Dans une province de Chine, les abeilles remplacées par des pollinisateurs humains

14/05/2012

J’ai eu l’occasion de voir il y a quelques jours cet extrait du film « Le silence des abeilles » de Doug Shultz diffusé sur « National Géographic » en 2008.

Cela se passe au sud de la province du Sichuan, en Chine. Une région qui vit de la culture de la poire. Au début des années 80, l’utilisation non contrôlée de pesticides a anéanti toutes les abeilles de la région et tué toutes les plantes à pollen qui subvenaient à leurs besoins. Conséquence, un effondrement de la production fruitière. Alertée par les fermiers, Pékin leur a répondu, en substance, que c’était à eux de prendre la relève des abeilles.

Et c’est ce qu’ils ont fait ! Des centaines d'ouvriers agricoles fécondent eux-mêmes les fleurs des poiriers, une à une... Une tâche, on l’imagine bien, minutieuse et lente. Un homme pollinise 30 arbres par jour là où la capacité d’une ruche est 3 millions de fleurs en une journée. Une tâche évidemment plus coûteuse aussi : remplacer les abeilles par des ouvriers pollinisateurs aux États-Unis représenterait la somme impressionnante de 90 milliards de dollars par an. Et même en Chine, une telle solution ne pourrait être pérenne. Les jeunes émigrent en masse vers les villes et la main d’œuvre se raréfiera à terme.

Un exemple qui illustre bien à quel point se préoccuper de biodiversité n’est pas un détail. Ce sujet est très important pour notre stratégie agroécologique : il fait partie des priorités issues des concertations agricoles de 2009. Dans ce cadre, les agriculteurs travaillent avec les territoires pour établir des cartographies des zones favorables à la biodiversité (habitats, zone de nidification...) et effectuent des suivis de la faune et la flore grâce à des protocoles simplifiés : comptage, reconnaissance des chants ... La biodiversité fait aussi l’objet d’un projet d’étude mené par des étudiants d’AgroParisTech dans le cadre du dernier appel à projets.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

La campagne du mois : sensibiliser au problème des déchets dans la nature

12/04/2012

Dans le cadre de la rubrique « La campagne du mois », je vous propose ce mois-ci « Herbe » par Ogilvy Group Bulgaria pour WWF.

Herbe.jpg

Directeur de Creation : Maria Todorova - Directeur Artisitique : Veneta Nikolova
Copywriter: Milena Krumova - Photographe: Boris Misirkov

Le slogan « Just a piece of garbage is not garbage » pourrait se traduire en français par « Un petit détritus ce n’est pas un tas d’ordures. C’est ce que vous et les 7 720 000 Bulgares pensent ». Ce message nous rappelle notre responsabilité à tous de garder notre planète propre par nos gestes quotidiens.

Il s’agit d’une campagne intitulée « Poubelle » qui comprenait deux autres visuels : Fleurs et Pierres.

Le WWF travaille en Bulgarie depuis 1998. Ses principaux objectifs : la conservation et la restauration de la biodiversité, assurer un développement durable de la région. Le WWF bulgare est également impliqué dans le réseau Natura 2000 et les aires protégées, qui se penchent sur les forêts et les écosystèmes d'eau douce au regard des politiques agricoles et du développement rural. Agir, réagir, se mobiliser, s'informer: bulgaria.panda.org

Cette sélection de créations publicitaires au service des causes sociales et environnementales, je vous le rappelle, est extraite de la « galerie » de l’association Act Responsible, qui collecte le meilleur de la création publicitaire en provenance des associations, ONG... dans le but de donner de la visibilité à des communications souvent inconnues et de témoigner du travail quotidien des associations. Ces créations sont accessibles sur le site www.act-responsible.org.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

La campagne du mois : sensibiliser à la conservation des océans

06/03/2012

Dans le cadre de la rubrique « La campagne du mois », je vous propose ce mois-ci « Sous la mer » créé pour Greenpeace par l’agence suisse Draftfcb/Lowe Group GmbH.

campagne, créations publicitaires, act responsible, social, environnemental, ong
« Le plus grand prodige de la mer est qu’elle soit toujours vivante ».

Il s’agit d’une campagne de sensibilisation à la conservation des océans qui comprend d’autres visuels : Bateau, Cachette, et Monstre.

La mission essentielle de Greenpeace est de travailler sur des enjeux globaux (climat, énergie, biodiversité, etc.) qui peuvent avoir un impact direct ou indirect pour chaque habitant de notre planète. Cette campagne de conservation des océans met en lumière une problématique fondamentale pour l'association : nos océans sont devenus une décharge à ciel ouvert, les pollutions dues à nos activités achèvent de faire de nos mers et océans une gigantesque poubelle. Certaines sont imputables au passage des pétroliers et des chimiquiers ou aux plates-formes pétrolières. Mais 80% des polluants retrouvés dans les mers et les océans proviennent de nos activités à terre. Pour agir, réagir, se mobiliser, s'informer: le site de Greenpeace.

Cette sélection de créations publicitaires au service des causes sociales et environnementales, je vous le rappelle, est extraite de la « galerie » de l’association Act Responsible, qui collecte le meilleur de la création publicitaire en provenance des associations, ONG... dans le but de donner de la visibilité à des communications souvent inconnues et de témoigner du travail quotidien des associations. Ces créations sont accessibles sur le site www.act-responsible.org.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Un festival du film d’environnement gratuit et ouvert à tous

02/02/2012

FIFE2012.jpg

 

Le 29ème Festival International du Film d’Environnement, se tiendra du 7 au 14 février au Cinéma des Cinéastes (Paris 17e) et dans sept salles de la région parisienne.

Entièrement gratuit, il proposera une sélection de pas moins de 116 films provenant de 34 pays différents. Inédits, avant-premières, séances jeunes publics, débats, regards décalés, rencontres et pour la première fois des web créations et des œuvres numériques sur sa plateforme web…une diversité qui permet au festival de refléter les multiples facettes des enjeux environnementaux et sociaux d’aujourd’hui.
Ce festival du film d’environnement a été créé en 1982 et s’est internationalisé au fil des ans tout en s’ouvrant à des thématiques plus sociétales comme le développement durable et solidaire. La plupart des projections ont lieu en présence du réalisateur ou de l’équipe du film.

Pour télécharger le programme, c’est ici.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

La campagne du mois : « Nettoyons le monde », en Italie

19/01/2012

Dans le cadre de la rubrique « La campagne du mois », je vous propose ma troisième sélection de créations publicitaires au service des causes sociales et environnementales. Cette sélection, je vous le rappelle, est extraite de la « galerie » de l’association Act Responsible, qui collecte le meilleur de la création publicitaire en provenance des associations, ONG... dans le but de donner de la visibilité à des communications souvent inconnues et de témoigner du travail quotidien des associations. Ces créations sont accessibles sur le site www.act-responsible.org.

City.jpg
Directeur de création: Niccolò Brioschi, Francesco Montella - Directeurs Artistiques: Livio Grossi

Il s’agit d’une campagne d'appel à participation pour l'action « Nettoyons le monde. Vivre de manière durable. »

Legambiente est une association environnementale apolitique italienne créée en 1980. Elle a organisé des campagnes de sensibilisation en Italie et des activités de volontariat (Plages propres, Nettoyons le monde). L'association promeut, entre autres, l'utilisation d'énergies alternatives et d'énergies renouvelables, les économies d'énergies, la sauvegarde de certaines zones protégées, la lutte contre le trafic illégal de déchets. Chaque année elle élabore une analyse précise sur la situation de l'environnement en Italie (Ambiente Italia). Avec plus de 111 000 partisans et 2 000 cercles locaux Legambiente est l'association écologique la plus importante d'Italie.

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire |

« L’eau, trésor de l’Himalaya » : une exposition au Pavillon de l’eau à Paris

13/01/2012

EauDeParisExpo.jpg

Une jolie exposition se tient en ce moment au Pavillon de l’Eau à Paris, jusqu’au 25 février. Elle propose de partir à la découverte de l’eau dans cette région du monde qui fascine par sa beauté et sa démesure. On comprend comment l’eau influence l’extraordinaire variété des paysages de l’Himalaya et structure l’organisation sociale, économique et politique de la mosaïque de populations peuplant les versants de la plus vaste chaîne de montagne du monde.

L’exposition invite aussi à réfléchir sur trois grands thèmes : l’adaptation face aux changements climatiques, l’accès à l’eau pour tous, la gouvernance. De nombreuses activités (gratuites !) sont organisées autour de l’exposition. Pour les enfants (6-12 ans) : des ateliers créatifs, des séances de contes, des films...  Pour les adultes : des documentaires de National Geographic, entre autres.

Le Pavillon de l’eau est une ancienne usine de relevage des eaux de la Seine reconvertie en lieu d’accueil du public. Il est géré par Eau de Paris, la régie municipale en charge du service public de l’eau à Paris. Il se situe au 77 rue de Versailles.

Pour en savoir plus sur le programme, le site Eau de Paris.

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire |