« 2013-06 | Page d'accueil | 2013-08 »

Bretagne : un projet de science participative pour mieux connaître les microalgues marines

Posté par Delphine SMAGGHE, le 23/07/2013
Catégorie :

 

 

phenomer.jpg
Eau colorée par la micro-algue Noctiluca scintillans en Bretagne Sud, juillet 2004. Crédit Cèdre.

Le projet Phenomer vient d’être lancé sur les côtes bretonnes. Cette démarche de science participative est une première à l'échelle européenne. Les scientifiques font appel au grand public pour mieux connaître les microalgues présentes dans le phytoplancton marin. Le principe : inviter les citoyens à signaler des phénomènes d’eaux colorées dues aux proliférations de ces algues microscopiques, indispensables à la vie sur Terre. Elles sont en effet à la base de la chaîne alimentaire dans l’eau et produisent la moitié de l’oxygène terrestre.

Dans certaines conditions les microalgues marines peuvent proliférer de façon spectaculaire. C’est ce qu’on appelle les efflorescences. Elles donnent à l’eau de mer une apparence inhabituelle : colorations vertes, brunes ou rouges, ou présence abondante de mousse.

Le problème : ces phénomènes sont très ponctuels et localisés, donc difficiles à repérer. Voilà pourquoi les scientifiques ont besoin de vous : vous serez peut-être au bon endroit, au bon moment !

Si vos vacances vous mènent sur les côtes bretonnes (ou si vous vivez en Bretagne toute l’année !), que vous soyez promeneur, pêcheur, amateur de sports nautiques, un numéro de téléphone est à votre disposition. Vous pouvez ainsi signaler toute apparence inhabituelle de l’eau de mer. A partir de vos signalements, les scientifiques pourront prélever des échantillons d’eau de mer et les analyser, pour étudier la biodiversité des efflorescences et mettre en place de nouvelles actions de recherche spécifiques.

Phenomer_Logo.jpg

Renseignements sur le site du projet Phenomer.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Transition énergétique : les conclusions de neuf mois de débats

Posté par Delphine SMAGGHE, le 19/07/2013
Catégorie : Energie , Stratégie environnementale

Après neuf mois de débats et de nombreuses contributions sur le site créé pour l’occasion, le débat national sur la transition énergétique devait aboutir hier sur
15 recommandations à remettre au gouvernement
.

Après une réclamation de dernière minute du Medef, le document a finalement été rebaptisé « synthèse des travaux » et les recommandations sont devenues des « enjeux ». Il a été approuvé le « Parlement » du débat (patronat, syndicats, ONG, élus et experts) réuni hier pour sa dernière séance plénière à Paris.

Ces nuances de vocabulaire permettent de concilier les intérêts divergents tout en laissant ouverts des désaccords de fond sur certains points, notamment sur les objectifs de diviser par deux la consommation d'énergie totale d'ici à 2050 et de réduire de 75 à 50% la part du nucléaire dans la production d'électricité... Les acteurs semblent s’accorder en revanche sur la rénovation énergétique des bâtiments (500 000 logements par an) et les mesures de soutien aux énergies renouvelables ou pour réduire la consommation d'énergie dans les transports, en développant par exemple les services de partage de voitures ou en réduisant les vitesses maximales autorisées.

C’est au gouvernement que reviendra la tâche de trancher sur les sujets les plus sensibles.

Cette synthèse sera remise au gouvernement lors de la conférence environnementale des 20 et 21 septembre. Elle pose les bases de la future loi de programmation énergétique.

Le débat en chiffres : 1 000 débats territoriaux avec 170 000 participants, 1 200 contributions sur le site internet, 1 115 citoyens ont participé à la journée citoyenne (le 25 mai) dans 14 régions.

Nous nous sommes engagés à réduire de 60 % nos émissions de gaz à effet de serre entre 2005 et 2020 sur le périmètre de nos restaurants, par client servi. Pour atteindre cet objectif, la baisse des consommations énergétiques des restaurants est l’une de nos priorités. Issu d’une construction progressive, notre plan énergie repose sur trois piliers complémentaires et indissociables.

Réduire les consommations d’énergie en sensibilisant les équipes des restaurants aux bonnes pratiques (allumage et extinction des équipements en cuisine, régulation des températures de chauffage et de climatisation...).

Accroître l’efficacité énergétique grâce à l’utilisation d’équipements moins consommateurs d’énergie et aux nouvelles technologies.

Faire le choix des énergies renouvelables, en couvrant 100 % des consommations électriques des restaurants avec des Garanties d’Origine.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Les troisièmes Assises nationales de la biodiversité

Posté par Delphine SMAGGHE, le 11/07/2013
Catégorie :
Tags : biodiversité

biodiversité

Les troisièmes Assises nationales de la biodiversité se sont tenues à la Cité des Congrès de Nantes la semaine dernière. Plus de 700 personnes se sont réunies : associations, experts, élus, agents territoriaux, ONG représentants des entreprises...

Le programme des assises était basé sur 3 thèmes : biodiversité et territoires, valeurs de la biodiversité, changements et dynamiques. Il y fut aussi question de la loi-cadre qui verra le jour dans quelques mois et précèdera la création d’une agence nationale dédiée à la biodiversité, prévue pour 2014.

En plus d'ateliers techniques sur la santé des sols ou l'impact du changement climatique sur nos espaces naturels, des débats d'idées ont porté, l'un sur la possibilité d'une agriculture biologique intensive, l'autre sur la surpêche.

Bien sûr, il est un peu tard pour y assister, mais vous trouverez un compte-rendu sur la page de la bloggeuse Anne-Sophie Novel, ainsi que quelques interviews de personnalités présentes.

Espèces menacées, la liste rouge

Toujours sur le thème de la biodiversité, L'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) dévoile la mise à jour 2013 de sa liste rouge.  Cette liste compte désormais 70.294 espèces végétales et animales dont 20.934 sont menacées d'extinction. Avec 1.039 espèces menacées au niveau mondial présentes sur son territoire, en métropole et en outre-mer, la France fait partie des 10 pays hébergeant le plus grand nombre d'espèces animales et végétales menacées et détient le triste classement de 5ème au rang des pays les plus concernés.

Pour plus d’information sur le site du Comité français de l’UICN : la liste rouge mondiale et en France des espèces menacées..

Depuis 2009, la biodiversité fait partie des 4 objectifs de notre stratégie agroécologique et des mesures pour favoriser le maintien de la biodiversité sont en test dans certaines des 30 fermes et parcelles de référence. Plus d’infos sur notre site Données Corporate.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |