« Précédent | Page d'accueil | Suivant »

Le cinquième rapport du GIEC confirme l'influence des activités humaines sur le climat

Posté par Delphine SMAGGHE, le 03/10/2013
Catégorie : Climat

Rapport_GIEC_2.jpg

Alors que le dossier climatique est relégué bien loin des priorités politiques, le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) a présenté vendredi dernier à Stockholm un « résumé pour décideurs » du premier volet de son cinquième rapport. Un rapport qui repose, rappelons-le, sur les contributions de 250 scientifiques.


Dans une démarche totalement transparente, il fait appel à l'expertise du plus haut niveau mondial, sous le regard critique de tous les scientifiques volontaires et des gouvernements.

DANS LES GRANDES LIGNES...

Le réchauffement se poursuit inexorablement, malgré une pause : hausse de la température moyenne de 0,3 à 4,8 degrés d’ici 2100, selon les scénarios de développement (du plus sobre au plus émetteur).

La responsabilité des activités humaines se confirme : elles constituent, avec une probabilité d'au moins 95%, la cause principale du réchauffement de la planète depuis les années 1950.

La montée du niveau de la mer est revue à la hausse : de 26 à 82 cm, contre 18 à 59 cm prévue en 2007, ce qui menacerait de nombreuses régions côtières à travers le monde.

Les événements climatiques extrêmes vont se multiplier et s’intensifier : vagues de chaleur, sécheresses, tempêtes, fortes précipitations ou inondations...

AGIR AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD

Le GIEC, dans son scénario le plus sobre (mais aussi le plus improbable ?), indique qu’il est encore possible de limiter le réchauffement global en dessous de 2°C à la fin du siècle. Au-delà, l’emballement des températures deviendrait incontrôlable. À condition toutefois qu’une action rapide et globale soit lancée par les principaux pays émetteurs de gaz à effet de serre.

Ce premier volume du rapport porte sur les aspects purement scientifiques. Deux volumes (sur les impacts possibles par secteur et par région et les moyens de les atténuer) suivront au printemps 2014 avant une synthèse en octobre 2014. Juste avant la conférence des Nations Unies sur le Changement climatique qui se tiendra à Paris en 2015.

Le GIEC est-il catastrophiste ? Non, trop prudent, selon une équipe de climatologues, d'historiens des sciences et de sociologues qui a confronté les prévisions de l'organisme aux évolutions climatiques effectivement observées. Lire ici sur Le Monde Planète.

Mieux comprendre le GIEC est une petite brochure très claire mise en ligne par la Direction générale de l'énergie et du climat du Ministère de l'écologie, qui corrige certaines idées reçues.

Nous avons mis en place un suivi régulier de nos émissions de gaz à effet de serre qui nous permet de piloter avec précision nos plans de progrès : remontées mensuelles d’informations et Bilans Carbone® effectués tous les 3 ans par un bureau d’études spécialisé.

Nos objectifs : entre 2005 et 2020 (par transaction), - 60 % sur le périmètre de nos restaurants, et - 20 % sur le périmètre global, incluant toutes les émissions directes et indirectes, notamment les filières agricoles et les déplacements des clients.

Notre troisième bilan en 2011 a fait apparaître une baisse des émissions par transaction de - 34,7 % sur le périmètre des restaurants, et pour la première fois une baisse sur le périmètre global : - 2 %.

Plus d’infos sur notre site Données Corporate.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Les commentaires sont fermés.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus et gérer ces paramètres > Fermeture