« 2011-07 | Page d'accueil | 2011-10 »

Plus de 1000 communes impliquées dans le Programme emballages abandonnés

Posté par Delphine SMAGGHE, le 29/09/2011
Catégorie : Emballages
Tags : déchets, abondonnés, ramassage, collecte, rues, lutte, programme

Comme je l’avais fait en mai dernier, je vous propose un état des lieux de notre plan de lutte contre les emballages abandonnés sur la voie publique. Je rappelle qu’il s’agit de partenariats locaux entre nos franchisés et les communes, qui se concrétisent par la signature d’une charte. Celle-ci est la déclinaison d’une charte nationale signée en 2008 entre l’AMF (Association des maires de France) et le SNARR (Syndicat National de l’Alimentation et de la Restauration Rapide).

60 chartes locales signées

Ces chartes permettent de mettre en place et de coordonner des tournées de collecte dans les rues, sur les parkings, dans les jardins publics... Les EcoÉquipiers, mis à disposition par nos restaurants, ramassent les sacs, gobelets, bouteilles et autres canettes qui traînent à terre. Ils le font en complément des circuits et des horaires des services municipaux. Et ils ne ramassent pas exclusivement les emballages « étiquetés » McDonald’s, faut-il le préciser !
Deux exemples récents : à Sigean (Aude), où la signature de la convention a été précédée d’une balade « nettoyage » avec les enfants d’un centre aéré, et avec la communauté urbaine du Grand Toulouse.

193 partenariats en cours

La signature de la charte marque la fin d’un processus de mise en place. Il faut d’abord mettre au point, en commun, les moyens d’action, les circuits d’intervention, la complémentarité des tournées... Tout commence donc par des partenariats.

1023 communes impliquées

Les chartes, en cours ou signées, ne concernent pas uniquement les villes d’implantation des restaurants. Elles couvrent également les communes limitrophes ou encore des communautés d’agglomérations qui ont mutualisé la question des déchets. Voilà pourquoi les 153 partenariats concernent au total plus de 1000 communes.

Commentaires (6) | Ajouter un commentaire |

Tous les emballages plastique dans les poubelles jaunes : une expérimentation d’Eco-Emballages en 2012

Posté par Delphine SMAGGHE, le 23/09/2011
Catégorie : Déchets

Poubelle_jaune2.jpgD’accord, ce n’est pas tout à fait un scoop, puisque l’information a été diffusée ici ou là au mois de juillet dernier... Notamment ici, d’ailleurs, dans un article intéressant sur le blog Actu-environnement. Mais l’expérimentation dont je vais vous parler démarre l’année prochaine, et pour ceux qui étaient en vacances ou regardaient ailleurs, elle est encore d’actualité !

C’est donc à partir de janvier 2012, qu’Eco-Emballages (éco-organisme agréé pour organiser, superviser et accompagner le recyclage des emballages ménagers) expérimentera le recyclage de tous les emballages plastique. Pendant deux ans, près de 5 millions de Français pourront, sans questions ni états d’âme, jeter dans les poubelles jaunes les sachets de produits congelés, pots de yaourts ou autres barquettes de fruits et légumes, en plus des bouteilles et flacons déjà collectés. Au total 83 collectivités, parmi lesquelles Paris, Lyon et Nice, seront engagées dans ce test à grande échelle. L'expérimentation permettra la collecte de quatre nouvelles résines de plastique et s'accompagnera du développement dans les centres de tri concernés de nouvelles techniques permettant de les recycler.

Si la démarche est concluante, elle sera généralisée à l'ensemble du territoire. En simplifiant le geste de tri et en impliquant tous les maillons de la chaîne Eco-Emballages espère doubler le taux de recyclage qui plafonne à 22,5 %.

Tout ce qui peut simplifier les consignes de tri nous semble intéressant, et nous suivrons avec intérêt les résultats de cette expérimentation.

Commentaires (5) | Ajouter un commentaire |

Parlons photo, une fois n’est pas coutume !

Posté par Delphine SMAGGHE, le 19/09/2011
Catégorie : Autre
Tags : événements, agenda, exposition, photos

Juste un mot pour vous signaler deux expos photos, gratuites et en plein air, toutes les deux en ce moment à Paris. La première est organisée par WWF à l’occasion de ses 50 ans. Sur les Champs Élysées, jusqu’au 25 septembre (l’inauguration a eu lieu le 10, mais il n’est pas trop tard pour aller y jeter un coup d’œil...), trente-six panneaux illustrent les grands sujets soutenus par l’association depuis sa création, à travers des photos naturalistes et des portraits de personnalités engagées exécutés par la célèbre photographe Micheline Pelletier, connue pour avoir réalisé de grands reportages aux quatre coins du monde et photographié bon nombre de personnalités, prix Nobel, d’hommes et de femmes politiques, etc.

Pour plus d’informations, cliquez ici

La seconde exposition a lieu de l’autre côté de la Seine, sur les grilles du Jardin du Luxembourg, du 15 septembre au 15 janvier 2012, ce qui vous laisse un peu plus de temps ! Il s’agit cette fois d’un projet intitulé « Cœurs de nature », initié par Réserves Naturelles de France et le mensuel Terre Sauvage. Ces 80 photos sont l’œuvre d’une douzaine de photographes qui a sillonné des espaces de nature remarquables pour leur faune, leur flore, leurs écosystèmes et qui bénéficient d'un statut de protection (métroplole et outre-mer). Ces sites sont de véritables réservoirs de biodiversité et les photographes ont eu carte blanche pour saisir leur caractère unique et témoigner des actions des hommes et femmes qui gèrent ces lieux.

Pour en savoir plus sur Coeurs de nature

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire |

Les résultats de notre troisième Bilan Carbone® confortent nos objectifs pour 2020

Posté par Delphine SMAGGHE, le 16/09/2011
Catégorie : Climat , Energie , Stratégie environnementale
Tags : émissions ges, bilan, empreinte carbone, résultats, agricoles

Comme promis, je voudrais vous livrer quelques résultats de notre troisième Bilan Carbone®, dont la réalisation a été achevée en juin dernier. La méthode utilisée est celle de l’ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie).

Le premier Bilan Carbone®, réalisé en 2005, nous a permis d’identifier nos principaux postes émetteurs et de structurer nos actions. Le second bilan, en 2008, a montré une baisse de 8 % par transaction des émissions de GES avec 2 ans d’avance sur notre objectif (défini en fonction des accords de Kyoto déclinés au plan européen). Le troisième a révélé des résultats très encourageants qui nous permettent de conforter nos objectifs pour 2020.

Nous distinguons notre périmètre d’activité principal, les restaurants, et notre périmètre global qui prend en compte l’ensemble des émissions depuis la production agricole des denrées consommées jusqu’aux déplacements des clients vers les restaurants.

cuisine_PlanAllumage.jpg

Sur le périmètre des restaurants, une diminution de près de 35% par transaction.

C’est ce que montre la comparaison des résultats de 2011 avec ceux de 2005. Cette baisse représente l’équivalent des émissions de 60 000 voitures en moins sur les routes ! Les actions mises en place sur les deux principaux postes d’émission (énergie et emballages) ont contribué à cette baisse :

- le Plan énergie avec le déploiement de la démarche EcoProgress™, l'utilisation d’équipements tels que les Pompes à Chaleur ou encore la couverture des consommations électriques par des certificats verts,

- les nombreuses optimisations menées sur les emballages, comme la diminution du poids et le remplacement du plastique par des matériaux renouvelables.

Sur le périmètre global, une réduction par transaction de 2%.

Toujours par rapport à 2005. Ce chiffre paraît évidemment moins spectaculaire, mais il faut savoir que les produits alimentaires, et notamment la production agricole, représentent une part très importante (80%) de nos émissions sur laquelle nous n’avons pas de prise directe. Nous voulons cependant agir sur l’ensemble de notre périmètre de responsabilité, c’est ce qui a motivé les concertations agricoles engagées en 2009 avec nos fournisseurs. Elles ont abouti à la mise en place de notre stratégie agroécologique, inscrite dans la décennie 2010-2020 qui se décline en cinq programmes d’action sur les filières blé, bœuf, poulet, pomme de terre et salade. Elle devrait nous permettre de réduire davantage les émissions du périmètre global.

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire |

La mise en œuvre du Grenelle favorable à une réduction significative des gaz à effet de serre

Posté par Delphine SMAGGHE, le 14/09/2011
Catégorie : Climat , Energie

Si les principales mesures du Grenelle de l’environnement étaient mises en œuvre, quels seraient les effets sur notre consommation d’énergie et nos émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2030 ? Positifs, si l’on en croit la DGEC (Direction générale de l'énergie et du climat). Celle-ci a publié en juillet dernier la synthèse d’une étude intitulée : « Scénarios Prospectifs Énergie – Climat – Air à l'horizon 2030 ». Elle a retenu deux scénarios : un premier scénario « pré-Grenelle », et un second scénario qui résulterait de l'application et de l'atteinte des objectifs des lois Grenelle.

Conclusion : le second scénario aboutit à une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 23,1 % d'ici 2020, et de 31,9% en 2030, par rapport à 1990.

Pour ce qui est de la consommation d’énergie en France, le premier scénario fait apparaître une augmentation de la demande de 18 % en 2030 par rapport au niveau de 1990, tandis que le scénario Grenelle permettrait de la réduire de 15%.

Des conclusions encourageantes, sans aucun doute... à condition toutefois que les mesures du Grenelle soient mises en œuvre. En ce qui nous concerne, nous travaillons activement à la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre. Je vous parlerai dans mon prochain billet des résultats de notre troisième Bilan Carbone®, encourageants eux aussi !

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |

Le plan déchets : agir à tous les niveaux

Posté par Delphine SMAGGHE, le 09/09/2011
Catégorie : Déchets , Stratégie environnementale
Tags : déchets, tri, valorisation, recyclage, collecte, emballages abandonnés

Le problème des déchets revient fréquemment dans vos commentaires et j’ai déjà eu l’occasion de dire que cette préoccupation est tout à fait légitime. Nous considérons que cette question est incontournable du point de vue de notre impact environnemental, et nous y travaillons depuis longtemps. Pour réduire cet impact, nous sommes convaincus qu’il est important d’intervenir sur toute la filière des déchets, depuis leur conception en amont jusqu’à leur valorisation en fin de vie. C’est sur cette logique que nous avons construit notre plan déchets. Je vous en propose ici un tour d’horizon. Vous me pardonnerez, j’espère, si ce billet est un peu plus long que d’habitude, mais il y a beaucoup de choses à dire !

Optimisation à la source

Pour réduire le nombre, la taille et le volume de nos emballages, nous travaillons en collaboration avec nos fournisseurs sur l’allègement des emballages existants en jouant sur les formes, les densités des matériaux. Ces efforts cumulés année après année font qu’en 2010, le poids moyen des emballages a été réduit de 13%. Depuis 2009, nous avons supprimé les boîtes «Best Of» (emballage volumineux et rigide) pour les menus à emporter et nous avons développé un nouvel accessoire (le croisillon) qui permet de réduire de 20% le poids des emballages classiques utilisés pour la vente à emporter. Côté cuisine et stockage, nous privilégions l’utilisation d’emballages de grande contenance, en optant dès que les solutions existent pour des contenants réutilisables.

Nous cherchons aussi à utiliser au maximum des matériaux d’origine renouvelable : nous avons réduit la part des plastiques de 63% (90% de nos emballages sont en carton et la majorité contient 72% de fibres recyclées).

Collecte des emballages abandonnés sur la voie publique

Nous avons déployé des efforts importants de collecte : dans chaque restaurant, un plan de propreté décrit de façon précise le trajet et la fréquence des ramassages effectués aux alentours immédiats du restaurant. De nombreux restaurants mettent en place un éco-équipier, qui, avec un véhicule propre (tricycle, voiture électrique, triporteur…), se charge d’un ramassage régulier sur un périmètre plus large.

Nous nous sommes engagés avec de nombreuses collectivités dans une démarche de partenariat local (plus d’informations ici). Les restaurants coordonnent les plans de collectes avec les collectivités pour une plus grande complémentarité des trajets et de la fréquence des ramassages.

Valorisation des déchets

Nous avons mis en place le recyclage des cartons utilisés lors de la livraison de nos produits en restaurant dès 2001. Par ailleurs, nous faisons recycler l'ensemble  de nos huiles de friture usagées en biodiesel depuis 2004. Les emballages, qui représentent la grande majorité des déchets d’un restaurant, ne peuvent pas rejoindre les filières classiques de valorisation actuellement en place car elles n’acceptent pas les déchets souillés ou les cartons recouverts d’un film plastique (pour les gobelets). Seule la technique de la méthanisation, encore peu développée en France, pourrait constituer une opportunité pour la valorisation de ce type de déchets. Un test est actuellement en cours en France et nous suivons de très près les résultats qui en découleront.

Dans les restaurants où la collecte sélective des bouteilles et canettes est possible grâce à un partenariat avec les communes, elle a été mise en place. Nous avons aussi  mené un test pour collecter et valoriser les jouets Happy Meal.  Plus d’infos sur le tri sélectif ici

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire |

Les Français et l’environnement : des bonnes intentions aux bonnes pratiques

Posté par Delphine SMAGGHE, le 06/09/2011
Catégorie : Autre
Tags : études, comportements, crédoc, analyse, français, environnement

Les Français sont de plus en plus sensibles aux sujets environnementaux. C’est ce que révélaient les baromètres réalisés par l’ADEME en 2010 (voir ici mon billet de mai 2011 à ce sujet).

Mais traduisent-ils en actes leur désir de mieux protéger la planète ? La réponse est oui, si l’on en croit l’analyse du Crédoc dans sa lettre « Consommation et modes de vie » datée d'août 2011. Le document présente des extraits d’un rapport intitulé « Les Français avancent à grands pas sur la longue route écologique », qui s’appuie sur la collecte de nombreuses données et a permis d’identifier les changements de comportement de nos concitoyens depuis une vingtaine d’années.

« Si, dans certains domaines tels que le logement et le chauffage, les progrès se font attendre, l’étude met à jour des changements significatifs. Deux personnes sur trois cherchent aujourd’hui à économiser l’eau du robinet contre 52 % en 1995 ; il y a quinze ans, la motivation était surtout financière alors qu’aujourd’hui, le désir de préserver cette ressource naturelle prédomine. La place de l’automobile semble remise en question, notamment auprès des nouvelles générations : seuls 59 % des 18-25 ans disposent aujourd’hui d’une voiture contre 74 % au début des années 1980. Enfin, la consommation de produits bio touche désormais les catégories les plus modestes, alors qu’elle était réservée auparavant aux plus aisés. »

Les Français ont donc manifestement changé leurs habitudes, même si « la route est encore longue », notamment dans le domaine des transports et du chauffage des logements. Cette recherche montre aussi que la sensibilisation écologique est un important levier pour faire évoluer les modes de vie. Le Crédoc souligne que les progrès, s’ils sont encore insuffisants pour faire face aux enjeux environnementaux, ne doivent pas être minimisés. « Les ménages ne peuvent à eux seuls réaliser qu’une partie du chemin. L’accompagnement des pouvoirs publics et l’implication des entreprises sont également nécessaires. »

Pour consulter la lettre du Crédoc, c’est ici.


Commentaires (1) | Ajouter un commentaire |

Un manga pour sensibiliser les jeunes au savoir-vivre en ville

Posté par Delphine SMAGGHE, le 01/09/2011
Catégorie : Communication , Déchets
Tags : sensibilisation, jeunes, déchets, abandonnés, civisme, manga

250451.jpg

sensibilisation,jeunes,déchets,abandonnés,civisme,mangaBonjour à tous ! Pour ce billet de rentrée, je reprends le fil sur la sensibilisation du jeune public pour vous parler d’une initiative qui nous a été récemment présentée. Il s’agit d’un petit fascicule, destiné aux enfants, intitulé « Léo Quartier dans la ville de... ». Sous la forme d’un manga, il raconte l’histoire de Léo, choisi par la ville pour l’aider à infléchir dans le bon sens les mauvaises habitudes citadines : détritus divers jetés par terre, bruit, incivilités... L’idée est de personnaliser l’histoire pour l’adapter chaque fois au décor d’une ville précise. « Dans la ville de Tarbes » est le premier volume de la collection, dirigée par Isabelle d’Hauteville. Il a été distribué aux élèves des classes primaires, qui l’ont bien accueilli et ont été ravis de reconnaître les places, rues et monuments de leur ville, ce qui va dans le sens d’une incitation à respecter ces lieux familiers.

Le volet sensibilisation de notre Plan Emballages Abandonnés est important et nous réfléchissons aux différents vecteurs de communication susceptibles de relayer efficacement le message. Le manga nous a paru une piste intéressante. Il séduit spontanément le jeune lecteur, qui devient à son tour, comme chacun sait, un excellent relais auprès des plus grands !

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire |