Conférence environnementale : un nouvel élan ?

13/09/2012

Cinq ans après le démarrage du Grenelle, la « conférence environnementale pour la transition écologique » sera ouverte vendredi 14 septembre au matin par le président de la République et conclue le 15 après-midi par le Premier ministre. À la différence du Grenelle, six collèges de participants, et non pas cinq, seront autour de la table : État, collectivités locales, ONG, employeurs, salariés, auxquels s’ajoutent les parlementaires. Les participants discuteront autour de cinq tables rondes : transition énergétique, reconquête de la biodiversité, risques sanitaires environnementaux, fiscalité écologique et gouvernance environnementale.

Le bilan du Grenelle ? Pas vraiment enthousiasmant...

Un rapport commandé par Delphine Batho, ministre de l’écologie, dresse un bilan plutôt mitigé l'état écologique de la France depuis le lancement du Grenelle de l'environnement en 2007, sur une trentaine d’indicateurs. En résumé, il y a du bon et du moins bon, mais on est encore loin des ambitions premières.

Du côté des résultats encourageants, les Français prennent plus souvent le bus et le train et la part des transports en commun dans les déplacements des voyageurs a augmenté depuis 2006. On enregistre un léger mieux dans la consommation d’énergie des logements (mais loin de l’objectif initial.) Les ménages rejettent toujours moins de déchets et les trient de plus en plus, et sur ce plan les objectifs du Grenelle seront tenus avant l'heure.

Le moins bon, maintenant, voire pas bon du tout : la division par quatre des gaz à effet de serre dans les transports d’ici 2020 est plus que compromise. Les émissions sont reparties à la hausse après un creux en 2009 pour cause de crise économique. Le volume d'énergie consommée en France pour se chauffer a diminué, mais pas suffisamment, et la part des ressources renouvelables dans le bouquet énergétique progresse trop lentement. L'usage des pesticides augmente et le niveau d'artificialisation des sols, lié notamment à l'étalement urbain, dépasse le seuil fixé...

Sur le rapport, plus d’information sur Le Monde Planète et Les Echos.fr

Les ONG abordent cette conférence dans un esprit constructif, bien qu’elles aient manifesté tout d’abord un enthousiasme plutôt tiède. Elles s’opposent, d’une manière générale, à l’argument de la crise économique pour retarder des mesures jugées essentielles et urgentes, notamment sur les thèmes sensibles comme la transition énergétique et la biodiversité. Elles insistent sur les moyens qui ont manifestement fait défaut pour réaliser les objectifs du Grenelle. Greenpeace, après avoir exposé les raisons de ses réticences dans une série de billets, a pris la décision de « jouer le jeu de la concertation ». La conférence environnementale doit d'abord servir à fixer une méthode et à tracer une feuille de route pour les cinq ans à venir. Souhaitons que l’ouverture et la transparence attendue soit au rendez-vous...

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

C’est parti pour un autre tour !

24/07/2012

AlterTour2012.jpg

Le 99ème tour de France s’est achevé dimanche, remporté pour la première fois de son histoire par un coureur britannique. Ah ! Je sens que j’intrigue... Que vient donc faire une épreuve sportive dans ce blog ? Vais-je vous parler de dopage ? Les coureurs mangent-ils des Big Mac sur le parcours ? Mais non, je voudrais vous parler d’un tour alternatif, auquel tout le monde peut participer, sans la moindre trace d’esprit de compétition... ni de dopage.

L’AlterTour se déroule chaque année dans un secteur différent de France. Cette année les « altercyclistes » sillonnent le grand Sud-Ouest, pour la cinquième édition. Le tour est parti de Foix (Ariège) le 11 juillet et arrivera le 19 août à Bedous (Pyrénées-Atlantiques), en reliant Minerve, Castres, Rodez, Périgueux, Bordeaux, Toulouse, Auch et Pau – pour les plus grandes villes. En ce moment il doit être dans l’Aveyron.

Il s’agit d’un relais : chacun choisit de faire le nombre de kilomètres qu'il veut, participe un ou plusieurs jours. On emprunte une des « altercyclettes » partagées, on accomplit un chaînon de quelques kilomètres et transmet le relais et la bicyclette à un partenaire qui parcourt le chaînon suivant... À la carte et en autogestion (chacun participe à son tour à toutes les tâches) pour celles et ceux qui souhaitent partager une belle tranche de vie collective dans la simplicité volontaire. Des conférences, expositions, films et visites, sont prévus à chaque demi-étape, suivant un programme pré-établi.

L’AlterTour est ouvert aux personnes qui aiment le vélo (et le camping !), sans exigence de performance. Il n’est pas trop tard pour découvrir le programme et s’inscrire sur le site.

Si ça vous tente...

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Biodiversité : la France figure parmi les 5 pays hébergeant le plus grand nombre d’espèces menacées

05/07/2012

L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a rendue publique la dernière mise à jour de sa Liste rouge des espèces menacées, à la veille de la conférence de Rio. Elle montre que 19 817 espèces sont menacées d’extinction sur les 63 837 étudiées. Un nouveau cri d’alarme sur le déclin rapide de la biodiversité.

L’UICN nous rappelle que les espèces ont une valeur économique et assurent des services irremplaçables et indispensables à notre bien-être. Par exemple, le service rendu aux hommes par les pollinisateurs est évalué à 200 milliards de dollars par an. Les médicaments proviennent de plantes médicinale qui disparaissent. Les amphibiens jouent aussi un rôle vital dans la mise au point de nouveaux médicaments, et près de la moitié de ces espèces sont menacées d'extinction. Sans parler des impacts de la surpêche et des espèces invasives...

Et la France ? Avec 983 espèces mondialement menacées présentes sur son territoire, elle figure au cinquième rang des pays les plus concernés, après l'Équateur, la Malaisie, les États-Unis et l'Indonésie... Et devant le Mexique, l'Inde, la Chine, l'Australie, le Brésil !

Cette position peu enviable s’explique surtout par la très forte biodiversité abritée par les collectivités françaises d’outre-mer, Nouvelle-Calédonie et Polynésie française en tête. Elles sont situées dans des points chauds de la biodiversité mondiale, c’est-à-dire des régions très riches en espèces mais également très menacées. Mais la France métropolitaine aussi est concernée, avec 215 espèces mondialement menacées recensées. Parmi elles, l'Esturgeon européen (en danger critique), le Vautour percnoptère (en danger) ou encore la Violette de Rouen (en danger critique)

Vous trouverez ici le communiqué du Comité français de l’UICN.

Et aussi un article sur le site Actus-Environnement.

L’Union internationale pour la conservation de la nature, fondée en 1948 à Fontainebleau, est une alliance de plus de 1000 organismes membres et 11000 experts, présents dans plus de 160 pays. C’est la seule organisation environnementale qui dispose du statut d’observateur auprès de l’ONU.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

A deux semaines de RIO+20, l’alerte des Nations Unies sur l’état de la planète

07/06/2012

« Si rien n’est fait pour inverser la tendance, les gouvernements devront assumer la responsabilité d’un niveau de dégradation et de répercussions sans précédent. » C’est sur ce constat alarmant que le directeur général du PNUE (Programme des Nations unies pour l'environnement) présentait hier son cinquième rapport sur l'Avenir de l'environnement mondial (GEO-5).

Le monde ne s’oriente pas sur une voie durable malgré les centaines d’objectifs fixés au niveau international. Sur les 90 objectifs les plus importants en matière d'environnement, quatre seulement connaissent des progrès sensibles. Ainsi, les substances appauvrissant la couche d’ozone ont pratiquement été éliminées (ce qui devrait éviter des dizaines de millions de cas de cataracte d'ici 2100 et des millions de cancers de la peau d'ici 2050), le plomb a été supprimé dans les carburants de presque tous les pays, l’accès à l'eau potable des populations s’améliore (même si plus de 600 millions de personnes n’en bénéficieront toujours pas en 2015). Et aucun progrès - ou très peu - n'a été réalisé sur 24 autres objectifs. Les émissions de gaz à effet de serre, par exemple, devraient doubler d’ici 2050, les stocks de poissons se détériorent, le nombre des inondations a augmenté de 230% entre 1980 et 2000 et celui des sécheresses de 38%. Pire, la situation se dégrade pour 8 de ces objectifs. Une course contre la montre est engagée, d'autant plus que la planète comptera neuf milliards de Terriens en 2050 et que l'économie mondiale consomme de plus en plus de ressources naturelles.

Un coup de semonce à destination des quelque 50 000 participants au sommet de Rio, du 20 au 22 juin - responsables gouvernementaux, représentants d'entreprises et membres de groupes de pression et d'organisations écologistes...

Le rapport laisse cependant la porte ouverte à l'initiative. Les expériences réussies (il y en a !) dans certaines régions du monde démontrent qu'on peut atteindre des objectifs ambitieux d'ici 2050, à condition de changer et de renforcer les politiques et stratégies actuelles. Il propose aussi un certain nombre de pistes. Il rappelle que la transition définitive vers une économie verte émettant peu de CO2 et utilisant efficacement les ressources doit absolument être amorcée en urgence.

Sera-t-il entendu des gouvernements ?

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Les 20 ans du réseau Natura 2000

28/05/2012

bidiversité, préservation, sites, réseau natura 2000

En mai 1992, les États membres de l'Union européenne adoptaient la directive « Habitats » visant la préservation des habitats naturels de la faune et de la flore sauvage. Cette directive prévoyait la constitution et la préservation d’un réseau européen de sites naturels : le Réseau Natura 2000.

Vingt ans après, le réseau français comporte 1.753 sites (protection des oiseaux et des zones naturelles) représentant 12,5 % du territoire. Soit 6,9 millions d'hectares terrestres et 4 millions d'hectares marins.

L’association France Nature Environnement (FNE) a dressé un état des lieux du dispositif en France à l’occasion de ce vingtième anniversaire. Pour faire court : la mise en œuvre a été (et reste encore) difficile, nous avons pris un certain retard, et les inégalités entre régions restent fortes. En 2013, la France va devoir présenter à la Commission européenne une évaluation de l'état des habitats et des espèces. La dernière étude, qui date de 2007, avait montré une situation globalement défavorable.

Contrairement la plupart de ses voisins européens, la France a privilégié la contractualisation pour protéger ces sites, plutôt que la réglementation. Ce dispositif était novateur à l’époque, et continue d’être pertinent, estime FNE. Mais les sites désignés peinent à mettre en place leurs « plans de gestion », qui ne sont véritablement opérationnels que pour un peu plus de la moitié d’entre eux. Pour l’association « Natura 2000 mérite vraiment d'être mieux considéré car c'est un outil qui peut aider à réaliser la transition écologique tout en assurant le maintien d’un tissu économique et social dans les territoires. »

Pour en savoir plus :

- le site de FNE (un dossier complet à télécharger)

- le site du Ministère de l’écologie

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

La campagne du mois : l’imagination humaine au service d’un développement durable

17/05/2012

Dans le cadre de la rubrique « La campagne du mois », je vous propose ce mois-ci « Forêt tropicale » créé par JWT Publicidade Ltda, agence brésilienne, pour Conservation International.

campagne, créations publicitaires, act responsible, social, environnemental, ong

Le slogan « Nous n'utilisons que 10% de notre capacité cérébrale. Dieu merci. » nous interpelle sur les capacités potentielles du cerveau humain à trouver des solutions pour assurer le développement durable de notre planète.

Cette campagne, intitulée « 10% », comprenait deux autres visuels : Renard et Glacier.

Conservation International travaille en partenariat avec les gouvernements aux niveaux local, régional et national à travers le monde - du Brésil à la Chine, des États-Unis au Libéria - avec un objectif commun : préserver les ressources naturelles. Ses initiatives ont aidé les partenaires gouvernementaux à surmonter les nombreux défis auxquels ils sont confrontés quand il s’agit de concilier et d’équilibrer les objectifs de développement, les intérêts économiques et les réalités politiques.

Plus d’informations (en anglais) sur le site de Conservation International.

Cette sélection de créations publicitaires au service des causes sociales et environnementales, je vous le rappelle, est extraite de la « galerie » de l’association Act Responsible, qui collecte le meilleur de la création publicitaire en provenance des associations, ONG... dans le but de donner de la visibilité à des communications souvent inconnues et de témoigner du travail quotidien des associations. Ces créations sont accessibles sur le site www.act-responsible.org.

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire |