Le stade de Saint-Etienne bientôt éclairé à l’huile de friture

16/10/2015

SaintEtienne.jpgPar KevFB (travail personnel) via Wikimedia Commons

La métropole stéphanoise se lance dans un projet de biodiesel créé à partir d’huile de friture pour éclairer le stade Geoffroy-Guichard les soirs de match. Les premiers essais devraient être menés en février ou en mars pour un lancement officiel à l’occasion de l’Euro 2016.

Lire la suite

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Le tri sélectif dans les restaurants : aller au bout de la démarche

05/07/2011

Le tri sélectif est un sujet sur lequel nous avons souvent des remarques, et c’est légitime. Trier ses déchets est devenu un geste banal et nos clients ne comprennent pas que les restaurants soient encore équipés de poubelles uniques. Pour autant, s’il est relativement simple d’installer des poubelles dédiées à disposition de nos clients, la mise en place du tri reste problématique. Elle ne peut concerner, pour l’instant, que les bouteilles en plastique et les canettes. Les autres emballages, qui représentent 75 % des déchets d’un restaurant, ne peuvent pas rejoindre les filières classiques de valorisation actuellement en place car elles n’acceptent pas les déchets souillés ou les cartons recouverts d’un film plastique (pour les gobelets).

Le problème le plus complexe à résoudre est celui de la collecte de ces déchets. Une collecte spécifique pour nos restaurants serait un 
« non-sens » économique et environnemental. L’implantation des restaurants est assez diffuse sur tout le territoire : difficile d'avoir un bilan environnemental positif lorsque des camions viennent chercher quelques kilos de déchets à valoriser ! Une des solutions suppose de travailler avec les communes pour réorganiser les circuits de collecte en intégrant les déchets des restaurants à ceux des ménages. Cette solution implique un partenariat étroit avec les communes. C’est possible et déjà réalisé pour une centaine de restaurants qui proposent le tri sélectif « côté client » et dont les déchets sont collectés et valorisés en même temps que les déchets ménagers. Et ça fonctionne très bien. Mais nous savons que cette solution ne pourra pas être adoptée partout. Nous étudions donc parallèlement deux autres scénarios, qui passent par des prestataires privés.

Mais le tri des déchets ne concerne pas que le côté client des restaurants. Nous nous sommes engagés dans la collecte et la valorisation de deux types de déchets qui représentent des tonnages très importants : les huiles usagées et les cartons. Depuis 2004, nous valorisons nos huiles de friture usagées (7500 tonnes par an) en carburant. Elles sont stockées dans les restaurants puis collectées par des  prestataires spécialisés et transportées jusqu’aux usines de transformation. C’est ce qui permet de fabriquer environ 6 millions de litres de biodiesel chaque année, soit l’équivalent de 20 millions de km parcourus par des poids lourds. Quant aux cartons d’emballages, nous avons notre propre filière de valorisation depuis 2001, en partenariat avec notre prestataire logistique. Ce qui représente chaque année 9000 tonnes de carton recyclées en filière papèterie.

Commentaires (7) | Ajouter un commentaire |

Comment éviter une crise des ressources rares d’ici 2050 ?

24/06/2011

La Semaine Verte est une manifestation internationale annuelle consacrée aux politiques environnementales de l’Union européenne. La onzième édition, qui s’est déroulée fin mai, était placée sous le signe de l’utilisation efficace des ressources. C’est un évènement d’envergure puisque 3 500 participants représentant les institutions européennes, le monde industriel et de la société civile se sont réunis pour débattre de la question pendant quatre jours. C’est à cette occasion que la Commission européenne et le Programme des Nations unies pour l’environnement ont publié deux rapports qui appellent à un changement radical dans la façon dont nous utilisons les ressources rares. C’est de ces rapports que je voulais vous parler.

Le premier rapport se préoccupe du recyclage des métaux. Aujourd’hui, très peu (seulement 1%) de métaux de haute technologie essentiels sont recyclés, alors qu’ils sont rares et chers. Le reste est simplement jeté et éliminé lorsque les produits qui les contiennent arrivent en fin de vie. Sans une modification radicale de ces pratiques « de nombreux métaux essentiels, de spécialité et de terres rares pourraient ne plus être disponibles pour une utilisation dans les technologies modernes ». Pourtant, selon les auteurs du rapport, quand on recycle les métaux plutôt que de les obtenir par la fusion, on économise de l’énergie. En intensifiant le recyclage, on pourrait éviter des millions, voire des milliards, de tonnes d'émissions de gaz à effet de serre et créer un nombre potentiellement très élevé d'emplois «verts».

Le second rapport lance une mise en garde. Si rien n’est fait pour « découpler » la croissance économique et la consommation des ressources naturelles, le volume de minéraux, minerais, combustibles fossiles et biomasse consommés chaque année par l’humanité pourrait tripler d’ici 2050 pour atteindre 140 milliards de tonnes. « L’humanité peut et doit faire plus avec moins », souligne le rapport qui présente trois scénarios, dont le plus ambitieux consiste à demander aux pays développés de réduire de deux tiers l’utilisation annuelle de ressources par habitant (le niveau actuel est de 16 tonnes) et aux autres pays de maintenir le niveau d’utilisation actuel. On pourrait ainsi stabiliser la consommation de ressources à ses niveaux de 2000.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Collecte des jouets Happy Meal : un premier test

19/11/2010

urne HM.png

Entre le 27 septembre et le 7 novembre derniers, des bornes de collecte des jouets Happy Meal ont été placées dans 20 restaurants (Ile-de-France et région toulousaine). L'objectif de cette opération est d'inviter les familles à ramener les jouets usagés et les piles, et expliquer le devenir des jouets et des matériaux qui les composent.

Nasser Khaghani, le franchisé du restaurant-test parisien, précise qu'au début de l'opération les clients ont trouvé cela étrange qu'on leur demande de récupérer des jouets aussi petits pour les mettre dans l'une des trois urnes mises à leur disposition. Mais comme les équipiers ont régulièrement informé les clients sur les objectifs de cette opération, les urnes se sont remplies un peu plus vite.

Nous avons choisi en parallèle de réaliser une étude pour connaître le ressenti des clients ainsi que celui des équipiers McDonald's. Car, au-delà des solutions techniques (urnes de collecte, filière de valorisation, etc.), il est essentiel de savoir si les familles joueront bien le jeu de la collecte. En effet, aucune filière de recyclage des jouets ne pourra être viable pour quelques kilogrammes de jouets collectés.

Les résultats de la quantité de jouets collectée et de l'étude de perception sont en cours d'analyse et devraient être disponibles dans le courant du mois de décembre. Je vous ferai donc un retour plus détaillé, en espérant que l'opération a été un succès. Et si le test est concluant, la collecte des jouets pourra être répliquée à l'ensemble des restaurants en 2011. A suivre donc...

Commentaires (5) | Ajouter un commentaire |

Valoriser les déchets, une voie d'avenir pour McDonald's

24/11/2008

Recyclage bouteilles 053.jpg

La Semaine Nationale de Réduction des déchets me donne l'occasion de revenir sur notre dernière réunion de lancement du programme de recherche avec l'Université de Technologie de Troyes, l'Ecole Supérieure de Commerce de Troyes et l'Ecole Supérieure d'Arts appliqués de cette même ville. Le projet que nous conduisons avec eux est un programme de recherche qui vise à concevoir de nouvelles voies permettant de valoriser les déchets des restaurants, dans les restaurants, ou en proximité, pour produire de l'énergie. Ce travail d'écologie industrielle nous conduira à examiner aussi, la nature de nos emballages et les voies nouvelles en matière de matériaux.

 

Gregory Lannou (Ingénieur, coordinateur Ecologie Industrielle), Tatiana Reyes (Enseignant - Chercheur), Mathieu Cabrol (Professeur - chercheur, Département innovation et Entreprenariat), ainsi que des étudiants, nous ont déjà présenté les actions d'évaluation des gisements qu’ils avaient déjà engagées.

 

Passé ce stade d'évaluation, ils vont travailler sur les différentes techniques qui peuvent être mises en oeuvre avec,  pour objectif,  la méthanisation dans de petites unités installées dans les restaurants. L'ambition de ce projet ne s'arrête pas là puisque au cours des prochaines étapes, nous allons aussi travailler tout le cycle de nos emballages avec d'importantes recherches sur de nouveaux matériaux et bien sûr continuer la recherche permanente de réduction du volume de ces emballages.

Enfin c'est tout le cycle de la relation avec nos clients qui sera étudié pour voir jusqu'où ils sont prêts à s'impliquer dans le tri sélectif qu'il faudra faire en restaurant pour réussir ce projet.

 

Les travaux déjà menés, montrent que ces évolutions nous conduiront sans doute à devoir nous interroger sur le lancement du tri sélectif en restaurant, afin d'augmenter le volume des déchets à retraiter, et surtout récupérer des déchets de repas, qui améliorent beaucoup le rendement énergétique des process sur lesquels nous travaillons actuellement.

 

S'il fallait trier en restaurant, dites-moi ce que vous en pensez. Seriez vous prêts, en tant que client, à trier votre plateau dans un espace du restaurant prévu à cet effet ? Il s'agirait de trier les liquides, les gobelets, les emballages et les restes de repas qui peuvent toujours subsister sur un plateau.

 

 

Commentaires (31) | Ajouter un commentaire |