« 2010-07 | Page d'accueil | 2010-09 »

Vos avis m'intéressent... vos propositions aussi !

Posté par Delphine SMAGGHE, le 30/08/2010
Catégorie : Déchets , Emballages
Tags : plan, emballages, abandonnés, déchets

Suite aux nombreux commentaires parus pendant les vacances sur mon post : Vos avis m’intéressent ! qui traitait du thème des emballages abandonnés, j’ai préféré rédiger un article (plutôt que des réponses commentaire par commentaire) afin que tous les internautes puissent réagir (vous pouvez lire les commentaires des internautes en suivant ce lien).  

Voici quelques unes des propositions des internautes :

Une application i-phone ? C’est une très bonne idée... qui est en cours d'étude...  Je vous tiens au courant dès que j’en sais plus.

Une campagne de sensibilisation ? Vous avez raison. Au-delà des solutions techniques, nous avons conscience qu’il est indispensable de sensibiliser les clients. Un message a été développé sur les emballages eux-mêmes (sacs pour la vente à emporter) et une grande affiche de sensibilisation a été créée pour être placée à la sortie de nos parkings... Lorsque ces éléments de communication/sensibilisation sont mis en place en parallèle des solutions « plus techniques » que nous avons développées suite à notre concertation  (voici le lien du Programme Emballages abandonnés), les résultats sont très satisfaisants. Même s'il est compliqué d'estimer précisément l'efficacité du programme (comptabilisation des emballages retrouvés dans la rue, étude sur l'évolution des comportements des clients, etc.), la perception de nos clients et des collectivités locales est positive.

Il reste à déployer ce programme dans toutes les villes où nous sommes présents... Petit à petit, les partenariats se créent. A ce jour, 360 communes se sont engagées à nos côtés dans la lutte contre les emballages abandonnés... Il reste encore beaucoup à faire. Capitalisons sur ce bon démarrage!

D'autre part, un des commentaires mentionne l'aspect financier comme contrainte pour les consommateurs. Je ne sais pas de quel aspect il est question dans ce commentaire. Une amende pour les personnes qui abandonnent leurs déchets dans la nature ? Une consigne pour rapporter les emballages vides en restaurant ? Concernant la sanction financière en cas d'abandon sauvage de déchets, une contravention allant de 22 à 150 € est déjà prévue par la loi, mais cette réglementation reste difficilement applicable (et est très peu appliquée en France). Il est toutefois utile de rappeler que cette loi existe ! Du côté de la consigne, ce sujet est souvent abordé sur ce blog (cf le commentaire sur les couverts sur le même lien). La consigne a été évoquée lors de la concertation (ainsi que les sacs réutilisables…). Cette option n'a pas été retenue car la consigne peut fonctionner mais uniquement sur des emballages qui restent en bon état, qui ont une certaine valeur  et qui sont potentiellement réutilisables. Nos emballages, légers et faits à partir de papier, se salissent, prennent l'eau, s'arrachent... Difficile donc de retourner ce type d'emballage en restaurant...

Merci pour ces commentaires intéressants qui permettent, d'une part, d'aborder de manière transparente les points de difficultés que nous rencontrons aujourd'hui face à cette question des emballages abandonnés, mais surtout d'explorer de nouvelles pistes de solutions !

Commentaires (10) | Ajouter un commentaire |

La rentrée !

Posté par Delphine SMAGGHE, le 25/08/2010
Catégorie : Autre
Tags : conceration, économie, comportement, environnement, citoyens

Je rentre tout juste de congés et suis très heureuse de voir les nombreuses contributions parues suite à mes derniers posts.

Avant de bien finaliser toutes mes réponses, je voulais rebondir sur un des commentaires parus en faisant un lien avec un article que j'ai lu pendant mes vacances.

Il s'agit d'un article intitulé "Comment fabriquer des cerveaux verts ?" paru dans le hors-série "Les pensées vertes. L'écologie décryptée" de la revue Sciences Humaines. Cet article fait référence à des travaux menés en économie comportementale, matière qui "vise à à mieux comprendre nos processus d'analyse et de décision dans des situations de choix, principalement économiques".

Ces travaux ont vu naitre la notion de "coup de pouce". L'idée est d'inciter les gens à prendre une certaine décision - dans l'exemple qui nous intéresse ici cela peut concerner le choix de l'option ayant le moins d’impact sur l'environnement - tout en leur laissant le choix de dire non. L'illustration donnée de ce "coup de pouce" est celle de la programmation automatique d'une imprimante en mode recto/verso, avec la possibilité d'imprimer en verso après avoir appuyé sur un bouton supplémentaire. Il y a les sympathisants de cette politique. Et il y a ceux qui la jugent trop "paternaliste" et "infantilisante" pour le citoyen.

Pour l'heure, ce champ d'étude reste trop récent et le sujet - les comportements des citoyens - trop vaste, à mon sens, pour un positionnement. En tous cas, ce qu'il ressort de cet article (et des travaux du CRED - Centre de recherche sur les décisions environnementales de l'Université de Columbia - USA) est que l'encouragement aux discussions et aux délibérations collectives est conseillé pour sensibiliser un auditoire. C'est ce que nous cherchons à mettre en place à travers les concertations (déchets abandonnés dans la nature, nouveaux cahiers des charges agricoles). Et, en effet, les résultats sont très encourageants.

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire |

Le mix énergétique : la clé pour des énergies renouvelables compétitives

Posté par Delphine SMAGGHE, le 02/08/2010
Catégorie : Energie
Tags : énergie, éolien, grenelle, certificats verts

Eolienne.jpg

Suite au vote de la loi Grenelle 2, je souhaitais m’arrêter deux minutes sur les énergies renouvelables, et plus particulièrement sur l'éolien qui a fait l'objet de nombreuses discussions tout au long de la rédaction de cette loi.

Un objectif a été fixé : 500 mâts à installer chaque année et ce, malgré l'adoption de dispositions contraignantes (classement en Installations Classées pour l’Environnement (ICPE), 5 mâts minimum pour une installation, éloignement à 500 m des habitations). Cet objectif de 500 mâts devrait permettre de renforcer la production d'electricité "verte" et par conséquence l'offre actuelle en certificats verts.

Nous sommes particulièrement attentifs à ce sujet puisque, depuis le 1er janvier 2010, nous avons  choisi de couvrir 100 % de la consommation électrique des restaurants via les certificats verts. Nous avons privilégié un groupement de producteurs offrant un mix énergétique équilibré et faisant appel à différentes ressources (hydroélectricité, biomasse, solaire photovoltaïque, éolien et biogaz). Car pour être "compétitives" par rapport aux ressources non renouvelables, les sources d’origines renouvelables doivent miser sur la complémentarité. Et comme aucune source d’énergie (même renouvelable !) n’est "zéro défaut", se priver d’une d'entre elles (cf les attaques virulentes contre l’éolien) serait contre-productif pour toute la filière énergétique.

Commentaires (9) | Ajouter un commentaire |