« Précédent | Page d'accueil | Suivant »

Les ONG quittent la conférence de Varsovie sur le climat

Posté par Delphine SMAGGHE, le 21/11/2013
Catégorie : Climat

COP19Varsovie_ONG.jpg

Crédit : UNclimatechange – Flickr - CC

Ce jeudi, les grandes ONG environnementales ont claqué la porte de la conférence internationale sur le climat qui s'est ouverte à Varsovie le 11 novembre, en présence de délégations de plus de 190 pays. À la veille de sa clôture, elles ont décidé de « faire un meilleur usage de leur temps » en se retirant de pourparlers qui ne débouchent sur rien.


C’est tout simplement une première dans l’histoire des négociations climatiques. Les ONG sont des acteurs à part entière de ces négociations, qui devaient poser les fondations de l’accord attendu en 2015 à Paris sur les réductions d’émission de gaz à effet de serre dans le monde. Cet accord, qui doit entrer en vigueur en 2020, devrait être universel et légalement contraignant.

C’est à Varsovie que devait être élaborée une première feuille de route et surtout son financement, devant atteindre 100 milliards de dollars par an. Mais les querelles entre pays développés et émergents persistent, notamment entre la Chine et les États-Unis, respectivement premier et second pollueurs mondiaux. Le recul du Japon, de l'Australie et du Canada en matière de lutte contre le changement climatique n’arrange rien. Le principal obstacle est le partage des responsabilités entre pays industrialisés et pays en développement.

La conférence se tient peu de temps après la publication du cinquième rapport du GIEC, qui fait de l’homme le principal responsable du réchauffement climatique aujourd’hui. Elle avait commencé, trois jours après que le typhon Haiyan ait frappé les côtes philippines, dans une ambiance plutôt dubitative, sous la présidence d'une Pologne plus soucieuse de vanter les bienfaits du charbon que préoccupée par la préservation du climat. Elle se clôturera vendredi – ou samedi s’il y a prolongation – certainement dans l’incertitude, les perspectives d’une conclusion un tant soit peu positive semblent bien peu probables.

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire |

Commentaires

Comment se fait-il que les eaux usées du Mc Do de PONT-AUDEMER, 27500, se déversent et stagnent dans une mare verdâtre, immonde, glauque et puante, à moins de 15 mètres du restaurant, 10 d'une rue passante, en plus du côté d' où on passe commande au Mc drive, l'odeur est à faire fuir? Ce ne ont pas les haies, soigneusement entretenues qui masquent ce lieu infect. vous avez dit "respect de l'environnement"? La mairie étant muette sur le sujet, je vous fais confiance pour être plus précis, car cet établissement, récemment rénové, est TB par ailleurs. Il est navrant de voir les misères faites aux simples particuliers pour des fosses toutes eaux, peu utilisées, et l'impunité totale dont profitent les établissement comme le votre! Bien cordialement, merci de votre réponse.

Écrit par : paschel | 09/12/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour Monsieur Paschel,

Nous avons analysé la situation du restaurant de Pont-Audemer, et voici ce qui ressort des renseignements recueillis auprès de notre département Construction, qui accompagne la rénovation des restaurants dans le cadre d’un programme national. Comme vous l’avez remarqué, celui de Pont-Audemer a été récemment rénové, et un plan de récolement des réseaux d’assainissement de ce restaurant a été réalisé. Il nous permet, ainsi qu’à la commune qui gère la voierie, de connaître précisément le circuit des eaux usées et des eaux de pluie.

Nous avons donc confirmation que les eaux usées du restaurant sont bien raccordées au réseau des eaux usées de la commune par l'intermédiaire d'une station de relevage. Les réseaux des eaux usées et des eaux de pluie sont bien séparés : les eaux de pluie sont les seules à arriver dans le bassin de rétention que vous évoquez. Elles passent d’abord par un « déshuileur » pour enlever les traces d’hydrocarbures dont elles auraient pu se charger sur le parking du restaurant. Elles sont donc de qualité tout à fait suffisante pour rejoindre un bassin de rétention.

De notre côté, les travaux ont donc été réalisés dans le plus strict respect de la réglementation d’assainissement. Mais les eaux de pluie de ce restaurant ne sont pas les seules à aboutir dans ce bassin de rétention. Pour en savoir plus, nous allons nous rapprocher des autres commerces avoisinant.

En espérant que ces précisions répondent à vos interrogations,
cordialement,

Delphine Smagghe

Écrit par : Delphine Smagghe | 23/01/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus et gérer ces paramètres > Fermeture