« Précédent | Page d'accueil | Suivant »

1 174 référents environnement dans nos restaurants

Posté par Delphine SMAGGHE, le 20/07/2011
Catégorie : Déchets , Stratégie environnementale
Tags : ecoprogress, référents, stratégie, restaurant, environnement, animation

Je voudrais saluer ici le rôle important joué par nos référents environnement dans les restaurants.

Pour faire vivre notre démarche environnementale, il faut agir aussi bien à l’échelle nationale qu’à l’échelle locale. Notre fonctionnement implique de ne pas imposer, mais d’inciter l’ensemble des restaurants à appliquer au quotidien la stratégie. Pour cela il faut non seulement sensibiliser à l’environnement mais aussi fédérer les bonnes volontés, partager les initiatives et faire durer l’implication. C’est la mission du référent.

Depuis mars 2008, chaque restaurant est invité à identifier, au sein de son équipe, un référent EcoProgress® (EcoProgress® est le nom que nous avons donné à notre démarche de progression environnementale). Il s'agit d'une personne de l'équipe restaurant (un directeur, un manager, un équipier...) qui prend en charge la question environnementale sur le terrain. C’est lui (ou elle !) qui mobilise l’équipe, veille à la bonne application des recommandations environnementales, pilote le logiciel EcoProgress® et assure le relais entre le siège et son franchisé pour toutes les opérations environnementales.

J’insiste sur le fait que devenir référent est une démarche volontaire, et que les tâches qu’il (ou elle !) remplit dans cette fonction s’ajoutent à son travail quotidien. Il faut donc avoir non seulement des qualités d’animation, mais aussi un intérêt personnel certain pour la protection de l’environnement.

Nous suivons et animons au quotidien le réseau des référents, ce qui nous permet de savoir au jour le jour combien de référents sont identifiés et actifs. Cette semaine avons atteint le chiffre de 1 174 référents identifiés, soit 98% des restaurants.

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire |

Commentaires

Bonjour,

Effectuant une veille régulière de vos initiatives dans le cadre de mon travail, je connais la richesse de la démarche environnementale de McDonald's, qui s'étoffe régulièrement.
Cela dit, de nombreux progrès restent à faire et je voudrais savoir si vous pouviez me parler de l'évolution de l'initiative datée de 2005 pour modifier la forme et la composition des pots de McFlurry afin d'éviter que des hérissons ne restent bloqués dans ceux qui auraient été abandonnés dans la nature.

En effet, cette initiative est mise en avant sur le site internet de McDonald's France (http://www.mcdonalds.fr/index.html#/environment-expert/article-ART00034/) par un article se terminant sur les mots "Affaire à suivre"... Ou en est-on à présent?

Cordialement,

Emilie

Écrit par : Emilie | 21/07/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour Emilie ! Je vous remercie de l’intérêt que vous portez à notre démarche. Pour ce qui est de votre question sur les hérissons, nous avions en effet réalisé en 2007 un prototype à quatre rabats. Nous voulions faire d’une pierre deux coups : éliminer le risque pour les hérissons et optimiser le gobelet d’un point de vue environnemental (le gobelet à ailettes nécessitait moins de matière). Les tests que nous avons effectués à l’époque auprès de consommateurs n’étaient pas probants. Nous avons donc opté pour un gobelet avec une ouverture plus réduite, et donc impossible à franchir pour les hérissons gourmands de glace. Si le problème des hérissons était réglé, restait l’optimisation du gobelet. Nous poursuivons donc nos recherches, comme pour l’ensemble de nos emballages. Un projet Européen est engagé sur le McFlurry. Le nouveau couvercle sera fait en fibres de papier moulées, d’origine 100% renouvelable, 100% recyclable et 100 % compostable. C’est un matériau qui ressemble un peu à celui des boites à œufs. La taille du trou du couvercle sera la même qu’aujourd'hui, c’est-à-dire plus petite que l’ancienne. Pour le gobelet lui-même, nous travaillons à la réduction de son empreinte environnementale. Je rappelle aussi que nous travaillons parallèlement à la réduction des déchets abandonnés sur la voie publique et dans la nature, car c’est bien là l’origine du problème. À ce sujet, vous pouvez lire le billet consacré à la signature de chartes locales sur le programme emballages abandonnés.
http://www.mcdonalds-environnement.fr/archive/2011/05/27/programme-emballages-abandonnes-la-45eme-charte-locale-est-s.html

Écrit par : Delphine Smagghe | 22/07/2011

Les commentaires sont fermés.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus et gérer ces paramètres > Fermeture