« 2012-04 | Page d'accueil | 2012-06 »

Les 20 ans du réseau Natura 2000

Posté par Delphine SMAGGHE, le 28/05/2012
Catégorie : Autre , Développement durable
Tags : biodiversité, préservation, sites, réseau natura 2000, écologie, habitats naturels, oiseaux

bidiversité, préservation, sites, réseau natura 2000

En mai 1992, les États membres de l'Union européenne adoptaient la directive « Habitats » visant la préservation des habitats naturels de la faune et de la flore sauvage. Cette directive prévoyait la constitution et la préservation d’un réseau européen de sites naturels : le Réseau Natura 2000.

Vingt ans après, le réseau français comporte 1.753 sites (protection des oiseaux et des zones naturelles) représentant 12,5 % du territoire. Soit 6,9 millions d'hectares terrestres et 4 millions d'hectares marins.

L’association France Nature Environnement (FNE) a dressé un état des lieux du dispositif en France à l’occasion de ce vingtième anniversaire. Pour faire court : la mise en œuvre a été (et reste encore) difficile, nous avons pris un certain retard, et les inégalités entre régions restent fortes. En 2013, la France va devoir présenter à la Commission européenne une évaluation de l'état des habitats et des espèces. La dernière étude, qui date de 2007, avait montré une situation globalement défavorable.

Contrairement la plupart de ses voisins européens, la France a privilégié la contractualisation pour protéger ces sites, plutôt que la réglementation. Ce dispositif était novateur à l’époque, et continue d’être pertinent, estime FNE. Mais les sites désignés peinent à mettre en place leurs « plans de gestion », qui ne sont véritablement opérationnels que pour un peu plus de la moitié d’entre eux. Pour l’association « Natura 2000 mérite vraiment d'être mieux considéré car c'est un outil qui peut aider à réaliser la transition écologique tout en assurant le maintien d’un tissu économique et social dans les territoires. »

Pour en savoir plus :

- le site de FNE (un dossier complet à télécharger)

- le site du Ministère de l’écologie

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Appels à projets : une étude sur la biodiversité dans la filière blé

Posté par Delphine SMAGGHE, le 24/05/2012
Catégorie : Appel à projets Environnement , Stratégie environnementale
Tags : biodiversité, appel à projets, filière blé

biodiversité,appel à projets,filière blé

Je vous ai parlé le mois dernier de l’un des deux projets en cours dans le cadre de nos appels à projets, consacré à l’étude d’un plan de déplacement entreprise.

Le second est un projet d’étude sur la biodiversité dans la filière blé. Réalisé par un groupe d’étudiants d’AgroParisTech, il se déroule sur une période de deux ans (d’octobre 2011 à octobre 2013) sur la Ferme Expérimentale de Grignon. Située dans les Yvelines), cette ferme sert de support aux activités d’enseignement et de recherche d’AgroParisTech

Après avoir dressé un état des lieux des espèces présentes sur plusieurs parcelles de production de blé, les étudiants vont y expérimenter différentes pratiques agronomiques permettant de favoriser la biodiversité : planter des haies, mettre en place des jachères apicoles, semer des bandes de légumineuses-graminées et tester des méthodes de fauche en bordure de champs... Ils mesureront ensuite l’évolution de l’état de la biodiversité liée à la mise en œuvre de ces pratiques en poursuivant les suivis déjà en place à Grignon et en prenant en compte de nouveaux indicateurs.

Il s’agit de déterminer si l’amélioration de la biodiversité ne se fait pas au détriment d’autres paramètres. Les étudiants s’intéresseront aussi aux performances techniques et économiques. Ils examineront les bénéfices agronomiques liés à l’amélioration de la biodiversité. Certains oiseaux et insectes (mésanges bleues, coccinelles...), par exemple, sont des « auxiliaires de culture » : ils aident naturellement à lutter contre les parasites ou les maladies des cultures, ou favorisent la pollinisation (abeilles...). La mise en jachère des terres restaure la fertilité des sols, etc.

L’observation de la variation des populations demande du temps, tout comme l’installation de dispositifs d’amélioration, d’où les deux ans de projet. La période de suivi a commencé au mois de février.

Ce sujet est très important pour notre stratégie agroécologique : la contribution au maintien de la biodiversité fait partie des objectifs issus des concertations agricoles de 2009. Ce projet nous permettra notamment de croiser ces résultats avec ceux mis en œuvre sur les fermes de référence.

Par ailleurs, pour ceux qui seraient intéressés, la Ferme de Grignon est ouverte au public (étables, bergerie, laiterie...) et des visites guidées sont organisées pour les établissements scolaires.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

La campagne du mois : l’imagination humaine au service d’un développement durable

Posté par Delphine SMAGGHE, le 17/05/2012
Catégorie : Autre , Communication , Développement durable
Tags : campagne, créations publicitaires, act responsible, social, environnemental, ong

Dans le cadre de la rubrique « La campagne du mois », je vous propose ce mois-ci « Forêt tropicale » créé par JWT Publicidade Ltda, agence brésilienne, pour Conservation International.

campagne, créations publicitaires, act responsible, social, environnemental, ong

Le slogan « Nous n'utilisons que 10% de notre capacité cérébrale. Dieu merci. » nous interpelle sur les capacités potentielles du cerveau humain à trouver des solutions pour assurer le développement durable de notre planète.

Cette campagne, intitulée « 10% », comprenait deux autres visuels : Renard et Glacier.

Conservation International travaille en partenariat avec les gouvernements aux niveaux local, régional et national à travers le monde - du Brésil à la Chine, des États-Unis au Libéria - avec un objectif commun : préserver les ressources naturelles. Ses initiatives ont aidé les partenaires gouvernementaux à surmonter les nombreux défis auxquels ils sont confrontés quand il s’agit de concilier et d’équilibrer les objectifs de développement, les intérêts économiques et les réalités politiques.

Plus d’informations (en anglais) sur le site de Conservation International.

Cette sélection de créations publicitaires au service des causes sociales et environnementales, je vous le rappelle, est extraite de la « galerie » de l’association Act Responsible, qui collecte le meilleur de la création publicitaire en provenance des associations, ONG... dans le but de donner de la visibilité à des communications souvent inconnues et de témoigner du travail quotidien des associations. Ces créations sont accessibles sur le site www.act-responsible.org.

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire |

Dans une province de Chine, les abeilles remplacées par des pollinisateurs humains

Posté par Delphine SMAGGHE, le 14/05/2012
Catégorie : Autre , Développement durable
Tags : biodiversité, stratégie agorécologique, abeilles

J’ai eu l’occasion de voir il y a quelques jours cet extrait du film « Le silence des abeilles » de Doug Shultz diffusé sur « National Géographic » en 2008.

Cela se passe au sud de la province du Sichuan, en Chine. Une région qui vit de la culture de la poire. Au début des années 80, l’utilisation non contrôlée de pesticides a anéanti toutes les abeilles de la région et tué toutes les plantes à pollen qui subvenaient à leurs besoins. Conséquence, un effondrement de la production fruitière. Alertée par les fermiers, Pékin leur a répondu, en substance, que c’était à eux de prendre la relève des abeilles.

Et c’est ce qu’ils ont fait ! Des centaines d'ouvriers agricoles fécondent eux-mêmes les fleurs des poiriers, une à une... Une tâche, on l’imagine bien, minutieuse et lente. Un homme pollinise 30 arbres par jour là où la capacité d’une ruche est 3 millions de fleurs en une journée. Une tâche évidemment plus coûteuse aussi : remplacer les abeilles par des ouvriers pollinisateurs aux États-Unis représenterait la somme impressionnante de 90 milliards de dollars par an. Et même en Chine, une telle solution ne pourrait être pérenne. Les jeunes émigrent en masse vers les villes et la main d’œuvre se raréfiera à terme.

Un exemple qui illustre bien à quel point se préoccuper de biodiversité n’est pas un détail. Ce sujet est très important pour notre stratégie agroécologique : il fait partie des priorités issues des concertations agricoles de 2009. Dans ce cadre, les agriculteurs travaillent avec les territoires pour établir des cartographies des zones favorables à la biodiversité (habitats, zone de nidification...) et effectuent des suivis de la faune et la flore grâce à des protocoles simplifiés : comptage, reconnaissance des chants ... La biodiversité fait aussi l’objet d’un projet d’étude mené par des étudiants d’AgroParisTech dans le cadre du dernier appel à projets.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Les éoliennes représentent-elles une menace pour les oiseaux ?

Posté par Delphine SMAGGHE, le 09/05/2012
Catégorie : Energie
Tags : énergies renouvelables, éoliennes

Eolienne.jpg

Sans doute moins que ne l’affirment leurs détracteurs, si l’on en croit une très récente étude publiée dans le Journal of Applied Ecology, menée par quatre ornithologues qui ont suivi dix des principales espèces d'oiseaux évoluant au Royaume-Uni.

Les conclusions de cette étude montrent que les parcs éoliens ne sont pas incompatibles avec les peuplements d’oiseaux, et que ceux-ci peuvent même se développer. Les oiseaux semblent éviter les pales des turbines, contrairement à ce qui est souvent affirmé : les oiseaux sauvages entrent régulièrement en collision avec les pales tournantes ou sont perturbés par le bruit.

C’est pendant leur construction, en revanche, que les parcs s’avèrent dangereux pour certaines espèces. Il faudrait maintenant réfléchir à la façon de minimiser ces effets néfastes, concluent les chercheurs...  En construisant ces parcs là où l’impact sur les espèces les plus fragiles est moindre, par exemple.

Pour en savoir plus, je vous propose de lire sur lemonde.fr l’article du blog écologie.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Quel climat demain pour l’Europe ? Les prévisions de l’Agence Européenne de l’Environnement

Posté par Delphine SMAGGHE, le 07/05/2012
Catégorie : Climat , Energie
Tags : réchauffement climatique, climat, aee, prévisions, évolutions

L'Agence Européenne de l'Environnement (AEE) a rendu publiques, le 3 mai, ses prévisions sur l'évolution climatique jusqu'à la fin du siècle.

Selon ces projections, l'Europe sera en moyenne plus chaude de 1,5°C entre 2021 et 2050 qu'elle ne l'était entre 1960 et 1990. Ces hausses pourraient paraître imperceptibles, mais elles « masquent potentiellement de forts extrêmes » et peuvent avoir des conséquences considérables, précise l'AEE.

Toutes les régions ne seront pas touchées de la même façon. Les experts de l'agence annoncent ainsi que « le réchauffement le plus important est attendu sur l'est de la Scandinavie, le sud et le sud-est de l'Europe » avec une hausse des températures moyennes entre 0,4 et 2,5°. Les projections font aussi apparaître une différence entre le nord et le sud : au nord, ce sont les hivers qui se réchaufferont le plus, au sud, c'est en été que les cartes montrent les plus grands changements. Les précipitations augmenteraient de 15% au nord de l’Europe et chuteraient d’autant au sud.

Tout cela aurait des conséquences multiples : de plus en plus d'inondations dans le nord, des périodes de sécheresse de plus en plus fréquentes et longues dans la partie sud. « Beaucoup de pays devront adapter leur système agricole au changement climatique et faire face à moins d'eau, ou avec de l'eau à d'autres périodes de l'année » affirme l'agence.

Mais il ne s’agit que d’un scénario, qui peut encore être revisité... précise l’AEE, en réduisant rapidement les émissions de CO2 grâce notamment au remplacement des « énergies fossiles par des technologies utilisant les énergies renouvelables ». La Commission européenne et l'Agence ont récemment lancé sur Internet, Climate-ADAPT, regroupant les actions mises en œuvre pour contrer le réchauffement climatique.

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |