« Précédent | Page d'accueil | Suivant »

Pertes et gaspillage alimentaires : 10 millions de tonnes par an

Posté par Delphine SMAGGHE, le 29/06/2016
Catégorie : Déchets

gaspillage.jpg
By OpenIDUser2

Dans une étude publiée le 26 mai, l’Ademe dresse un état des lieux alarmant : en France, 10 millions de tonnes de nourriture sont perdues ou gaspillées chaque année, à toutes les étapes de la chaîne alimentaire. Le coût théorique est évalué à 16 milliards d’euros. En parallèle, une campagne de sensibilisation est lancée, avec pour mot d’ordre : « Ça suffit le gâchis ! ».


Chaque année en France, 10 millions de tonnes de produits sont perdus et gaspillés pour l’alimentation humaine. C’est l’un des enseignements d’une étude de l’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) publiée fin mai. Elle mesure le total des pertes et gaspillages générés sur 26 filières alimentaires représentant plus de 80 % des produits consommés en France. On observe des pertes et gaspillages à chaque étape de la chaîne alimentaire : production (32% du total), transformation (21%), distribution (14%) et consommation en foyer et hors-foyer (33%).

Il s’agit bien de produits comestibles qui ne sont pas consommés par l’humain parce qu'ils sont écartés (tri, surproduction...), perdus (récolte, transformation, transport...) ou non consommés (périmés, servis puis jetés). Précisons toutefois qu’une partie (un peu moins de 20%) est valorisée en alimentation animale.

La valeur théorique de ces pertes et gaspillages est évaluée (à partir du prix de vente des produits) à 16 milliards d’euros et leur impact carbone à 15,3 millions de tonnes équivalent CO2.

Ces pertes et gaspillages sont peu visibles…

Ils sont dispersés dans de multiples étapes de production ou consommation. Pour chacun des acteurs au quotidien, leur poids est souvent minime : environ 30 g par repas et par convive pour le consommateur à domicile, par exemple, en tenant compte de la préparation.

… mais tout le monde est concerné. Chacun des acteurs génère à son niveau une part de pertes et gaspillages alimentaires significative. Contrairement à une idée reçue, ils ne sont pas concentrés sur la phase de consommation (le tiers des pertes et gaspillages soit 50 kg par personne et par an).

L’étude révèle l’interdépendance des pratiques des différents acteurs de la chaîne alimentaire, l'effet «engrenage» des uns par rapport aux autres, elle identifie des leviers de progrès et met l'accent sur des initiatives de terrain individuelles ou collectives pouvant inspirer chacun.

Vous pouvez télécharger la synthèse de l’étude ici.

Pour inviter les acteurs à passer à l’acte, le Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer et l’Ademe ont lancé fin mai une campagne nationale de sensibilisation avec pour mot d’ordre « Ça suffit le gâchis ! ». Objectif : impliquer les consommateurs, les entreprises et les collectivités dans la lutte contre les pertes et gaspillages alimentaires et redonner de la valeur aux aliments. Découvrir le site « Ça suffit le gâchis ».

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire |

Commentaires

Bonjour,

J'habite à Perpignan dans le département des Pyrénées Orientales. Les commentaires étant fermés sur l'article abordant le PEA et n'ayant pas trouvé d'autres moyens de vous contacter, je me permets de vous poser ma question ici. Je souhaiterai savoir si la commune de Perpignan a signé une convention dans le cadre de ce programme?
Cordialement

MT

Écrit par : trégan Marlène | 19/08/2016

Répondre à ce commentaire

Bonjour Marlène,

Je tiens tout d’abord à vous remercier de l’intérêt que vous portez à notre Programme Emballages Abandonnés, dont l’un des objectifs est de travailler en collaboration avec les collectivités locales pour organiser le ramassage des emballages abandonnés sur la voie publique et mettre en place des actions de sensibilisation. C’est dans ce cadre qu’une charte nationale a été signée en 2008 entre l’AMF (Association des Maires de France) et le SNARR (Syndicat National de l’Alimentation et de la Restauration Rapide), qui se décline en conventions locales.

Dans le cas de la commune de Perpignan, notre enseigne a amorcé dès 2012 des discussions pour la signature d’une convention, afin notamment de coordonner les circuits et la fréquence de ramassage entre les équipes des restaurants McDonald’s et celles de la collectivité.
Cependant, le contexte politique de l’époque ne nous a malheureusement pas permis de finaliser cette signature. Nous allons prochainement engager de nouvelles discussions avec la Mairie.

Néanmoins, depuis le début des échanges avec la Mairie, plusieurs restaurants de la commune ont déjà mis en place des dispositifs pour limiter l’abandon des déchets de l’enseigne avec notamment des tournées de collectes régulières effectuées par les équipiers autour des restaurants sur des plages horaires bien définies. Les restaurants de la commune sont donc particulièrement engagés dans la démarche. La signature d’une convention PEA s’inscrirait dans le prolongement des efforts entrepris.

Je reste à votre disposition pour tout complément d’information.

Cordialement,

Delphine Smagghe

Écrit par : Delphine Smagghe | 29/08/2016

Les commentaires sont fermés.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus et gérer ces paramètres > Fermeture