« Précédent | Page d'accueil | Suivant »

Des livraisons la nuit et en silence

Posté par Delphine SMAGGHE, le 21/09/2010
Catégorie : Autre , Climat , Stratégie environnementale
Tags : camion, livraison, nuisance, silencieux, bruit

Des livraisons la nuit et en silence

Comme j’ai eu l’occasion de le souligner à plusieurs reprises dans les articles abordant la question des emballages abandonnés dans la nature, la réduction des nuisances locales est l’un des axes prioritaires de la stratégie environnementale de McDonald’s France. C’est dans ce cadre que nous menons aujourd’hui des tests pour optimiser les livraisons de nos restaurants en centre-ville.

Depuis plusieurs années déjà, avec notre logisticien LR Services, nous veillons à réduire l’impact environnemental lié aux livraisons [1]. Notre nouvel axe de travail concerne le développement des livraisons de nuit. L’intérêt des livraisons nocturnes est double : d’une part, le trafic étant plus fluide, le temps de livraison et donc les émissions de gaz à effet de serre des camions sont réduites d’autant ; d’autre part, l’usage de l’espace public est optimisé, ce qui n’est pas négligeable, surtout au centre des grandes villes. Avant tout, il faut impérativement s’assurer du faible impact sonore de ces livraisons pour les voisins. C’est pourquoi, nous expérimentons aujourd’hui des camions plus silencieux.

Des solutions existent pour réduire le niveau sonore des livraisons.

7_Camion_Piek_ Basse-déf.jpg

Nous avons mis en test un camion à la norme PIEK [2] depuis le début de l’année, dans le cadre d’un projet-pilote avec la Région Ile-de-France. Dans ce camion, tout a été repensé pour faire la chasse au bruit : une porte électrique (et non manuelle), un hayon électrique silencieux avec un revêtement souple, un plancher et des parois recouverts de revêtements spéciaux et un groupe frigorifique insonorisé. On peut également citer l’arrêt automatique de l’autoradio lorsque le conducteur ouvre la porte de sa cabine. Une nouvelle génération de transpalettes « silencieux » a été utilisée. Les livreurs sont aussi formés pour les inciter à rendre la livraison la plus silencieuse possible (bruit des voix, etc.).

Trois restaurants dans Paris ont notamment été pilotes pour cette expérimentation : une livraison nocturne en semi-remorque Piek à la place de deux livraisons quotidiennes avec un plus petit camion. Les résultats sont si encourageants que deux restaurants ont décidé de pérenniser la démarche. Les arguments retenus sont :

- L’optimisation de l’activité transport : livraison à l’heure garantie (ce qui est quasi-impossible en ville en journée !), rangement optimisé en l’absence ou la faible affluence de clients dans le restaurant, etc.

- L’impact environnemental réduit : les mesures indiquent une réduction drastique du nombre de kilomètres parcourus (1 livraison au lieu de 2), une diminution des temps d’attente des camions, une réduction des temps de congestion, etc. Et donc, une réduction des émissions de gaz à effet de serre !

L’idée aujourd’hui, et c’est là la force de notre réseau de franchisés, est de faire connaître cette démarche à l’ensemble des restaurants de centre-ville en vue d’un déploiement progressif. En tenant évidemment compte des spécificités de chaque restaurant et des personnes concernées afin d’assurer une bonne acception et un bon aménagement du travail de nuit tout en préservant la quiétude des riverains.

1. En ce qui concerne la chaîne logistique : 7 plateformes maillent le territoire français afin d'être au plus près des restaurants ; LR Services a installé la première plate-forme logistique HQE à Beauvais. Du côté des camions : ces derniers sont multi-températures afin de livrer en une seule fois les produits frais, surgelés et secs ; lors du renouvellement de la flotte, nous optons pour des camions à motorisation Euro 5; 90% de la flotte LR Services roulent au Biodiesel 30 % (l’association innovante de ces deux technologies permet une réduction de 25 % des gaz à effet de serre émis).

2. Du nom de l'organisme hollandais délivrant un label mis en place suite à l'adoption d'une loi sur le niveau sonore des véhicules dans les quartiers résidentiels aux Pays-Bas. Ce label « PIEK » certifie une mesure de bruit inférieur à 60dB (niveau sonore d’une conversation) lors des phases de stationnement du véhicule (mesure prise à 7,5m du véhicule). 

 

Commentaires (9) | Ajouter un commentaire |

Commentaires

"Les livreurs sont aussi formés pour les inciter à rendre la livraison la plus silencieuse possible (bruit des voix, etc.)".

Pourquoi ne pas proposer ces postes à des personnes muettes et transformer leur handicap en atout ? Je sais que ça peut paraitre étonnant comme idée mais ça favorise l'insertion sociale : si une personne est au chômage en raison de son handicap, ce serait une victoire sur la fatalité que de trouver un emploi grâce à son handicap.

Je ne connais pas de muets, mais je pense en me mettant à leur place que (dans le cas où la personne n'a pas de qualification) si l'on m'offrait cet emploi, je verrais ça comme une revanche sur la vie... mais peut-être que je me trompe ?

Écrit par : mickaël | 23/09/2010

Répondre à ce commentaire

Bonjour Mickaël,

Pour moi les sources principales des nuisances sonores liées à l'activité des restaurants sont de 2 types : nuisances sonores au cours des livraisons et dans ce cas particulier, c'est bien le bruit des moteurs et groupes frigorifiques des camions qui sont en cause. C'est pourquoi nous travaillons avec notre prestataire logistique sur le materiel utilisé et les bonnes pratiques en cours de livraison qui permettent de réduire le bruit.

Pour moi le bruit généré par les voix des chauffeurs n'est pas en cause.

La 2ème source de bruit est le bruit généré au niveau des cuisines pendant les heures de pointes (activité accrue qui peut générer du bruit pour nos salariés). Nous avons mis en place toutes une série de mesurs qui nous a permis de réduire les activités sonores en cuisine : modification des procédures opérationnelles en cuisine, modifications des sonneries sur les équipements et mise en place d'un faux plafond avec correction acoustique. Résultat : diminution de près de 10% du bruit en cuisine. La différence est vraiment perceptible et une véritable amélioration des conditions de travail des équipiers a pu être constatée.

Écrit par : Delphine Smagghe | 15/10/2010

merci pour l'article, j'ai été très intéressé

Écrit par : Arthur | 04/10/2010

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

J'ai relayé votre article sur le site www.blog-durable.net, qui traite de logistique durable.

Cette expérience est très intéressante et montre une application concrète de la logistique urbaine.

Nota : j'ai réutilisé votre illustration. Je n'ai pas trouvé de crédit à mentionner. Indiquez moi la procédure à suivre.

Écrit par : Christophe | 04/10/2010

Répondre à ce commentaire

Dans le cadre d’une étude sur l’entreprise citoyenne,j’ai souhaité m’interesser au cas de votre entreprise.
C’est pourquoi je souhaitais vous poser quelques questions,vos réponses me seraient extrêmement utiles.
Si vous pourriez me consacrer quelques minutes de votre temps afin de mener à bien mon projet je vous serais extrêmement reconnaissante.
=>
Pourquoi vous être tourné vers l’environnement ?
Quelle part de votre budget consacrez vous à ça?
Comment avez vous communiqué sur ces actions ?
Quelles ont été les retombées ?
Avez vous observez un changement de comportement de vos clients ?

Écrit par : johanna moreau | 23/11/2010

Répondre à ce commentaire

Bonjour,


voici quelques éléments de réponse à vos questions. N'hésitez pas à les compléter en naviguant sur le blog ou en lisant l'interview publiée l'année dernière sur l'EcoBlog (http://blog.imprimerie-villiere.com/2010/06/mc-donalds-environnement-delphine-smagghe/). J'espère que tout cela vous sera utile.


=> Pourquoi vous être tourné vers l’environnement ?

Chez McDonald's France, l'environnement fait l'objet d'une attention particulière depuis plus de quinze ans, bien au-delà de nos obligations réglementaires.

Intégrer les questions d’environnement devrait être naturel pour tout acteur de la société, qu’il soit entreprise, service de l’Etat, collectivité, association ou citoyen… La responsabilité d’une entreprise
comme McDonald's est encore plus grande, du fait de l'influence de sa taille : sur ses clients (1,7 million de repas servis par jour), sur le monde agricole, sur ses 181 fournisseurs, sur ses 58 000 salariés et sur
les 882 communes dans lesquelles ses restaurants sont implantés…

Année après année, nous avons conçu, mis en œuvre et déployé au sein de notre réseau une stratégie environnementale qui se veut globale, cohérente
et ne laissant aucun sujet de côté. Nous avons ainsi structuré nos actions en trois grands plans stratégiques auxquels vient s’ajouter un certain nombre d’actions transversales.

McDonald’s France agit ainsi sur l’ensemble de ses périmètres de responsabilité : depuis les pratiques agricoles les plus en amont jusqu’à la fin de vie des déchets en aval de ses activités, en passant par tous les maillons intermédiaires : eau, énergie, bâtiments, transport et logistique, gestion des restaurants…

Dans notre stratégie, si la priorité est actuellement donnée à la réduction des émissions de gaz à effet de serre (-20% par repas servi entre 2005 et 2010 sur le périmètre restaurant, des objectifs de - 60% d'ici 2020 sur ce même périmètre restaurant et de - 20% sur le périmètre global incluant les pratiques agricoles), nous maintenons nos efforts sur les questions de préservation des ressources naturelles (matériaux, eau…) et d’intégration des restaurants dans leur environnement proche (intégration visuelle, traitement des odeurs…). Nous avons ainsi choisi de
structurer notre stratégie selon 3 plans :

- un plan agro-écologique (réduction des émissions de GES, préservation des ressources en eau, développement de la biodiversité),
- un plan énergie (réduction des consommations énergétiques en restaurant, efficacité énergétique et production d’énergie en restaurant, couverture de
100% des consommations électriques par de l’électricité d’origine renouvelable – via l’achat de
certificats verts),
- un plan déchets (optimisation à la source des emballages, programme spécifique de gestion des emballages abandonnés, valorisation des déchets).

=> Quelle part de votre budget consacrez-vous à ça?

Pour atteindre nos objectifs, des investissements sont faits par de nombreux départements du siège de McDonald’s France ainsi que par l’ensemble des franchisés. Ces investissements se comptent à la fois en équipements techniques (480 pompes à chaleur installées et 780 en cours d’installation, plus de 400 urinoirs sans eau, cuves de récupération de nos huiles usagées qui sont ensuite transformées en biodiesel… etc.), en « temps homme » (en plus de nos collaborateurs présents sur le sujet, nous sommes accompagnés dans nos démarches par l’agence-conseil Synergence) ou encore en développement informatique (par exemple pour le logiciel EcoProgress®) avec des retours sur investissement à courts, moyens et longs
termes. Donc pour être honnête, je serais incapable de donner le budget global investi par McDonald’s et ses franchisés sur les projets environnementaux… Et donner le budget du seul département Environnement
n’est, à mon sens, pas du tout représentatif.

=> Comment avez-vous communiqué sur ces actions?

Cela fait plus de 15 ans que McDonald's France agit pour l'environnement. Toutefois, nous n’avons commencé à communiquer sur nos avancées qu’il y a
3-4 ans. D’abord parce que ces années d’efforts et d’expériences nous ont conduit à des résultats concrets ce qui nous permet aujourd’hui d’en parler avec justesse. Ensuite parce que, pour continuer à progresser, nous avons besoin de construire des partenariats solides basés sur une grande transparence, que ce soit avec nos équipiers, nos fournisseurs, les associations, les collectivités et bien sûr nos clients.

Notre communication environnementale est donc adaptée à chacun de ces publics. En interne, tout d’abord, nous avons conçu notre véritable système
de management environnemental : EcoProgress (pour plus d’infos > http://www.mcdonalds-environnement.fr/archive/2009/01/26/une-agence-internationale-pour-les-energies-renouvelables.html#c2833).


Depuis 4 ans maintenant, nous publions L’Eco-Journal, notre rapport environnemental (http://www.mcdonalds.fr/#/environment-expert/section-ecojournal/), destiné à un public large, plutôt d’experts. Nous avons aussi distribué en restaurant un document grand public qui présente
l’ensemble de nos actions environnementales, qui est aujourd’hui disponible en ligne (http://www.mcdonalds.fr/#/environment-public/). Nous avons aussi choisi de dialoguer avec les internautes à travers ce blog ou ponctuellement au cours de tchat.

Nous menons aussi des communications plus ciblées en fonction des actions sur lesquelles nous souhaitons insister et progresser. A l’occasion de la conférence des Nations unies sur les changements climatiques de Copenhague, nous avons publié dans la presse une tribune présentant les avancées de McDonald’s France en matière de réduction des émissions de gaz à effet de
serre et invitant toutes les entreprises à se mobiliser sur ce sujet. Autre exemple dont j’ai parlé il y a peu sur mon blog, nous avons installé dans quelques restaurants-tests des urnes de collecte des jouets et des piles usagées. Cette initiative nous a permis de recycler le plastique et les piles de jouets des Happy Meal tout en rassurant nos clients sur notre
prise de responsabilité. Ce principe de communication qui conduit à un engagement de nos clients, nous l’avons décliné à d’autres sujets : distributeurs de serviettes, croisillon pour réduire les emballages,
urinoirs sans eau, affichage du parcours réalisé par les équipiers pour le ramassage des emballages abandonnés autour des restaurants, etc.

=> Quelles ont été les retombées ?

Nous envisageons la communication comme un moyen indispensable à la fois pour être transparent sur notre prise en compte de notre responsabilité ainsi que pour progresser davantage sur les questions environnementales avec l’ensemble de nos partenaires. Je pense pouvoir dire aujourd’hui que nous avons récolté des résultats tangibles pour ces deux objectifs. Nous souhaitons donc continuer dans cette voie et c’est aussi dans ce but que le blog a été créé.

=> Avez-vous observé un changement de comportement de vos clients ?

Le blog est l’occasion pour beaucoup de nos clients de nous interroger sur nos actions en matière d’environnement, de nous challenger sur certains
sujets (tel que le tri des déchets) et de nous faire part de leurs propositions. Les commentaires laissés sur le blog nous montrent régulièrement que les internautes découvrent toutes les actions que nous menons et toutes les problématiques auxquelles nous sommes confrontés et qu’ils comprennent la place qu’ils ont à jouer dans cette progression. De manière globale, je ne sais pas si les comportements des clients changent, en tous cas je l'espère. Mais sur des sujets plus spécifiques, tels que celui des emballages abandonnés sur la voie publique, les actions de sensibilisation et
d’adaptation des emballages et des poubelles que nous menons en partenariat avec plusieurs communes sont très prometteuses et semblent indiquer une réduction des incivilités.

Écrit par : Delphine Smagghe | 04/01/2011

C'est une belle initiative. A ma connaissance seul McDo se préoccupe à ce point des nuisances sonores. Merci.

Écrit par : 83 | 24/09/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Je suis particulièrement heureuse d'être tombé sur ce site. Il y a peut être encore de l'espoir pour je puisse profiter en toute quiétude de mon appartement et de ma terrasse.
Je ne me suis pas vraiment rendu compte des efforts fournis pa Mac DO pour atténuer le bruit généré par les camions, car pour mon cas, les liraisons durent entre 2 heures et 3 heures, juste en dessous de ma terrasse, 3 à 4 fois par semaine, y compris le samedi matin à partir de 6h, moteur en route sans discontinuer.
Les transpalettes sont loin d'être silencieux et notamment quand ils entrent dans le dépôt situé en dessous de mon appartement, plus précisément sous ma chambre. Cette nuit j'ai fini par trouver le sommeil à 1h30, avec pour bruit de fond sonore, le moteur de la chambre froide ou d'une machine à laver, impossible pour moi d'en déterminer l'origine. Si ce n'est que cet entrepôt est brut de décoffrage et ne comporte aucune insonorisation.
J'ai acheté mon appartement il y a un an environ, et j'habite sur place depuis 3 semaines.
J'ai fait part de mes doléances à la Directrice téléphoniquement, et j'ai demandé ce jour à la renconter, pour dresser la liste des nuisances que me cause l'exploitation du restaurant, et pour trouver une solution dans le respect de chacun.
J'attends son appel.
Le Restaurant en question est le Mac Do de Carrefour TNL à NICE.

Écrit par : veronique | 17/04/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour Véronique,

Pour faire suite à votre demande bien légitime, nous nous sommes mis en relation avec notre prestataire logistique afin de mettre en place une solution à ce problème de bruit. Les propositions suivantes en sont ressorties :
- Le restaurant de Nice TNL bénéficiera à compter du 13 mai de l'application d'un nouveau plan de transport, avec des horaires de livraison en matinée : lundi – 9H45, mardi – 9H00, jeudi – 9H00 et vendredi – 9H00.
- Notre prestataire sur Nice a parallèlement été sensibilisé sur le niveau de bruit produit en livraison.

J'espère que ces dispositions vous donneront satisfaction,

Cordialement,

Delphine Smagghe

Écrit par : Delphine Smagghe | 30/04/2013

Les commentaires sont fermés.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus et gérer ces paramètres > Fermeture