« Précédent | Page d'accueil | Suivant »

La rentrée !

Posté par Delphine SMAGGHE, le 25/08/2010
Catégorie : Autre
Tags : conceration, économie, comportement, environnement, citoyens

Je rentre tout juste de congés et suis très heureuse de voir les nombreuses contributions parues suite à mes derniers posts.

Avant de bien finaliser toutes mes réponses, je voulais rebondir sur un des commentaires parus en faisant un lien avec un article que j'ai lu pendant mes vacances.

Il s'agit d'un article intitulé "Comment fabriquer des cerveaux verts ?" paru dans le hors-série "Les pensées vertes. L'écologie décryptée" de la revue Sciences Humaines. Cet article fait référence à des travaux menés en économie comportementale, matière qui "vise à à mieux comprendre nos processus d'analyse et de décision dans des situations de choix, principalement économiques".

Ces travaux ont vu naitre la notion de "coup de pouce". L'idée est d'inciter les gens à prendre une certaine décision - dans l'exemple qui nous intéresse ici cela peut concerner le choix de l'option ayant le moins d’impact sur l'environnement - tout en leur laissant le choix de dire non. L'illustration donnée de ce "coup de pouce" est celle de la programmation automatique d'une imprimante en mode recto/verso, avec la possibilité d'imprimer en verso après avoir appuyé sur un bouton supplémentaire. Il y a les sympathisants de cette politique. Et il y a ceux qui la jugent trop "paternaliste" et "infantilisante" pour le citoyen.

Pour l'heure, ce champ d'étude reste trop récent et le sujet - les comportements des citoyens - trop vaste, à mon sens, pour un positionnement. En tous cas, ce qu'il ressort de cet article (et des travaux du CRED - Centre de recherche sur les décisions environnementales de l'Université de Columbia - USA) est que l'encouragement aux discussions et aux délibérations collectives est conseillé pour sensibiliser un auditoire. C'est ce que nous cherchons à mettre en place à travers les concertations (déchets abandonnés dans la nature, nouveaux cahiers des charges agricoles). Et, en effet, les résultats sont très encourageants.

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire |

Commentaires

Bonsoir Delphine,
Juste pour avoir brièvement parcouru votre "Edito" sur la rentré, sachez que vous pourrez trouver un début de solution dans mon commentaire du mois de Juin concernant l'appel à projet (commentaire numéro 5).
Je suis navré d'avoir omis quelques prépositions.

Cependant et compte-tenu des sujets que vous abordez dans diverses rubriques, notamment concernant le Grenelle II de l'environement , je souhaiterais connaitre votre avis sur l'efficacité réelle des ces dispositions au niveau Français.
Je vous pose simplement cette question car vous appartenez à une multinationale américaine à laquelle je vais prochainement présenter un projet relatif, justement à l'environnement, et dont les dirigeants vont s'attarder au retour sur investissement au niveau mondial.
En conséquence, Mme Smagghe, quelle politique marketing adopteriez-vous pour être certaine que vos idées soient acceptées au niveau international et non pas simplement au niveau Français ?

Écrit par : Thierry | 29/08/2010

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

c'est en effet à votre commentaire que je fais allusion en début de mon article.

Il m'est difficile de répondre à votre question, n'ayant aucune information sur le dispositif que vous comptez présenter. J'ai toutefois répondu il y a peu à une question concernant l'engagement environnemental de McDonald's dans les différents pays où nous sommes implantés (cf > http://www.mcdonalds-environnement.fr/archive/2010/06/29/vos-avis-m-interessent.html#c5537). Vous y trouverez quelques éléments de réponse.

McDonald's est une réseau d'entreprises locales dont l'organisation est commune mais qui restent libres de s'adapter aux pays dans lesquels elles sont implantées. Derrière l'enseigne McDonald's en France, il y a 286 franchisés (locataires-gérants pour être précise) qui gèrent leurs restaurants en tant que patrons de PME. La durée de contrat avec nos franchisés est de 20 ans (un des contrat le plus long des sytèmes de franchise existants). Notre enseigne, dans sa relation avec les franchises, est organisée pour favoriser le dialogue, la transparence et la prise de décisions communes, tout en préservant les rôles et les responsabilités de chacun. C'est en partie ce qui explique la très bonne dynamique de notre politique environnementale, l'implication des restaurants et les progrès réalisés. D'autre part, les politiques environnementales constituent un très bon exemple d'adapation au contexte local. En effet, les contextes réglementaires, la sensibilité du grand public et des institutions ainsi que les avancées en matière d'environnement ne sont pas les mêmes entre les différents pays du monde. Les pratiques mises en oeuvre sont donc différentes d'un pays à un autre mais les partages d'expériences et les échanges des bonnes pratiques entre pays nous permettent de progresser. Et pour répondre précisemment à votre dernière question " quelle politique marketing adopteriez-vous pour être certaine que vos idées soient acceptées au niveau international et non pas simplement au niveau Français ?" : l'adoption d'une idée, d'un produit, d'un équipement ou d'une méthode par d'autres pays est, pour nous, davantage une question d'efficacité qu'une question de politique marketing.

A bientot

Écrit par : Delphine Smagghe | 28/09/2010

Bonjour,
J’ai une idée simple et pratique que je souhaiterais soumettre à la chaine MacDonald's qui aura pour objectif la protection de l’environnement, réduction des coûts et satisfaction clients.
J’ai constaté que selon le pays ou la ville ou juste la rue ou le Macdo se situe, la politique de distribution des sauces (ketchup- mayo ou autres) est différentes. Certains ne résignent pas sur les quantités et vous donne des tonnes de sauce, d’autre sont un peu plus économes ou radins, selon l’appréciation de tout un chacun, et vous donnent une sauce de chaque par menu et à la demande d’autre vont un peu plus loin et vous font payer quelques centimes pour les sauces ou supplément.
Du coté des consommateurs qu’est ce qui se passe ? Certains consomment toutes les sauces récupérées et sans modération aucune, d’autres se suffisent d’un sachet et mettent quelques sachets dans leurs poches ou sacs (ex : étudiants) mais la grande majorité se retrouvent avec trop de sauce et après avoir fini leurs plateau ils jettent ça à la poubelle même si certains soucieux se posent la question dois je les jeter ou non ?et au mieux les laissent sur la table.
La proposition est simple, elle consiste à mettre des bocaux en verre transparent contenant les différentes sauce sur toutes les tables ainsi les consommateurs se serviront selon leurs besoins et se verront réduire automatiquement des gestes de gaspillage (surconsommation par craintes d’insuffisance et sachets sauce non consommés jetés à la poubelle)
Cette pratique sera accompagnée ou inclut dans les compagnes de pub télé MacDonald's qui aborderont à la fin de chaque spot le geste environnement de MacDonald's en direction des consommateurs.

En espérant que l’idée soit bénéfique et rentable je vous souhaite une bonne continuation.

Écrit par : souad | 30/08/2010

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Nous avons testé plusieurs scénarios pour conditionner les sauces que nous donnons aux clients : le libre-service des consommables en salle et la distribution par les équipiers. Après une évaluation, à la fois des quantités consommées, des opérations de nettoyage et de la perception des clients, nous sommes arrivés à la conclusion qu'il était plus pertinent de laisser les équipiers faire la distribution au niveau du comptoir. Nous conseillons aujourd'hui ce mode de distribution à l'ensemble des restaurants.

L'utilisation de dosettes demande une sensibilisation des équipes afin de donner la bonne quantité de dosettes. C'est ce que nous faisons grâce à EcoProgress. L'objectif est de donner juste ce qu'il faut comme dosettes pour satisfaire la demande des clients.

D'autres produits, aux volumes plus importants, ont fait l'objet d'innovations particulières pour permettre un conditionnement en vrac et ainsi réduire les pertes et les emballages utilisés pour leur conditionnement : il s'agit par exemple du ketchup utilisé en cuisine pour la confection de nos sandwichs (conditionné dans de grandes poches) ou encore notre sirop de coca qui est livré en restaurant grâce à des petites citernes en inox réutilisables.

Écrit par : Delphine Smagghe | 28/09/2010

Les commentaires sont fermés.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus et gérer ces paramètres > Fermeture