« Précédent | Page d'accueil | Suivant »

Conférence climat de Varsovie : des compromis pour éviter l’impasse

Posté par Delphine SMAGGHE, le 27/11/2013
Catégorie : Climat

COP19Varsovie.jpg

Crédit : UNclimatechange – Flickr - CC

Jusqu'au dernier moment, tout aurait pu dérailler et compromettre la conférence sur le climat de Varsovie. Après des négociations marathon et avec 24 heures de retard, les délégués sont parvenus samedi 23 novembre à un accord in extremis qui pose les premiers jalons vers le grand rendez-vous de Paris en 2015. Juste ce qu’il fallait, à la dernière minute, pour ne pas bloquer le processus. Mais la feuille de route à laquelle tenaient la France et l’Europe ressemble désormais à une peau de chagrin.


Les euphémismes diplomatiques auront permis d’éviter provisoirement la rupture entre les pays du Sud et du Nord. On parle désormais de « contributions » à la réduction des émissions plutôt que d’« engagements », jugés trop contraignants. Au lieu du calendrier précis attendu, les pays sont seulement invités à communiquer ces contributions  « bien en avance » de la conférence de Paris. Mais seuls ceux « en mesure de le faire » y seront tenus avant le premier semestre de 2015. Ce qui laisse de multiples possibilités de s’y soustraire...

Les clivages Nord-Sud demeurent. Les pays émergents jugent que leur droit à se développer les dispense des mêmes efforts que les pays industrialisés, États-Unis et Union européenne, lesquels estiment que le temps est venu pour les nouveaux grands émetteurs mondiaux, Chine et Inde en tête, de prendre leurs responsabilités. Les pays du Sud attendaient plus de visibilité sur le versement des 100 millions de dollars d’aides annoncées en 2010 à Cancun pour faire face au changement climatique. Le texte adopté à Varsovie sur ce sujet est loin de les avoir satisfaits.

La conférence de Varsovie donne un avant-gout des difficultés qu’il faudra surmonter lors des prochaines étapes, à Lima en décembre 2014 puis à Paris en décembre 2015. La France va devoir redoubler d'efforts pour espérer aboutir cet accord, qui doit concerner tous les pays, être légalement contraignant et suffisamment ambitieux pour limiter le réchauffement du globe.

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire |

Commentaires

McDonald's se doit d'être exemplaire puisque, étant une multinationale influente, elle peut changer les consciences notamment en ce qui concerne l'environnement. Rien que changer la nature du plastique qui empêche aux boissons de couler par un bioplastique, entraînerait une diminution de l'utilisation de produits pétroliers. Mais il s'agit d'un travail de longue haleine.

Écrit par : Jean-Baptiste Marguerit | 03/12/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus et gérer ces paramètres > Fermeture