Transition énergétique, le débat est ouvert

06/02/2013

DebatTransitionEnergetique.PNG

Le grand débat national, ouvert et citoyen, sur la transition énergétique se déroulera dans toute la France jusqu’en juillet 2013 pour aboutir à un projet de loi de programmation à l'automne 2013.

Quelle énergie dans 10, 20, 30 ou 40 ans ? Quels sont les investissements nécessaires aujourd'hui ? Comment développer les énergies renouvelables ? Comment optimiser au maximum nos consommations, utiliser au mieux l'énergie disponible ?

Le site web officiel dédié au débat est ouvert.

On vous y explique comment participer, de différentes manières : visiter en mars les installations des entreprises de l’énergie, déposer vos contributions sur le site, faire vivre le débat autour de vous, rejoindre l’un des 13 débats régionaux, participer à la journée citoyenne du 25 mai...

En parallèle, les ONG environnementales intéressées par le débat national ont également projeté d'ouvrir leur propre site, dans les prochains jours.

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire |

Documentaire sur Arte : La malédiction du gaz de schiste

29/01/2013

La chaîne Arte diffuse ce soir, mardi 29 janvier à 20h50 le documentaire de Lech Kowalski « La malédiction du gaz de schiste » qui met à jour le fossé entre le discours des industriels et la réalité de l’exploitation du gaz de schiste.

 

Le réalisateur s’est rendu en Pologne à la rencontre de paysans confrontés aux campagnes de prospection du gaz de schiste par les firmes américaines, puis aux États-Unis dans le comté de Bradford en Pennsylvanie qui subit de plein fouet l'exploitation du gaz de schiste par fracturation hydraulique.

Le documentaire sera suivi à 22h05 d'un débat, puis d'un chat en direct. Il vous sera possible de dialoguer avec les invités à partir de 22h30 jusqu'à 23h00.

Sur le site d’Arte :

Vous pouvez poser vos questions dès à présent

Sur le site d’Arte, un dossier autour du documentaire.

ARTE - Diffusion mardi, 29 janvier 2013 à 20:50
Rediffusion samedi 2 février à 10H25 et mercredi 13 février à 09H55

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Énergie, les solutions du futur

28/01/2013

Sur fond de débat national sur la transition énergétique, un article très intéressant sur le site Place publique.

Un tour d’horizon de « dix solutions encore peu exploitées, qui d’ici 10, 20 ou 50 ans viendront compléter notre mix énergétique. A condition que les recherches aboutissent, que les moyens financiers suivent et que l’éthique écologique soit associée au développement de certaines d’entre elles. »

De l’huile d’algues, de l’air transformé en pétrole, des bactéries carburant, des bouées qui récupèrent l’énergie des vagues, des aérogénérateurs volants... Certaines de ces solutions ne manquent pas de poésie !

Où l’on voit que les ressources (renouvelables) de la planète et l’ingéniosité  humaine offrent bien plus de perspectives qu’on pourrait le croire. Et pas si utopiques que ça !

À lire ici, comme une bouffée d’oxygène.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Transition énergétique : un débat « sans tabou » qui ne sera pas de tout repos

30/11/2012

Bâtir une société plus sobre en énergie et moins dépendante du nucléaire et des énergies fossiles... Avec un petit mois de retard, le coup d’envoi du débat sur la transition énergétique a été donné hier avec la première réunion du « Conseil national » qui doit en établir les règles du jeu et le calendrier. Les débats organisés au niveau national et régional doivent durer plusieurs mois et déboucheront à l’automne 2013 sur la présentation au Parlement d’une loi de programmation qui fixera les orientations de la politique énergétique de la France. Avec certains objectifs fixés par François Hollande : ramener la part du nucléaire dans la production électrique de 75 à 50% d'ici 2025, fermer Fessenheim fin 2016, développer les énergies renouvelables et toutes les sources d'économie possibles, notamment dans le bâtiment.

Un débat plutôt mal engagé : boycott de Greenpeace et des Amis de la Terre mécontents de la composition initiale du comité de pilotage, mise à l’écart du Syndicat des énergies renouvelables (SER)... Mais Delphine Batho ministre de l'écologie et de l'énergie, défend l’idée d’un grand débat citoyen, populaire et accessible à tous, dans lequel il n’y aura pas de sujet tabou et où toutes les idées pourront s'exprimer. Ce qui augure de discussions houleuses en particulier sur le nucléaire et les gaz de schiste... Le grand challenge sera de concilier les engagements sur le climat, la compétitivité économique, la justice sociale, l’approvisionnement énergétique et l’équilibre de la balance commerciale.

Un article très complet sur le site de La Croix explique les enjeux du débat.

 

Depuis 2010, McDonald’s France couvre la totalité des consommations électriques de tous ses restaurants avec de l’électricité d’origine renouvelable produite en France. Depuis janvier 2012, cette opération est réalisée avec l'achat de Garanties d'Origine certifiant la provenance de l’électricité produite à partir de sources renouvelables.

Nous nous sommes engagés à réduire de 60 % nos émissions de gaz à effet de serre entre 2005 et 2020 sur le périmètre de nos restaurants, par client servi. Notre plan énergie est construit sur trois piliers :
- Réduire les consommations d’énergie en sensibilisant les équipes des restaurants aux bonnes pratiques  environnementales grâce au logiciel EcoProgress™ qui permet le pilotage des consommations dans les restaurants (logiciel développé spécialement pour les restaurants McDonald’s).
- Accroître l’efficacité énergétique grâce à l’utilisation d’équipements moins consommateurs d’énergie et aux nouvelles technologies.
- Faire le choix des énergies renouvelables, en couvrant 100% des consommations électriques des restaurants avec des certificats verts dès 2010 et des garanties d'origine à partir de 2012.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Au siège aussi, on se mobilise !

28/09/2012

Tasse.jpg
Le 5 septembre, nous avons lancé une vaste opération de sensibilisation aux éco-gestes auprès du siège social de McDonald’s France et de nos cinq directions régionales. Notre objectif : relancer l’engagement des collaborateurs dans la démarche environnementale, à partir des petits réflexes quotidiens qui, multipliés par quelques centaines de collaborateurs, aboutissent à des résultats qui en valent largement la peine.

Pourquoi relancer cet engagement, me direz-vous ? Parce que ce qui avait été mis en place depuis 2005 s’était un peu émoussé au fil des années. Nous avons entrepris de nombreuses actions au siège, notamment en recyclant le papier et le carton, les piles et les canettes. Nous avons cependant concentré nos efforts sur les restaurants avec EcoProgress® et le Plan Emballages abandonnés dont je vous parle régulièrement... En oubliant un peu, il faut bien l’avouer, d’animer l’implication des collaborateurs du siège et des directions régionales, comme nous savons désormais le faire avec les équipes des restaurants. Il devenait donc nécessaire de remotiver les troupes.

Pour lancer cette opération, nous avons commencé par offrir un mug amusant à chacun des collaborateurs. Il a été très apprécié, ce qui laisse penser qu’ils auront envie de l’utiliser ! À la clé, une économie potentielle de près d’un million de gobelets par an, soit le nombre de gobelets générés par 20 matchs au Stade de France... En prime, des brosses de nettoyage adaptées permettront d’utiliser moins d’eau pour les laver. 

FicheGrennOffice.PNGLes 8 réflexes sur lesquels se base la sensibilisation sont repris de diverses façons, sur des fiches qui rappellent à quoi servent ces gestes quotidiens (imprimer en recto-verso permet d’économiser plus de 650 000 feuilles de papier par an, soit l’équivalent d’un immeuble de 23 étages...), des affiches, des autocollants pense-bêtes : j’utilise ma tasse réutilisable, j’éteins la lumière, je collecte les piles, je compacte les canettes, j’éteins mon ordinateur, j’imprime recto-verso, je régule la température et je recycle le papier et le carton.

 

Les retours sont excellents... Les collaborateurs étaient demandeurs de ce type de bonnes pratiques et sont manifestement prêts à s’impliquer !

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire |

Conférence environnementale : un nouvel élan ?

13/09/2012

Cinq ans après le démarrage du Grenelle, la « conférence environnementale pour la transition écologique » sera ouverte vendredi 14 septembre au matin par le président de la République et conclue le 15 après-midi par le Premier ministre. À la différence du Grenelle, six collèges de participants, et non pas cinq, seront autour de la table : État, collectivités locales, ONG, employeurs, salariés, auxquels s’ajoutent les parlementaires. Les participants discuteront autour de cinq tables rondes : transition énergétique, reconquête de la biodiversité, risques sanitaires environnementaux, fiscalité écologique et gouvernance environnementale.

Le bilan du Grenelle ? Pas vraiment enthousiasmant...

Un rapport commandé par Delphine Batho, ministre de l’écologie, dresse un bilan plutôt mitigé l'état écologique de la France depuis le lancement du Grenelle de l'environnement en 2007, sur une trentaine d’indicateurs. En résumé, il y a du bon et du moins bon, mais on est encore loin des ambitions premières.

Du côté des résultats encourageants, les Français prennent plus souvent le bus et le train et la part des transports en commun dans les déplacements des voyageurs a augmenté depuis 2006. On enregistre un léger mieux dans la consommation d’énergie des logements (mais loin de l’objectif initial.) Les ménages rejettent toujours moins de déchets et les trient de plus en plus, et sur ce plan les objectifs du Grenelle seront tenus avant l'heure.

Le moins bon, maintenant, voire pas bon du tout : la division par quatre des gaz à effet de serre dans les transports d’ici 2020 est plus que compromise. Les émissions sont reparties à la hausse après un creux en 2009 pour cause de crise économique. Le volume d'énergie consommée en France pour se chauffer a diminué, mais pas suffisamment, et la part des ressources renouvelables dans le bouquet énergétique progresse trop lentement. L'usage des pesticides augmente et le niveau d'artificialisation des sols, lié notamment à l'étalement urbain, dépasse le seuil fixé...

Sur le rapport, plus d’information sur Le Monde Planète et Les Echos.fr

Les ONG abordent cette conférence dans un esprit constructif, bien qu’elles aient manifesté tout d’abord un enthousiasme plutôt tiède. Elles s’opposent, d’une manière générale, à l’argument de la crise économique pour retarder des mesures jugées essentielles et urgentes, notamment sur les thèmes sensibles comme la transition énergétique et la biodiversité. Elles insistent sur les moyens qui ont manifestement fait défaut pour réaliser les objectifs du Grenelle. Greenpeace, après avoir exposé les raisons de ses réticences dans une série de billets, a pris la décision de « jouer le jeu de la concertation ». La conférence environnementale doit d'abord servir à fixer une méthode et à tracer une feuille de route pour les cinq ans à venir. Souhaitons que l’ouverture et la transparence attendue soit au rendez-vous...

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |