« Précédent | Page d'accueil | Suivant »

Les algues, énergie du futur

Posté par Delphine SMAGGHE, le 20/11/2014
Catégorie : Energie

Algues_Energie.jpgLes tubes de la ferme d’algues urbaine à Genève

En ces temps de transition énergétique et de recherche d’alternatives aux énergies fossiles, on parle le plus souvent du soleil et du vent. Et la mer ? Elle est aussi une source d’énergies aussi prometteuses qu’inépuisables à développer. On pense aux courants et aux marées, bien sûr, mais il en existe d’autres, dont les algues. Domaine de recherche dans lequel la France est en pointe...


D’où proviennent ces énergies ? Des marées (marémotrice), des courants marins (hydrolienne), du mouvement des vagues (houlomotrice), de la biomasse des algues, de la différence de chaleur entre les eaux de profondeur et de surface de la mer (thermique des mers) ou encore des différences de salinité entre les eaux douces et les eaux salées (osmotique).

Envie d’en savoir plus ? Un article décrit de façon très complète ces cinq filières sur le site Brest-ouVert ou encore ici sur le site Jeune dirigeant (article écrit en collaboration avec Place-Publique.fr).

Et les algues alors ?

L’huile d’algue constitue une prodigieuse source d’énergie. Il existerait plus d’un million d’espèces de microalgues dont certaines, cultivées dans des conditions appropriées, peuvent accumuler jusqu’à 60 % de leur masse en lipides. Les algues peuvent fournir de l’énergie sous 3 formes : biocarburant, biogaz et hydrogène. Leur exploitation est simple à mettre en œuvre. Leur rendement de production d’huile à l’hectare est bien supérieur à celui de toutes les autres plantes. Des sous-produits sont directement valorisables en nourriture animale, en engrais, en combustible... De plus les aquacultures industrielles d’algues n’entrent pas en compétition avec les terres agricoles.

La France développe de grands programmes de recherche dans ce domaine, comme Greenstars ou le projet Shamash . Elle est également en pointe dans un projet particulièrement novateur baptisé « Purple Sun ».

Les micro-algues, essence du futur ? À Nantes, une équipe de l’Ifremer cultive une trentaine d’espèces de micro-algues. À voir sur Universcience.tv

Notre pays est également présent dans ces innovations surprenantes, qui présentent l’avantage de dépolluer tout en produisant de l’énergie..

Une ferme d’algues urbaine (photo) au cœur de la ville de Genève : c’est le concept révolutionnaire qu’une entreprise franco-néerlandaise, The Cloud Collective, a mis au point. Des algues installées au-dessus des autoroutes captent le CO2 rejeté par les voitures pour produire de l’énergie.

Des algues pour chauffer les immeubles en dépolluant leurs eaux usées : les ingénieurs de la start-up française Ennesys ont mis au point des parois d’algues filtrantes et chauffantes qui permettent de transformer les eaux usées d’un immeuble en énergie. Le système a remporté un prix européen.

Produire des micro-algues tout en dépolluant les sites industriels. La France et le Canada ont signé récemment un accord visant à explorer le potentiel de l'utilisation de gaz et de déchets industriels pour la production de micro-algues en faveur des biocarburants de troisième génération.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Les commentaires sont fermés.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus et gérer ces paramètres > Fermeture