en fonction de critères spécifiques. Il s’agissait par exemple de favoriser un maillage du territoire aussi équilibré que possible, avec des acteurs indépendants implantés localement, mixant des sources de production équitablement réparties entre l’hydro-électricité, l’éolien et la valorisation de déchets.

En janvier 2012, les certificats verts ont été remplacés par des Certificats Garanties d’Origine. Le mécanisme est conservé, mais encadré de façon plus fine par la réglementation, et sa finalité reste la
même : contribuer au développement de la production d’énergie d’origine renouvelable. Le nombre de producteurs capables de délivrer des garanties d’origine sera plus restreint en 2012 et nous devrons intégrer une part de sources hydroélectriques plus importante. Mais cela n’influence pas notre stratégie et nous visons un retour à une situation équilibrée en matière de technologies de production à partir de 2013.

Commentaires (8) | Ajouter un commentaire |

Les énergies renouvelables pourraient couvrir 77% des besoins mondiaux d'ici 2050

Posté par Delphine SMAGGHE, le 20/05/2011
Catégorie : Energie
Tags : réduction, giec, sources, rapport, émissions, énergies renouvelables

Ce chiffre ne vous a sans doute pas échappé. Il a été publié un peu partout !

De quoi s’agit-il ? D’un rapport du GIEC (Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat) présenté le 9 mai 2011 à l'occasion de l'assemblée plénière du groupe à Abu Dhabi. Tout au moins d’un « résumé pour décideurs » (en attendant la parution du rapport complet le 31 mai).

Ce scénario est le plus optimiste des 164 scénarios examinés. Les énergies renouvelables  (biomasse, solaire, géothermie, hydraulique, énergie marine, éolien) fourniraient 77% de la demande mondiale à l’horizon 2050. Le plus pessimiste ramène cette proportion à 15 %. C’est bien sûr le plus favorable qui est mis en avant par les écologistes et les industriels, mais malgré tout la moitié des scénarios étudiés par le GIEC annoncent un chiffre supérieur à 27%.

Le potentiel technique des énergies renouvelables demeure largement inexploité, la question de la disponibilité des ressources ne se pose donc pas. Les pays en développement ont un rôle important à jouer. Des politiques publiques bien ciblées associées à des investissements de recherche et développement permettraient de réduire le prix des combustibles et les coûts de financement. En conclusion : « Les études montrent clairement qu'en conjuguant différentes sources d'énergies renouvelables et en élargissement géographiquement les zones de ressources on pourrait avantageusement atténuer la variabilité des approvisionnements et diminuer les incertitudes d'alimentation des réseaux électriques. »

Il ne faut pas oublier que le scénario le plus optimiste fonctionne à condition que la demande mondiale connaisse un ralentissement significatif. Il s’inscrit donc dans l’idée d’une division par quatre (pour l’occident et par deux pour la planète des émissions de carbone d’ici 2050.

C’est ce à quoi nous travaillons avec notre plan énergie : réduire nos consommations énergétiques et faire le choix des énergies renouvelables via l’achat de certificats verts.

Si vous êtes tentés par la lecture des 24 pages du résumé (en anglais), vous pouvez la télécharger ici

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Cette année encore, des certificats verts pour l'ensemble de nos restaurants

Posté par Delphine SMAGGHE, le 24/04/2011
Catégorie : Energie
Tags : certificats verts, énergies renouvelables

Image1.png

La petite hydroélectricité représente 31% du mix énergétique des certificats verts de McDonald's 

En 2010, nous avons couvert 100% des consommations électriques de tous nos restaurants par l’achat de certificats verts. Nous renouvelons l’opération en 2011 parce que nous sommes convaincus qu’elle exerce un effet de levier positif sur le développement à terme des énergies renouvelables. Petit zoom pour expliquer pourquoi.

Ce qui est un peu difficile à comprendre dans le mécanisme, c’est que les restaurants continuent d’être alimentés par le réseau électrique national et conservent leur opérateur. C’est en partie ce qui fait polémique. Nous sommes bien conscients que les électrons qui alimentent nos restaurants ne sont pas des électrons "verts". L’achat de certificats verts est une opération indépendante de la fourniture physique d’électricité. Plusieurs raisons à cela : l’électricité ne se stocke pas, il est impossible de tracer l’origine des électrons et il n’y a qu’un seul réseau de distribution en France.

Alors, quel est le bénéfice, me direz-vous ? En achetant des certificats verts, les restaurants sont assurés qu’une quantité d’électricité d'origine renouvelable, équivalente à leur consommation réelle, a bien été produite et injectée pour eux dans le réseau. Les producteurs fournissent les certificats verts proportionnellement à leur production. Supposons que de plus en plus d’entreprises et de particuliers fassent la même chose : la demande en certificats verts dépasserait l’offre disponible. Cette situation inciterait les opérateurs à développer leur capacité de production pour produire plus d’énergie d’origine renouvelable. L’achat de certificats verts permettrait ainsi de soutenir la filière des énergies renouvelables. C’est dans ce sens qu’ils ont été créés. De plus, les producteurs qui nous fournissent les certificats s’engagent à réinvestir une part des revenus de leur vente dans l’amélioration de leurs installations pour en diminuer les impacts environnementaux.

Au-delà des certificats verts, c'est dans une politique globale de réduction des consommations d'énergie que nous nous sommes engagés. Je ne le détaillerai pas ici mais je vous invite à lire le dossier page 24 de notre EcoJournal 2010 (notre rapport environnemental) si vous voulez en savoir un peu plus > http://www.mcdonalds.fr/?c=environment-expert&p=secti...

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Des sources d'énergie... inattendues !

Posté par Delphine SMAGGHE, le 08/10/2010
Catégorie : Energie
Tags : énergies renouvelables, chauffage, innovation

J'ai lu il y a quelques jours un article du Monde très sympa intitulé : L'air chaud du métro, nouvelle source possible de chauffage dans les villes

Le concept présenté est similaire à celui de la géothermie... mais avec une source de calories issues des réseaux enterrés par l'homme ! Métro, égouts , canalisations d'eau chaude, toutes les solutions sont bonnes pour récupérer des calories précieuses au chauffage d'un immeuble (c'est le coeur du sujet de l'article) ou mêmeà celui d'une piscine municipale.

Après la boîte de nuit de Rotterdam qui produisait de l'énergie à partir des piétinements des danceurs, cette fois c'est le citoyen en tant que voyageur (en transport collectif qui plus est !) qui devient une source d'énergie !

Et même si ces sources de chaleur ne sont là qu'en complément des réseaux classiques de chauffage (et surtout en complément d'une isolation efficace), cela me conforte dans l'idée que c'est bien sur la complémentarité des modes de production d'énergies renouvelables qu'il faut miser.

Retrouvez l'article en suivant ce lien > > http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/09/22/l-air-ch...

 

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Progresser sur l’énergie grâce à la recherche

Posté par Delphine SMAGGHE, le 03/12/2008
Catégorie : Appel à projets Environnement
Tags : restaurants, énergies renouvelables

Nous venons de tenir aujourd’hui notre deuxième réunion de recherche avec l’équipe du laboratoire de recherche LERMAB de l’université de Henri Poincaré, qui est le 2ème lauréat de notre appel à projets environnementaux 2008. Le projet vise à améliorer considérablement le rendement de la production énergétique et la performance des équipements existants, tout en réduisant dans des proportions importantes la production de gaz à effet de serre, grâce à  une utilisation maximale des énergies renouvelables.  L’équipe est dirigée par le professeur Riad Benelmir composée d’enseignants-chercheurs et d’élèves ingénieurs. Le projet a déjà bien avancé et nous mettons beaucoup d’espoir pour parvenir un jour à des bâtiments à énergie positive. Merci à toute l’équipe du professeur Benelmir pour sa  compétence et son "énergie".

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire |