« Précédent | Page d'accueil | Suivant »

Le stade de Saint-Etienne bientôt éclairé à l’huile de friture

Posté par Delphine SMAGGHE, le 16/10/2015
Catégorie : Déchets , Energie , Recyclage

SaintEtienne.jpgPar KevFB (travail personnel) via Wikimedia Commons

La métropole stéphanoise se lance dans un projet de biodiesel créé à partir d’huile de friture pour éclairer le stade Geoffroy-Guichard les soirs de match. Les premiers essais devraient être menés en février ou en mars pour un lancement officiel à l’occasion de l’Euro 2016.


L’idée : alimenter le groupe électrogène, utilisé les soirs de match pour éclairer le stade, avec du biodiesel issu du recyclage d’huile de friture. L’huile en question sera d’abord collectée dans la restauration collective et fera dans un second temps l’objet d’une collecte auprès des restaurants et des particuliers, via un système de déchetterie mobile.

La Saint-Etienne Métropole (SEM) a fait appel à une association, Ondaine Agro, pour mettre en place ce recyclage. Cette structure de réinsertion œuvre déjà dans le domaine, en valorisant les déchets de pain pour les transformer en nourriture animale. Elle emploie 14 personnes et le projet permettra d’en embaucher deux de plus.

Transformer un déchet en énergie présente un intérêt environnemental évident. D’autant que les huiles collectées actuellement sur le territoire de la SEM sont peu ou pas utilisées et partent pour être retraitées en Allemagne et en Espagne. Un tel projet permettrait de relocaliser le traitement des huiles et d’économiser le carburant et les émissions de gaz à effet de serre liés à leur transport. La valorisation d'un litre d'huile évite le rejet de 3 kg de CO2 dans l'atmosphère.

L'objectif est de recycler 20 000 litres d'huile la première année et d'arriver progressivement à 100 000 litres par an.

Sur un gisement potentiel de 140 000 tonnes d’huiles de friture usagées en France, seulement 36 000 tonnes sont collectées chaque année, dont 27 000 tonnes sont transformées en France en biocarburant (étude ADEME).

Le célèbre « Chaudron », récemment rénové en vue de l’Euro 2016, réunit d’autres dispositifs écologiques : 2 600 m2 de panneaux photovoltaïques produisent depuis 2007 en moyenne 200 000 kWh d'électricité par an (l’équivalent annuel d’énergie nécessaire à 60 maisons individuelles). Un récupérateur d'eau de pluie d'une capacité de 450 000 litres permet de couvrir plus de 90% des besoins en eau pour l arrosage de la pelouse. Des pompes à chaleur assurent le chauffage des vestiaires, des salons et des bureaux. Le stade dispose aussi d'un système de récupération des déchets alimentaires pour le compostage et de cinq véhicules électriques destinés à la surveillance du stade

____________________________________________________________________

Chez McDonald’s France

Depuis 2009, avec notre transporteur Martin Brower, nous explorons activement une piste prometteuse : faire rouler la flotte de camions qui livre nos restaurants avec du biocarburant issu en grande partie de leurs huiles de friture usagées.

La totalité des huiles de friture usagées de nos restaurants (soit en moyenne 6 500 tonnes par an) est valorisée en biocarburant depuis 2004. Les huiles sont stockées en restaurant, puis collectées et filtrées. Une fois nettoyées, elles sont acheminées en totalité dans l’usine Veolia de Limay (91), où elles sont transformées en biocarburant de type B100 (biodiesel 100 % d’origine végétale).

Produit à partir d’un déchet, ce carburant n’entre en concurrence avec aucune production agricole alimentaire. De plus, son usage permet une diminution de l’émission de divers polluants, améliorant ainsi la qualité de l’air, avec un impact positif en termes de santé et d’environnement. Cependant, selon le code des douanes, l'utilisation de ce carburant n’est autorisée qu’en mélange en France.

Nous avons obtenu entre 2009 et 2015 une série de dérogations pour réaliser des expérimentations sur 17 camions de livraison de Martin Brower. Les tests ont montré un bilan positif de l’utilisation de ce type de carburant.

Reste à obtenir une normalisation de son usage dans le cadre d’une flotte captive. Nous espérons convaincre qu'un tel usage ne déstabiliserait pas le marché des carburants, ce qui nous permettrait de "boucler la boucle" en utilisant un carburant vertueux issu du recyclage de nos huiles de friture

En savoir plus sur le site Données Corporate.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Les commentaires sont fermés.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus et gérer ces paramètres > Fermeture