Urgence climatique, le signal d’alarme de l’Agence Internationale de l’Énergie

Posté par Delphine SMAGGHE, le 22/06/2011
Catégorie : Climat
Tags : climat, émissions, co2, niveau record, rapport, aie

Je continue sur le thème du réchauffement climatique, que j’ai déjà abordé la semaine dernière, mais l’urgence climatique est toujours d’actualité comme en témoigne la récente annonce de l’Agence Internationale de l’Énergie, le 30 mai dernier : les émissions mondiales de C02 ont atteint en 2010 leur plus haut niveau historique. C’est évidemment une bien mauvaise nouvelle pour le climat. Les émissions de CO2 ont connu une légère chute en 2009, sans doute le seul effet positif de la crise financière mondiale, et sont reparties de plus belle jusqu’au niveau de record de 30,6 gigatonnes, soit un bond de 5% par rapport à leur précédent record, en 2008.

Pour le chef économiste de l’Agence, Fatih Birol, il s’agit même d’un « sérieux revers » qui compromet l’espoir de limiter le réchauffement climatique à 2°C par rapport à l’ère préindustrielle. Cet objectif a été entériné par les dirigeants du monde en 2010 lors du Sommet de Cancun. Pour le respecter les émissions de CO2 du secteur de l'énergie ne devraient pas dépasser 32 gigatonnes en 2020, selon les estimations de l'AIE. On s’en rapproche dangereusement... L’AIE évoque des « perspectives lugubres », les projections du rapport supposant même qu'il y a 50% de possibilités que l'augmentation de la température dépasse 4 degrés C° vers 2100.

Compte tenu que 80 % des centrales électriques qui fonctionneront en 2020 sont « soit déjà construites, soit en cours de construction », la plupart étant des centrales à carburants fossiles, « la marge de manœuvre est extrêmement étroite » pour réduire les émissions du secteur de l'électricité dans les prochaines années. Pour respecter les objectifs de Cancun des décisions courageuses et décisives doivent être prises très rapidement. Il ne reste plus qu’à espérer que les États entendent la sonnette d’alarme et agissent avant qu'il ne soit trop tard...

Pour notre part, nous nous sommes fixé un objectif de réduction de 20% de nos émissions de GES entre 2005 et 2020 sur notre périmètre global, c'est-à-dire, en intégrant en amont nos filières d'approvisionnement, nos activités en restaurant, et en aval, les émissions générées par nos clients. Ce qui suppose un effort important sur le périmètre des restaurants : une réduction de 60% sur ce périmètre représentera une réduction de 11% sur le périmètre global.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Les énergies renouvelables pourraient couvrir 77% des besoins mondiaux d'ici 2050

Posté par Delphine SMAGGHE, le 20/05/2011
Catégorie : Energie
Tags : réduction, giec, sources, rapport, émissions, énergies renouvelables

Ce chiffre ne vous a sans doute pas échappé. Il a été publié un peu partout !

De quoi s’agit-il ? D’un rapport du GIEC (Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat) présenté le 9 mai 2011 à l'occasion de l'assemblée plénière du groupe à Abu Dhabi. Tout au moins d’un « résumé pour décideurs » (en attendant la parution du rapport complet le 31 mai).

Ce scénario est le plus optimiste des 164 scénarios examinés. Les énergies renouvelables  (biomasse, solaire, géothermie, hydraulique, énergie marine, éolien) fourniraient 77% de la demande mondiale à l’horizon 2050. Le plus pessimiste ramène cette proportion à 15 %. C’est bien sûr le plus favorable qui est mis en avant par les écologistes et les industriels, mais malgré tout la moitié des scénarios étudiés par le GIEC annoncent un chiffre supérieur à 27%.

Le potentiel technique des énergies renouvelables demeure largement inexploité, la question de la disponibilité des ressources ne se pose donc pas. Les pays en développement ont un rôle important à jouer. Des politiques publiques bien ciblées associées à des investissements de recherche et développement permettraient de réduire le prix des combustibles et les coûts de financement. En conclusion : « Les études montrent clairement qu'en conjuguant différentes sources d'énergies renouvelables et en élargissement géographiquement les zones de ressources on pourrait avantageusement atténuer la variabilité des approvisionnements et diminuer les incertitudes d'alimentation des réseaux électriques. »

Il ne faut pas oublier que le scénario le plus optimiste fonctionne à condition que la demande mondiale connaisse un ralentissement significatif. Il s’inscrit donc dans l’idée d’une division par quatre (pour l’occident et par deux pour la planète des émissions de carbone d’ici 2050.

C’est ce à quoi nous travaillons avec notre plan énergie : réduire nos consommations énergétiques et faire le choix des énergies renouvelables via l’achat de certificats verts.

Si vous êtes tentés par la lecture des 24 pages du résumé (en anglais), vous pouvez la télécharger ici

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Scénario Negawatt : réduire d'un facteur 4 les émissions de GES d'ici à 2050

Posté par Delphine SMAGGHE, le 22/10/2010
Catégorie : Energie
Tags : négawatt, énergie, émissions, gaz à effet de serre, renouvelable

Je viens de prendre connaissance d'un document prospectif sur les émissions de GES à l'horizon 2050 : le scénario Négawatt pour la France. Présenté à l'occasion d'une conférence organisée par le Réseau Action Climat France à l'Assemblée Nationale le 10 septembre dernier, ce document propose un scénario pour « réduire drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre en Europe aux horizons 2030/2050 ».

Le scénario est intéressant à plusieurs titres :
- D'abord, il s'appuie sur une démarche "énergétique durable" construite par des experts et définie en 3 temps complémentaires : 1/ Sobriété. 2/ Efficacité. 3/ Utilisation des sources renouvelables pour produire l'énergie dont nous avons besoin.
- Ensuite, il expose les économies d'énergies réalisables par types d'usage de l'énergie : électricité, mobilité, chaleur.
- Enfin, il a le mérite de nous donner à voir qu'une réduction de 75% des émissions de GES d'ici à 2050 est possible.

Pour nous aussi, le facteur 4  est un objectif amnbitieux à atteindre d'ici à 2050. Nous nous sommes fixés un "premlier pallier" à atteindre d'ici 2020 : - 60% d'émissions de GES sur le périmètre de nos restaurants.  C'est pourquoi notre stratégie environnementale s'appuie sur trois plans ambitieux. L'un d'entre eux concerne l'énergie et vise à réduire les consommations de nos restaurants. Il est d'ailleurs intéressant de constater que nous travaillons déjà en parallèle sur les 3 temps de la démarche Négawatt :

- nous incitons les équipes à mieux maîtriser les consommations ;

- nous équipons les restaurants d'appareils efficaces ;

- et nous encourageons le développement des énergies renouvelables via l'achat de certificats verts.

Alors que de nombreuses polémiques sont apparues ces derniers mois sur le sujet, cela me conforte dans l'idée que nous allons dans le bon sens et que la lutte contre les changements climatiques est possible sans compromettre le développement économique  d'une activité.

Vous pouvez consulter la présentation sur le site du RAC-France > http://www.rac-f.org/IMG/pdf/3-100910ConfAssNat-YM-Scenario-nW-fin.pdf

Négawatt.png

Source : http://www.negawatt.org/

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire |