« Précédent | Page d'accueil | Suivant »

Labels environnement où en est-on ?

Posté par Delphine SMAGGHE, le 22/04/2010
Catégorie : Communication
Tags : qualité, certification, marque

EcoJournal 2008.jpgJe viens de lire le dossier "dans la jungle des labels" du dernier Terra-éco, il décrit bien la situation à laquelle nous sommes tous confrontés pour choisir aujourd'hui un produit plutôt qu'un autre. Dans une liste non-exhaustive, Terra-eco dénombre pas moins d'une dizaine de labels rien que pour les produits alimentaires ; il en existe aussi dans le domaine de la mode, du papier ou encore de la construction, soit pas moins d'une quarantaine de sigle a total. Derrière chaque label, des informations et critères différents pris en compte. Il est ainsi bien souvent difficile de les connaître tous et d'en apprécier vraiment la signification.

Que cherchent - ils à mettre en avant : la qualité, le respect de l'environnement , le commerce équitable, les 3 (...) ? S'agit-il d'une initiative privée ou publique? S'agit-il d'une autodéclaration, d'une obligation réglementaire ou du gage de l'application d'un cahier des charges ? Comment l'information est vérifiée ou certifiée ? l'article donne une description claire et interessante des differents labels .

Quid chez McDonald's ?

Pour certains achats, nous nous appuyons sur des labels après des études nous permettant de juger de la pertinences des démarches et initiatives. Nous choisissons ainsi des produits alliant des exigences de qualité et de respect de l'environnement, ou dans certains cas de conditions sociales . Je pense notamment à notre café Rainforest Alliance, au bois de contruction FSC ou PEFC, à nos imprimeurs Imprim'Vert, à nos approvisionnements en poissons MSC, et plus recemment le label AB pour notre yaourt a boire et notre jus de pomme. D'autres encore sont en projet comme l'obtention de la certification HQE sur certains de nos restaurants. Les labels et les engagements qu'ils impliquent représentent ici des garanties pour nous comme pour le consommateur.

Mais il ne faut pas non plus perdre de vue que le label n'est pas tout, et que l'absence de labellisation ne signifie pas absence de règles ou de cahier des charges. Par exemple, chez McDonald's nous ne disposons pas d'une certification à proprement parlé pour nos produits agricoles, il n'en demeure pas moins que nos matières premières sont rigoureusement sélectionnées pour répondre à des exigences de traçabilité, de qualité, de maîtrise de la sécurité sanitaire, de respect de l'environnement, de bien-être animal, d'écoute des attentes du consommateur. Pour cela, nous avons mis en place un référentiel de bonnes pratiques de culture et d'élevage, que nous appelons le socle commun de qualité agricole, sur chacune de nos principales filières d'approvisionnements : blé, pomme de terre, salade, tomate, pomme, poulet, boeuf et porc.

On le voit bien les labels offrent des garanties intéressantes pour se repérer et choisir les bons produits à condition de bien s'y connaître. Et vous, choisissez-vous vos produits en fonction des labels ? Pensez-vous qu'il s'agit d'une véritable marque de confiance ?

Commentaires (9) | Ajouter un commentaire |

Commentaires

J'admire l'esprit critique dont vous faites preuve.
Les certifications sont des gages de qualités qui se basent sur certains critères, et ne sont jamais vraiment la juste représentation de la qualité environnementale d'un produit.

Le goût d'un ingrédient, par exemple, ne rentre bien souvent pas dans les critères certificateurs. Privilégier certains produits pour leur qualité gustative est non seulement pertinent au niveau du service de restauration, mais également dans une perspective de développement durable, car c'est ce pourquoi l'on a envie d'un plat ou menu. Sacrifier la qualité à l'environnement revient à diminuer le nombre de personnes impactées par la cuisine, et donc par les qualités environnementales intrinsèques à une certaine partie de ses composants.

Une autre solution, consiste également à rajouter des arômes et exhausteurs de goût, ainsi que d'autres produits annexes permettent de faire la transition en douceur entre des produits non certifiés et certifiés, en laissant l'uniformité gustative générale égale à elle même.

Continuez ainsi, il faut faire des compromis pour avancer et ne pas s'affamer comme dans les pays en voie de développement.

Écrit par : Thibaut | 23/04/2010

Répondre à ce commentaire

Tout d'abord merci de nous offrir cet espace d'expression, nous aimerions, nous consommateurs, nous exprimer plus souvent de la sorte sur tous ces sujets qui nous passionnent.

Je suis fidèlement attaché aux valeurs politiques (au sens noble, « la vie de la cité ») que vous défendez : la lutte pour un monde plus labélisé et plus juste.

Il apparaît d'ailleurs que cela correspond à quelque-chose que le marché semble prêt à absorber puisque, pour rebondir sur le sujet des exhausteurs de goût, les laboratoires de Kraft foods seraient en pleine recherche sur de nouveaux produits tels qu'un arôme « goût biologique ».

Cela prouve, s'il était besoin, que nous pouvons tous, consommateurs, à notre échelle participer à la lutte contre le réchauffement climatique sans y sacrifier nos burgers.

Je rêve déjà du jour ou je pourrais passer au drive de n'importe quel mcdo prendre un burger labélisé en étant sûr d'y retrouver, quel que soit le lieu LE goût unique « mcdo-vert ».

Il est rassurant de voir que McDonalds est CONTRE le réchauffement climatique sans perdre ses valeurs (la vie simple, le choix, le même goût quel que soit l'endroit, la liberté en somme) dans ces préocupations.

Bra-vo .

Écrit par : Jocelyn | 24/04/2010

Répondre à ce commentaire

J'ai également entendu parler de ces arômes au goût "bio". Ca a tout l'air d'une solution d'avenir ! Je ne connais pas l'entreprise dont vous parlez (kraft foods), mais je sais que dans le doubs de nombreux producteurs de bio (labélisés) se sont mis à faire de l'extraction d'arômes et d'exhausteurs de goût au goût bio, notamment les producteurs qui n'ont pas de surfaces d'entrepôts suffisantes pour stocker leurs marchandises (les entrepôts sont durs à implanter là-bas à cause des nombreux mouvements de terrain).
Pouvez-vous me donner davantage d'informations sur "kraft foods", est-ce une bio-start-up comme on en trouve en suisse ?

Écrit par : Thibaut | 25/04/2010

Répondre à ce commentaire

Très pertinent ! L'émergence de bio-start-ups, outre le fait qu'elles permettent aux fonds de pension de retrouver des projets à financer en sortie de crise, sont une aubaine inespérée pour les producteurs bio. Ils vont pouvoir enfin sortir du moyen-âgisme du cultivateur « local » pour s'industrialiser par la production d'additifs alimentaires tout en restant bios et labélisés.
Il est nécessaire de garantir l'accès au progrès à chacun, même aux cultivateurs bios !

Toutes sortes de produits sont envisageables : exhausteurs de goûts équitables, agents de textures bio, colorants éco-compatibles, conservateurs responsables et durables... De l'innovation, du progrès et des brevets comme s'il en pleuvait !

Écrit par : Jocelyn | 27/04/2010

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
j’ai lu attentivement vos différents échanges concernant le goût des produits bio. C’est un sujet très intéressant qui a commencé à émerger il y a peu et nous suivons les travaux et les expérimentations qui ont lieu dans ce domaine.
A ma connaissance, il n’existe pas à ce jour de solutions industrielles disponibles en matière « d’arôme biologique » et, par ailleurs, le « goût bio » ne semble pas être une chose acquise en soi aujourd'hui.
Dans ce domaine, un important projet de R&D a été lancé à l’échelle européenne. Il s’agit du projet « Ecropolis - Organic taste » dont l’objectif principal est d'avoir une meilleure compréhension des qualités organoleptiques des produits bio.
Ce projet devrait permettre de préciser si le goût du bio existe (pour ma part j'en doute...) et également de recenser les attentes et les préférences des consommateurs en matière de goût/qualité des produits bio.
D'après ce que j'ai lu, les résultats de ce grand programme de recherche seront a priori disponibles en janvier 2012. Une liste multilingue de descripteurs organoleptiques pour 6 catégories de produits bio sera ainsi disponible (catégories de produits testés dans le cadre d'Ecropolis : Fruits frais, Viande, Huiles végétales, Boulagerie, Tomates, Produits laitiers).

Écrit par : Delphine Smagghe | 24/05/2010

Bien le bonjour,

J'ai beaucoup apprécié cet article qui explique le rôle d'un label et la position de McDo sur le sujet. De plus, je ne serai qu'approuver les remarques pertinentes de Thibaut et Jocelyn à propos du goût, des labels, et de la lutte contre le changement climatique.

Je remarque aussi que McDonald's n'a pas (encore ?) de labels pour les produits d'agriculture. Il semblerait donc que le cahier des charges imposé soit trop strict par rapport à la plupart des labels sur le marché. Ne serait-il pas intéressant de créer un "MacLabel", histoire de pousser les autres services de restauration et de distribution alimentaire de reprendre les exigences de McDo ? MacDonald's pourrait peut-être un acteur majeur de la lutte contre le réchauffement global.

Merci

Écrit par : Tanguy | 27/04/2010

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

afin de garantir la qualité des produits depuis le champs jusqu’au restaurant, McDonald’s France, ses fournisseurs et l’amont agricole ont mis en place, en 2001, un outil : le Socle Commun de Qualité Agricole sur les principales filières d’approvisionnement (bœuf, poulet, pommes de terre, salades, blé, pommes, porc). Ce socle n’est pas un nouveau cahier des charges en soi. Il a été construit à partir de démarches existantes en matière de bonnes pratiques de culture et d’élevage dans les exploitations (agri-confiance, qualiterre, la charte de bonnes pratiques d’élevage, la qualification d’élevage, la charte Arvalis-Irtac, etc.). Nous n’avons donc pas construit de « McLabel ». Ils nous paraissait plus pertinent de nous inspirer de ce qui se faisait de mieux dans l’ensemble des filières et de ne pas reinventer encore un nouveau cahier des charges. Nous avons souhaité utiliser les meilleurs outils que les filières et les agriculteurs ont bâtis et qui sont leur quotidien.

Aujourd’hui, pour progresser sur les problématiques environnementales et atteindre notre objectif de 20 % de réduction des émissions de GES liées aux pratiques agricoles d’ici 2020, nous avons initié un processus de concertations agricoles pour aller plus loin sur nos filières d’approvisionnement. Ce projet d'envergure vise plus particulièrement 3 objectifs : la reductions des gaz à effet de serre bien sûr, mais aussi la réduction des consommations en eau et des intrans. Comme nous l'avons fait sur le problème complexe des emballages abandonnés, nous avons choisi de mener ce projet en concertation avec les differentes parties prenantes (nos fournisseurs mais aussi des agriculteurs, des experts tels que l'INRA...). La première étape de cette concertation arrive à sa fin, après 12 mois d'échanges avec les filières. Les premiers résultats sortiront pour cet été...

Écrit par : Delphine Smagghe | 03/05/2010

Répondre à ce commentaire

Pour avoir travaillé dans l'enseigne, je ne peux que me réjouir de ses progrès en matière d'environnement.
Certains pourront crier que ce n'est pas assez, mais l'entreprise ne fait que répondre à un besoin et ne peut pas se substituer aux comportements de la clientèle (voir mon blog).
L'essentiel est cette dynamique, à encourager. Donc, continuez, gardez cet esprit critique sur vos actions, mais persévérez dans la voie tracée.

Perso, je sais bien qu'un label ne résout pas tout, mais je préfère consommer un produit labellisé qu'un autre qui ne l'est pas. C'est mon geste citoyen.

Écrit par : Ronuick | 03/06/2010

Répondre à ce commentaire

Ce blog est un lieu d'échange. Si vous avez des questions particulières sur notre politique d'achat, l'origine des produits ou encore les bonnes pratiques d'élevage et de culture que nous avons adoptées, n'hésitez pas, nous pourrons échanger sur nos points de vue.

Écrit par : term papers | 21/06/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus et gérer ces paramètres > Fermeture